Sébastien Wolf

Sébastien Wolf

Docteur en physique et guitariste de Feu! Chatterton

La science et l’art sont deux façons de saisir le monde.

Guitariste du célèbre quintette parisien Feu! Chatterton, Sébastien Wolf est aussi un alumnus de Sorbonne Université. Il nous dévoile son parcours pluridisciplinaire entre musique, physique, philosophie et neurosciences.

Le dernier confinement s’achève et un vent nouveau souffle sur le cinquième arrondissement de Paris. Veste bleue, chemise à fleurs, style dandy des temps modernes, Sébastien Wolf s’installe à la terrasse fraîchement rouverte d’un bar de la Montagne Sainte-Geneviève. Il sort de l’École Normale supérieure où il vient de finir ses manips. Trois ans qu’il y travaille.

C’est dans ce quartier, siège de l’excellence académique et de l’épicerie fine, que cet alumnus de Sorbonne Université a rencontré au début des années 2000 ses compagnons de route. Élève du prestigieux lycée Louis-Le-Grand, il créé avec le guitariste Clément Doumic un groupe de rock progressiste. Après les cours, ils lisent Lautréamont, façon Cercle des poètes disparus et rencontrent le futur chanteur Arthur Teboul déjà versé dans l’écriture. Le trio s’exerce et attire à lui le bassiste Antoine Wilson et le batteur Raphaël de Pressigny. Le quintette prend forme et Feu! Chatterton nait en 2011. La suite, on la connait : nomination aux Victoires de la Musique, deux disques d’or et un succès qui ne se dément pas.  

Sébastien Wolf

Sébastien Wolf, guitariste de Feu! Chatterton

Cola et café, Sébastien Wolf commande de quoi tenir la journée pour assurer ses multiples casquettes : père de famille, musicien, physicien, neuroscientifique… Un éclectisme qu’il cultive depuis l’enfance. Entre microscope et guitare, ses parents, sociologues, lui inculquent très tôt le goût pour l’analyse des phénomènes et l’incitent à voir les sciences comme une construction historique de la pensée humaine. Fasciné dès petit par le formalisme mathématique, il entretient un intérêt certain pour les sciences humaines. Il mène de front ses études de physique à l’ENS, une licence de philosophie des sciences à Sorbonne Université, puis un master d’anthropologie à l’EHESS. Développer un regard critique, se former à l’histoire des sciences et à l’éthique est, pour lui, essentiel quand on fait de la recherche. « Surtout en neurosciences », insiste-t-il. Un domaine qu’il a abordé en thèse en 2014, au laboratoire Jean Perrin (Sorbonne Université/CNRS). À l'interface entre la biologie et la physique, il développe, pendant son doctorat, un microscope optique, puis s’intéresse aux mécanismes cérébraux. « Je travaillais sur les bases neurales de la navigation chez le poisson-zèbre, explique-t-il. J’ai eu beaucoup de chance. Mon projet a bien marché et j’ai eu de belles publications. Je le dois à mon directeur de thèse, Georges Debregeas, qui a compris ma manière de travailler et m’a fait confiance. » 

Du laboratoire à la scène

Mais pour réussir, Sébastien Wolf a également dû jongler entre ses recherches et la médiatisation grandissante du groupe. Alors il s’organise : manips au labo en début de semaine et analyse de données dans l’anonymat des chambres d’hôtel. « Les tournées, c’est presque la phase la plus simple, précise-t-il. C'est beaucoup de voyages et de journées où l’on n’a rien à faire avant les concerts. Le plus difficile, c’est les moments de composition et les phases où l'on est en train d'écrire l'album en studio. » Des moments qui nécessitent de s’isoler pendant plusieurs semaines pour développer une attention particulière. « Cette concentration mentale est indispensable pour qu’advienne le moment de grâce, de connexion entre la parole, la mélodie, la voix du chanteur et la musique. C'est là que quelque chose de magique se passe et va donner toute la sève au travail de plusieurs années. C’est presque mystique », confie le musicien. 

Ces moments d’épiphanie, il les retrouve dans la recherche quand il découvre, par exemple, en thèse un réseau de neurones très prometteur : « C’est la même sensation, sauf que ces moments sont moins courants en science qu'en musique et demandent plus d'effort. La science et l’art sont deux façons de saisir le monde. La différence, c’est qu’en science, il y a toujours un chemin à suivre, un enchainement logique, alors que dans l'art il n'y a pas forcément de méthode. Il faut être en alerte », sourit-il en grillant une cigarette. 

L’art et la science, les deux faces d’une même médaille

Alors allier ces deux approches, ces « deux endroits » comme il aime à dire, sonne pour lui comme une évidence. « Financièrement, je pourrais arrêter la recherche, mais j'aime la science autant que la musique », observe-t-il. Au départ, ce n’était pas si simple.

Le laboratoire a été, pendant ma thèse, un endroit protégé. Venir faire mes manips dans une salle noire, loin du monde, m’a permis de mettre à distance la pression liée au succès, au disque d’or et au fait de jouer devant des milliers de personnes.

En thèse, il parlait peu de Feu! Chatterton dans le labo de peur que ses condisciples le considèrent comme un scientifique du dimanche. Mais en discutant avec quelques sommités de son domaine, il se rend compte que, loin d’être une tare, son activité parallèle peut au contraire constituer sa force : « Faire de la science est tellement difficile, il y a tellement de déconvenues, qu’avoir autre chose qui nous tienne à côté permet de prendre du recul vis-à-vis de la pression des publications, des postes et du stress qui finissent par envahir notre rapport à la science », observe-t-il. Mais ce constat fonctionne aussi dans l’autre sens : « Le laboratoire a été, pendant ma thèse, un endroit protégé, assure-t-il. Venir faire mes manips dans une salle noire, loin du monde, m’a permis de mettre à distance la pression liée au succès, au disque d’or, au fait de jouer devant des milliers de personnes.»

De la scène à l’estrade

Aujourd'hui, le jeune homme de 34 ans poursuit son post-doctorat à l’ENS avec discrétion. Doué d’ubiquité, il partage son temps entre deux laboratoires et deux approches : l’institut de Biologie et le laboratoire de Physique Théorique. L’occasion pour lui de se former à l'utilisation du machine learning et des outils de modélisation moderne, tout en gardant une activité expérimentale en neurosciences. Dans son projet de recherche actuel, la dimension musicale n’est plus si loin : il travaille sur le cortex auditif et étudie comment le niveau attentionnel change la façon dont le cerveau perçoit les sons. Il explique ses manip. L’œil vif. Il parle vite et clair et nous laisse entendre son plaisir d’enseigner. Il donne d’ailleurs des cours en doctorat et en écoles d'été, et réaffirme son envie de transmettre. Si tout se passe comme il le souhaite, il tentera bientôt le concours d’enseignant-chercheur ou de chargé de recherche ; prochain temps fort de sa carrière. 

Mais avant, il a rendez-vous avec ses acolytes poètes et visionnaires, sa « deuxième famille », à l’église Saint-Eustache pour chanter l’avènement d’un monde nouveau, ou presque. Leur dernier album, Palais d’argile, qui entre en résonance avec la crise mondiale, avait pourtant été écrit bien avant la pandémie. Sac sur le dos, sourire aux lèvres, le trentenaire enfourche son vélo et dévale les ruelles de la Montagne Sainte-Geneviève. Le temps file et le premier concert post-confinement va bientôt commencer. 

À la Une

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les Papyrus de la mer Rouge

Par Pierre Tallet, Mark Lehner

L'inspecteur Merer : un témoin oculaire de la construction des pyramides.

La philosophie des amants

Par Christophe Martin

Essai sur "Julie ou La Nouvelle Héloïse"

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi