Mohamed Chetouani

Mohamed Chetouani

Président du comité d’éthique de la recherche et professeur en robotique

Dès que nous travaillons sur l'humain dans sa complexité, nous ne pouvons pas l'aborder simplement par une discipline, nous avons besoin de regards complémentaires.

Président du comité d’éthique de la recherche de Sorbonne Université et professeur à l’Institut des systèmes intelligents et robotiques (ISIR), Mohamed Chetouani a su mettre son savoir-faire au service de l’interaction sociale. Portrait d’un homme à l’interface de la technologie et des sciences humaines et médicales.

Sous la pyramide de l’ISIR, règne, dans le bureau de Mohamed Chetouani, le désordre organisé des gens qui travaillent tard. Issu d’une famille modeste d’origine marocaine, ce professeur d’informatique a grandi dans le 93 avec pour moteur la réussite intellectuelle inculquée par ses parents. Dès l’école primaire, il préfère fréquenter L’Atlas, une association qui propose des ateliers d’animation scientifique dans son quartier. « Ces ateliers, qui ressemblaient un peu à ceux que l’on trouve à la Villette, ont complètement changé la donne pour moi », souligne le chercheur. C’est ici qu’il apprend assidument les bases de l'informatique et de la robotique avec des animateurs passionnés. « On pouvait venir quand on voulait, il n’y avait pas d’horaire. J’y passais mes samedis entiers », se souvient-il en racontant la fierté qu’il avait ressenti lorsqu’à 13 ans, un journaliste l’avait interviewé sur le robot qu’il avait construit.

Fort de ces heures passées à programmer des systèmes sur les vieux ordinateurs de l’Atlas, il décroche un bac technologique avec mention. Cela lui vaut la reconnaissance de la mairie et de son lycée qui lui offre un voyage à l’étranger. Poussé par ses enseignants à poursuivre dans le supérieur, il s’inscrit en DUT automatique et informatique industrielle. Deux ans plus tard, alors qu’il se destinait à entrer en école d’ingénieur, il fait un stage qui change ses plans : il découvre que le métier d’ingénieur n’est peut-être pas aussi stimulant qu’il l’imaginait. Il se réoriente alors in extremis en licence d’ingénierie électrique à l’université Paris 13 avec l’espoir de devenir chercheur. En maîtrise, il rejoint les bancs de l’Université Pierre et Marie Curie pour se spécialiser en automatique et traitement du signal et commence, en 2001, une thèse sur le traitement de la parole à l’aide de méthodes d'apprentissage. Il aime la liberté qu’il découvre au laboratoire. Très tôt, il intègre un réseau d’experts européens et part en missions à Barcelone, en Écosse, aux Pays-Bas, etc. Ses différentes expériences l’amènent à travailler sur des applications pour améliorer la prise en charge de patients souffrant de troubles de la communication, comme des troubles auditifs ou encore la maladie Parkinson.

Une robotique humaniste

En 2005, lui qui avoue redouter parler en public obtient un poste de maître de conférences à l’ISIR alors en pleine création. Le laboratoire place l’humain au cœur de ses recherches et promeut l’ouverture envers les autres disciplines. Une aubaine. En 2006, il rencontre le psychiatre David Cohen avec qui il commence à travailler sur l’autisme. « Au début, on s’est intéressés à la prosodie des enfants autistes qui était jusque-là peu étudiée en raison du manque d’outils d’analyse », explique-t-il. Grâce aux méthodes automatiques qu’ils développent, Mohamed Chetouani et David Cohen élargissent leurs recherches à d’autres signaux de l’interaction sociale et notamment à la synchronie interpersonnelle. Ils analysent, de façon simultanée, les réactions de la mère et de l'enfant, sur le plan des interactions sociales, langagières, comportementales, etc. Ils montrent notamment que, loin de délaisser leurs bébés, les parents d’enfants autistes les stimulent beaucoup plus que la moyenne, et cela bien avant que le diagnostic ne soit posé.

Par la suite, Mohamed Chetouani s’intéresse à la façon dont des enfants souffrant de troubles du développement peuvent apprendre avec l’aide de robots dotés de capteurs, de caméras et de micros. « Les robots sont utiles pour créer des interactions mesurables et répétables. Nous cherchons à créer une boucle d’apprentissage vertueuse en demandant à l’enfant de leur enseigner une tâche, l’écriture, par exemple. L’enfant renforce ainsi ses apprentissages et les généralise, indique Mohamed Chetouani.  Nous travaillons notamment depuis plusieurs années avec le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent qui accueille des enfants avec des troubles du neurodéveloppement et les résultats sont très positifs ». Il mène sur ce sujet plusieurs projets internationaux dont le projet Animatas financé par le programme-cadre de recherche et d'innovation de l'Union européenne ou encore le projet Techtoys.

La pensée plurielle

Fort de ces expériences, Mohamed Chetouani intègre, en 2017, le comité national préparatoire du quatrième plan Autisme. Il pilote désormais la mise en œuvre du Living & Learning Lab Neurodéveloppement (LiLLab) dédié à l’évaluation des dispositifs technologiques facilitant l’apprentissage, l’autonomie et l’inclusion scolaire et sociale des personnes autistes. Le LilLab regroupe des personnes souffrant de troubles du développement et leurs proches, des associations, des fondations, un centre médico-social pluridisciplinaire, mais aussi des chercheurs, des cliniciens, des enseignants et des entrepreneurs, des chercheurs en sciences de l’éducation, en psychologie, en robotique, etc. Une pluridisciplinarité que Mohamed Chetouani cultive aussi dans ses recherches en faisant appel au quotidien à des psychiatres, psychologues, linguistes, orthophonistes, pédagogues, spécialistes de l'interaction homme-machine, du traitement du signal, de l’intelligence artificielle, etc. « Dès que nous travaillons sur l'humain dans sa complexité, nous ne pouvons pas l'aborder simplement par une discipline, nous avons besoin de regards complémentaires », souligne le chercheur.

Et c’est cette même transversalité des points de vue qui nourrit le comité éthique de la recherche que Mohamed Chetouani a monté en 2019 à Sorbonne Université. « Plusieurs raisons m’ont amené à proposer ce comité : tout d’abord les questions autour du positionnement, dans mes recherches, du robot vis-à-vis de l’enfant, comme dispositif à contrôler plutôt que compagnon. Ensuite, la méthodologie et les protocoles que nous mettons en place avec les enfants (comment on interagit avec eux, comment on les accueille, on les informe, etc.). Enfin, la protection des données qui entre en jeu dans nos travaux. Toutes ces questions, nous les soumettions jusque-là à des comités d'éthique extérieurs lorsque nous devions faire évaluer nos projets. Il me paraissait essentiel qu’une grande université comme la nôtre se dote de son propre comité. » Un comité qui dès sa naissance a dû faire face, en raison de la pandémie, à des centaines de demandes d’évaluation : « Entre mars et juillet 2020, nous répondions 24H/24 à des milliers d'échanges. Nous avons fait en quelques mois, ce que nous aurions fait en temps normal en une année », se rappelle Mohamed Chetouani.
 
Passionné par ses recherches, Mohamed Chetouani l’avoue : il est de ceux qui ne tiennent pas en place. Le chercheur organise fin mars 2022 le premier salon interactif sur les nouvelles technologies numériques au service de l’accompagnement des personnes autistes qui réunira, à Saint Brieuc, associations, parents, professionnels du monde médico-social, chercheurs, développeurs, start-ups, etc. autour des dernières innovations du domaine.

Les examens du 2e semestre se tiendront du 16 au 25 mai 2022 en présentiel

Campagne d'inscription en formation professionnelle 2022-2023

Préparez dès à présent la faisabilité et l'organisation de votre projet de reprise d'étude pour l'année universitaire 2022-2023 !

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université propose au public professionnel et aux entreprises des dizaines de formations de licence et master en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales.

Formation professionnelle


Écrire à l’encre violette

Par Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin

Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

L'étoffe d'un roi

Par Sandra Martinez

Commerce des parures à la cour d'Espagne (1665-1700)

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiantes et étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignantes-chercheuses, enseignants-chercheurs, chercheurs et chercheuses.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Stem Cell Biology and Regenerative Medicine

Par Charles Durand & Pierre Charbord

River Publishers Series in Biotechnology and Medical Technology Forum

Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique