pollution plastique en Méditerranée
  • Recherche

Maria Luiza Pedrotti : « Un consortium de bactéries se forme sur les microfibres découvertes en Méditerranée »

Les microfibres de la mer Méditerranée sont des foyers flottants pour les bactéries. Tels sont les résultats d’une recherche dirigée par Maria Luiza Pedrotti, chercheuse CNRS au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer (IMEV/Sorbonne Université/CNRS). Cette étude est la première à signaler la présence d’une bactérie pathogène sur les minuscules fibres textiles rencontrées dans la grande bleue. Entretien. 

La Méditerranée est la mer la plus polluée au monde par les microplastiques. Depuis quand étudiez-vous ce phénomène ?
Maria Luiza Pedrotti : J’ai commencé à m'intéresser à la pollution plastique en Méditerranée lorsqu’en 2014, j’ai participé à l’expédition Tara Méditerranée de la Fondation Tara Océan. Au départ, mes recherches au sein du laboratoire d’océanographie de Villefranche (LOV)  se concentraient surtout sur le zooplancton. Mais, durant cette expédition de six mois, j’ai été impressionnée par la quantité de plastiques que l’on remontait dans nos filets. Des plastiques souvent entremêlés avec le zooplancton d’ailleurs. J’avais dans l’idée que cette « récolte » était plutôt ponctuelle, mais il s’est avéré que non. Je me suis alors rendu compte que la pollution par les plastiques est bel et bien omniprésente dans tout le bassin méditerranéen. À la suite de cette expédition, j’ai monté un groupe de recherche pour étudier les microplastiques.  

Maria Luiza Pedrotti, LOV

D’où viennent-ils ces microplastiques ? 
M-LP : Une partie de la pollution provient des plastiques dits secondaires qui sont issus de la fragmentation d’objets, comme une bouteille jetée à la mer qui va se fragmenter peu à peu jusqu’à devenir nos fameux microplastiques, faisant à peu près la taille d'un confetti (moins de 5 mm). Ce sont eux qui sont les plus abondants dans les mers et les océans, et notamment en Méditerranée. Imaginez : quand la fragmentation d’un plastique débute, elle va être continue au fil du temps en ce sens que le plastique peut mettre 400 ans pour se dégrader. 

On remarque aussi une pollution émanant de plastiques primaires, directement rejetés dans l’environnement, tels que les fibres textiles. À chaque fois que l’on lave un vêtement en machine, des milliers de fibres s’en détachent. Si les stations d’épuration arrivent à en filtrer certaines, elles ne peuvent pas le faire en intégralité. Les fibres se retrouvent donc dans les cours d’eau, rivières, fleuves, mer… C’est d’autant plus notable sur la rive sud de la Méditerranée où de nombreux pays n’ont pas de station d’épuration. Tout est alors déversé dans les eaux…
 
Il y a plusieurs décennies, ce problème n’était pas aussi significatif, car nous utilisions moins la machine à laver et la majorité des textiles était en coton. Aujourd’hui, l'industrie textile utilise des millions de tonnes de plastique pour la production de vêtements et même si les fibres naturelles se dégradent plus rapidement, elles polluent quand même l’environnement. En Méditerranée, environ la moitié des microfibres récoltée est d’origine synthétique. 

Ces fibres proviennent majoritairement des vêtements, mais pas seulement. On les retrouve aussi dans les filets de pêche fabriqués en nylon qui s’usent naturellement dans la mer ou qui sont parfois abandonnés par les pêcheurs. Sachant que le nylon met 600 ans à se dégrader, on peut dire que ces filets fantômes continuent de pêcher et de mettre à mal les organismes et mammifères marins pendant tout ce temps…

En analysant ces microfibres, vous vous êtes rendue compte qu’elles étaient des foyers à bactéries…
M-LP : En effet ! Pour découvrir les bactéries vivent sur ces microfibres, nous avons utilisé des techniques de microscopie avancées et le séquençage de l'ADN. Nous avons découvert que plus de 2 600 cellules en moyenne vivent sur chaque microfibre. Ces cellules appartiennent à 195 espèces de bactéries, dont le Vibrio parahaemolyticus, une bactérie potentiellement pathogène provoquant des intoxications alimentaires. 
Comme pour les plastiques, un écosystème riche en bactéries se forme sur ces microfibres de textile.

Quels sont les risques de cette bactérie ?
M-LP :
Ils sont d’abord d’ordre sanitaire. La présence de la bactérie peut constituer une menace pour la baignade et la consommation de fruits de mer. D’autres études ont constaté qu’elle a déjà décimé des centaines d'huîtres dans le parc à huîtres de l’étang de Thau, séparé de la Méditerranée par une fine lagune.  
La propagation de ce Vibrio est liée à un double facteur : la hausse de la pollution plastique, surtout en été avec l'augmentation de la population locale par les touristes, ainsi que le rôle du changement climatique. À l'époque où nous avons trouvé ce Vibrio, la température de l’eau dans la région à cette période tournait en moyenne aux alentours de 26 °C alors que cette année, elle a atteint les 29 °C. 

S’il y a des risques pour l’humain, on imagine qu’il y en a aussi pour la faune marine. Quelles sont les conséquences de l’ingestion de microfibres chez les poissons ?
M-LP :
Les organismes marins sont alléchés par l’odeur des microfibres similaires à celle de nourriture, et les consomment. En raison de leur persistance, les microfibres s'accumulent dans leurs organismes. Des scientifiques ont montré que des minuscules morceaux de plastiques, les nanoplastiques, pénètrent dans le cerveau des poissons. 
Même s’il est très complexe de séparer les microfibres des plastiques dans le système digestif des poissons, certaines études ont démontré que dans les endroits les plus pollués de la planète, le taux de reproduction des poissons diminue.

Y a-t-il des solutions ?
M-LP : Certaines initiatives, que je salue d’ailleurs, essaient de trouver des solutions pour nettoyer la mer, mais il faut être réaliste, cela n’est pas possible ! Vous savez, j’ai aussi eu l’occasion de participer à l’expédition Tara Pacific au cours de laquelle nous avons traversé le tristement célèbre océan de plastique ou 7e continent. 
Je m’attendais à y voir flotter de gros déchets plastiques, mais ce sont surtout des fines particules, des minuscules confettis qui forment cette soupe d’ordure. C’est impossible de nettoyer tout cela, surtout que ces microparticules sont aussi entremêlées avec le vivant comme le plancton. 

Je pense qu’il faut stopper cette pollution en amont en réglementant davantage l’interdiction des plastiques à usage unique. Il faut aussi nous responsabiliser : éviter le plastique à usage unique donc, acheter moins de vêtements, mieux utiliser nos habits, repenser notre façon de laver le linge… En remplissant une machine à ras bord, moins de fibres se détachent lors du lavage. Certains constructeurs réfléchissent même à intégrer des filtres spéciaux dans les nouvelles machines. 
Même si nous ne pouvons pas nettoyer la Méditerranée, des solutions existent pour réduire notre impact sur sa pollution. 

Journées portes ouvertes 2023 de la Faculté des Lettres

Venez participer aux journées portes ouvertes de la Faculté des Lettres 2023 ! Elles offrent l'opportunité de découvrir les formations de la Faculté, ainsi que de rencontrer vos futurs enseignantes et enseignants et de pouvoir échanger avec les différents services et la communauté étudiante.  À destination de tous et de toutes, elles ne nécessitent pas d'inscription préalable.

JPO 2023

Candidater en première année de licence sur Parcoursup

Les candidatures en licence s'effectuent sur la plateforme nationale en ligne Parcoursup. Retrouvez le calendrier ainsi que nos fiches conseil pour vous accompagner lors des différentes étapes de la procédure.

Candidater en première année de master

Les candidatures en master s'effectuent à partir de cette année sur la plateforme nationale en ligne Mon Master. Retrouvez toutes les étapes à suivre pour effectuer vos recherches et candidater aux formations qui vous intéressent.

candidater première année de master


Émile

Par Céline Spector

Rousseau et la morale expérimentale

Le Féminin en partage

Par Anne-Florence Quaireau

Le voyage d'Anna Jameson au Canada (1836-1837)

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

193

Parcours de licence

192

Parcours de master

13

Sites et campus

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à | la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Les extraordinaires pouvoirs du ventre

Par Harry Sokol

Un fabuleux voyage à la découverte des pouvoirs de notre microbiote.

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

La Psychomotricité

Par Françoise Giromini-Mercier, Suzanne Robert-Ouvray, Cécile Pavot-Lemoine, Anne Vachez-Gatecel

Apologie de la discrétion

Par Lionel Naccache

Comment faire partie du monde ?

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiantes et étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux.

Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignantes-chercheuses, enseignants-chercheurs, chercheurs et chercheuses.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à | la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Les mondes de Saturne

Par Sébastien Charnoz, Sandrine Vinatier, Sandrine Guerlet, Alice Le Gall

Les mystères de Saturne révélés !

Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Stem Cell Biology and Regenerative Medicine

Par Charles Durand & Pierre Charbord

River Publishers Series in Biotechnology and Medical Technology Forum