Brexit
  • Recherche

Le Brexit : quel impact pour les universités ?

Entretien avec Serge Fdida, vice-président du Développement international de Sorbonne Université, et Minh-Hà Pham, conseillère pour la Science et la Technologie à l’ambassade de France à Londres.

Serge Fdida et Minh-Hà Pham

Officialisé le 1er février 2020, le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne impacte directement les universités françaises. Mobilité étudiante et coopération scientifique sont au cœur des discussions. Serge Fdida, vice-président du Développement international de Sorbonne Université, et Minh-Hà Pham, conseillère pour la Science et la Technologie à l’ambassade de France à Londres, apportent leur éclairage sur les conséquences du Brexit pour le monde universitaire français et britannique.

Que change le Brexit pour les membres de la communauté universitaire française qui souhaitent partir au Royaume-Uni ?

Minh-Hà Pham : Suite au Brexit, le Royaume-Uni a choisi de sortir du programme Erasmus qui permet de réaliser une partie de sa scolarité dans une université européenne partenaire. Alors que les Britanniques accueillaient chaque année 10 000 étudiants français, ils ont choisi d’étendre leur dispositif de mobilité Turing. Initialement tourné vers l’Asie, ce programme finance, à hauteur de 110 millions de Livres, les voyages des étudiants anglais partout dans le monde, mais ne prévoit pas de réciprocité. Avec la sortie d’Erasmus, les étudiants européens ne bénéficieront donc plus de frais d’inscription réduits et devront débourser entre 10 000 et 25 000£ pour s’inscrire dans une université britannique. Sans compter qu’ils ne pourront plus accéder à des prêts.

Même si les étudiants déjà engagés dans le programme Erasmus ne devraient pas être inquiétés cette année, les autres seront confrontés à de nouveaux problèmes administratifs. S’ils prévoient de rester plus de quatre mois sur le sol britannique, ils auront besoin d’un visa. Ils devraient obtenir assez facilement lors de leur inscription à l’université, mais il aura un coût.

Pour les chercheurs et enseignants-chercheurs qui envisagent de travailler dans une université britannique, ils pourront bénéficier d’un visa académique d'un an. Au-delà, la procédure se compliquera. Les stagiaires, quant à eux, font encore l’objet d’un vide juridique car il n’existe pas de statut équivalent au Royaume-Uni.

Soulignons que le Pays de Galles souhaite continuer à faciliter l’accueil des étudiants européens via des mobilités bilatérales. L'Irlande du Nord a également négocié avec la République d'Irlande pour continuer à bénéficier du programme Erasmus.  

À l’inverse, que change-t-il pour les étudiantes et étudiants britanniques qui souhaitent venir en France ?

Minh-Hà Pham : Chaque année, environ 4000 étudiants britanniques viennent étudier en France. Avec le Brexit, ces étudiants devront désormais passer par la plateforme « Etudes en France » gérée par le Ministère des Affaires étrangères. Ils se verront délivrer un visa après examen de leur dossier. Cette procédure, encore gratuite cette année, deviendra payante dès 2022.

Par ailleurs, si le programme de mobilité Turing compte aider 35 000 étudiants anglais à partir à l’étranger, rien n’est prévu pour les inciter à se rendre en Europe plutôt qu’aux USA ou en Asie.

Quelles conséquences pour la recherche européenne et britannique ?

Minh-Hà Pham : Depuis quatre ans, la représentation des équipes britanniques a considérablement diminué dans les projets européens en raison du contexte du Brexit. Après négociation avec la Commission européenne, le Royaume-Uni reste dans le cadre du programme Horizon Europe sous le statut de pays associé.
Ce statut permet une participation quasiment identique à celle des autres membres. Différence notable cependant : l’exclusion de certains programmes de recherche, liés notamment à la sécurité et à la défense. La Commission européenne a d’ailleurs récemment déclaré qu’elle n’autoriserait pas le Royaume-Uni, au même titre que la Suisse et Israël, à participer à des programmes sur le quantique pour des raisons de concurrence économique et industrielle.
Certains pays européens, comme l’Allemagne, ont déjà fait savoir qu’ils s’opposeraient à cette décision. Pour le moment, rien n’est encore acté. Nous attendons que la situation se stabilise pour que des protocoles d’accord puissent enfin être signés.

Serge Fdida : Cette possible exclusion du Royaume-Uni de certains domaines de recherche est problématique : les Britanniques contribuent largement à l'avancée des connaissances et, sans eux, l’Europe perdrait une partie de sa force de frappe. Aujourd’hui, des engagements, qui avaient été pris avant le Brexit, sont toujours bloqués.  Nous nous retrouvons avec des projets dans lesquels les partenaires anglais ne sont plus financés alors qu’une grande partie de ces projets devait se faire sur leur sol.

Si l’Europe et le Royaume-Uni ne s’entendent pas rapidement pour proposer un cadre de financement de projets conjoints, nous risquons de voir nos collègues britanniques se tourner davantage vers l’Amérique, l’Asie et le Commonwealth.

En 2020/2021, les relations entre Sorbonne Université et le Royaume-Uni, c’est :

  • 95 étudiantes et étudiants britanniques formés à Sorbonne Université
  • 105 étudiantes et étudiants de Sorbonne Université en échange au Royaume-Uni
  • 16 projets de recherche portés en commun
  • 34 projets de formation conjointes
  • 25 921 publications de recherche conjointes entre le Royaume-Uni et Sorbonne Université parues entre 2014 et 2018 (80 à la faculté des Lettres, 16 266 à la faculté de Sciences et Ingénierie et 9 839 à la faculté de Médecine).

Les universités britanniques doivent-elles craindre une fuite des cerveaux ?

Minh-Hà Pham : Même si nous avons observé une petite vague de départ en 2019, il n’y a pas eu la fuite des cerveaux que certains présageaient. Capables de trouver des fonds (via les frais d'inscription, des fondations, des contrats privés...), les universités ont rapidement mis en place un système de compensation pour continuer à accueillir, dans d’excellentes conditions, de très bons chercheurs étrangers.

Comment poursuivre les collaborations entre le Royaume-Uni et la France tant au niveau de la recherche que de la mobilité étudiante ?
 
Serge Fdida
: La Grande-Bretagne est l'un des plus proches partenaires de la France. Beaucoup d'étudiantes et d’étudiants de Sorbonne Université allaient chaque année au Royaume-Uni et vont vouloir continuer à s’y rendre. Avec plusieurs de nos partenaires britanniques, nous avons commencé à réviser nos accords de coopération en amont du Brexit afin d’aplanir les difficultés liées aux frais d’inscription et aux visas que nous avions envisagées.

Concernant la recherche, nous laissons nos communautés, qui sont en première ligne, décider avec qui elles veulent travailler. Mais il est probable que le Brexit entraîne, malheureusement une diminution des coopérations avec les Britanniques, au moins dans un premier temps. C’est pourquoi nous attendons avec impatience la signature d’accord de coopération.  

Minh-Hà Pham : Nous avons proposé, au sein du Ministère des Affaires étrangères français, de mettre en place des programmes de mobilité bilatérale entre les communautés universitaires françaises et britanniques. Si rien n’est encore acté, nous souhaitons développer des mobilités de recherche de courte durée et ouvertes à toutes et tous dès le premier cycle, sous forme de stages de recherche, d’écoles d'été, etc.
Pour éviter la démultiplication d’accords entre les partenaires, j’ai également suggéré de lancer un projet pilote adossé à deux réseaux qui regroupent les grandes universités de recherche : le Russell Group britannique et le U10 français. Mais ce ne sont encore que des propositions.

Sites utiles :

-    Site du consulat de Londres 
-    Site gouvernemental sur le Brexit

Université d'été

Profitez de la période estivale pour garder le rythme et vous enrichir grâce aux cycles de conférences ouverts à tout public durant le mois de juillet !
 



Josephine Butler

Par Frédéric Regard

Récit d'une croisade féministe

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.