Mario-Arico

Mario Arico

Docteur 2020 en robotique médicale et porteur d’un projet d’entreprenariat

Aujourd’hui, je travaille à la création de Twinical, un projet entrepreneurial qui a pour but de développer une technologie logicielle pour la planification et la navigation chirurgicale des patients atteints de cancer hépatique

Nous avions rencontré Mario lors des Doctoriales 2019 et nous l’avons retrouvé quelques années après en passe de créer son activité. Cheminement d’un créateur en herbe.

Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
Mario Arico : J’ai une formation d’ingénieur biomédical obtenue à l’école polytechnique de Milan. J’ai ensuite intégré Baxter, un grand groupe industriel, en Belgique où j’ai exercé un peu plus d’un an. La recherche me motivait vraiment alors j’ai postulé à une offre de thèse dans le laboratoire de robotique ISIR et sur un sujet que j’avais choisi, avec pour directeur de thèse Guillaume Morel. Après deux entretiens, j’étais ravi d’être recruté mais c’était un saut dans le vide. Je changeais de pays et de langue !

Pendant mon parcours doctoral, j’ai contribué au développement d’une plateforme robotique pour l’assistance à la chirurgie digestive. En particulier, j’ai étudié l’influence de la qualité des systèmes de mesure sur la facilité d’utilisation des interfaces homme-machine. Mon sujet avait une application pratique et rentre dans le cadre de la numérisation du bloc opératoire. Il permet d’assister le chirurgien, avec un bénéfice pour le patient. J’ai développé un logiciel qui repositionne la caméra automatiquement. Ce logiciel a donné lieu à la création d’une licence utilisée maintenant par la société Moonsurgical.

Vous avez soutenu en 2020 : quel a été l’impact du COVID-19 sur votre thèse ?
M.A. : Tout d’abord, ma soutenance a été retardée. Je devais soutenir en avril 2020 et j’ai soutenu en novembre 2020. Au moment du premier confinement, j’étais en phase de rédaction. J’avais fait globalement toutes les manipulations et celle prévue sur des sujets a été finalement abandonnée. La soutenance s’est fait virtuellement, à distance. Petite anecdote, je me suis retrouvé sans connexion dans le nouvel appartement dans lequel je venais d’aménager. J’ai dû trouver une solution de repli ce qui a été une cause de stress juste avant la soutenance. Dernière conséquence de la soutenance en visio-conférence : il n’est pas facile de répondre à un rapporteur qui n’allume pas sa caméra. Je me suis retrouvé face à cette situation.

Quel était votre projet professionnel au cours de votre thèse ?
M.A. : Pendant la thèse, je me posais la question de rester dans la recherche. J’ai eu envie d’explorer d’autres possibilités. En 2019, j’ai participé aux Doctoriales, un séminaire d’une semaine autour de la valorisation de la recherche et la création d’entreprise et j’en ai un souvenir assez heureux. J’y ai découvert comment on dirige une entreprise, comment on évolue dans le milieu industriel. Par la suite, je me suis inscrit au Business Foundation Certificate dans le cadre de l’Alliance Sorbonne Université avec l’INSEAD. C’était avant le premier confinement, donc les cours étaient en présentiel. Des cours interactifs, avec des exercices en groupe. J’ai rencontré des gens qui avaient la même envie que moi. À l’issue de ma thèse, j’avais deux objectifs : rester dans le domaine médical et être indépendant, c’est-à-dire ne pas avoir quelqu’un à qui je doive rendre des comptes.

Où en êtes-vous maintenant, en septembre 2022 ?
M.A. : Pendant l’année 2021, j’ai eu quelques propositions de postes que j’ai refusées, car j’ai déjà travaillé pour un grand groupe et ce n’est pas ce que je cherchais. Aujourd’hui, je travaille à la création et à la structuration de la start’up Twinical, un projet entrepreneurial qui a pour but de développer et commercialiser une technologie logicielle pour la planification et la navigation chirurgicale des patients atteints de cancer hépatique. Notre technologie pourra, on l’espère, s’intégrer dans les blocs opératoires.  Elle améliorera les suites chirurgicales en diminuant au maximum le sacrifice d’organe sain imposé par la résection du cancer. En particulier, notre logiciel permettra de planifier des opérations en réalisant des hépatectomies virtuelles en phase préopératoire. Elle améliorera la précision chirurgicale en augmentant numériquement la vision peropératoire.

Twinical est en train de devenir une réalité grâce aussi à deux éléments fondamentaux. Tout d’abord une équipe fondatrice, alignée sur les objectifs et sur la vision à long terme de l’entreprise. Deuxièmement, les partenariats avec des institutions publiques : la SATT Conectus nous accompagne actuellement dans le parcours de valorisation de la technologie, qui a été développée grâce à une collaboration pluriannuelle entre le laboratoire INRIA de Strasbourg et l’hôpital Paul Brousse de l’AP-HP. Le 4 juillet dernier, nous avons été nommées « Lauréats Grand Prix » du concours d’innovation i-Lab 2022. C’est une marque de confiance de la part de la Banque Publique d’Investissement (BPI), qui nous permettra d’avancer avec confiance et détermination dans cette aventure entrepreneuriale.

Quels sont les conseils que vous pourriez donner aux doctorantes et doctorants ?
M.A. :
Le doctorat est une épreuve parce qu’il y a l’incertitude de la recherche. Nous n’avons pas conscience que ce que nous avons fait est valorisable ou peut être valorisé. La recherche, ce n’est pas seulement écrire des articles et de participer à des conférences. L’idée de pouvoir capitaliser sur son travail de recherche n’est pas répandue. L’idée de création d’activité est une idée qui prend forme au fur et à mesure. Créer une start’up est un pari sur la capacité à structurer une organisation. Le pari est risqué mais la récompense, si cela réussi, est pour soi aussi… Alors apprenez à valoriser vos idées, à communiquer et à savoir dire non.

Pour en savoir plus

Les forums de la vie étudiante et associative ont lieu du 20 au 27 septembre sur les différents campus de la Faculté des Lettres.

Dernière semaine des stands de rentrée

Jusqu'au 23 septembre, rencontrez les emplois étudiants en Sorbonne, à Clignancourt et à Malesherbes. Ils répondent à vos questions et vous orientent de 9h à 16h.



L'Europe avant l'État

Par Jean-René Trochet

Tribus, clans et voisinage en Europe. De l'Antiquité au XXe siècle

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Apologie de la discrétion

Par Lionel Naccache

Comment faire partie du monde ?

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiantes et étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignantes-chercheuses, enseignants-chercheurs, chercheurs et chercheuses.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Stem Cell Biology and Regenerative Medicine

Par Charles Durand & Pierre Charbord

River Publishers Series in Biotechnology and Medical Technology Forum

Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique