Marine Riguet

Experte des humanités numériques

Aujourd’hui, le numérique redéfinit nos pratiques de recherche, mais aussi tout ce qui fait notre culture.

Post-doctorante à l’observatoire de la vie littéraire 1 (OBVIL), Marine Riguet est devenue une experte des humanités numériques. Elle nous explique comment ce nouveau champ de recherche qui fait dialoguer les sciences et les lettres a influencé sa vie professionnelle et personnelle.

Quel souvenir gardez-vous de vos études à Sorbonne Université ?

Marine Riguet : J’ai eu la chance, durant mon doctorat, de collaborer avec des ingénieurs et des chercheurs en humanités numériques, en linguistique, en informatique dans un laboratoire très dynamique et particulièrement stimulant. Littéraire de formation, cela m’a amenée à m’ouvrir à de nouveaux domaines comme la programmation. Des compétences que j’ai pu mettre à profit lorsque je suis partie un semestre, après ma thèse, à l’université de Chicago développer un outil pour contribuer à la fouille automatique de textes.

Comment vous êtes-vous intéressée aux humanités numériques ?

M. R. : Après un master de littérature à Sorbonne Université, j’ai travaillé trois ans dans l’édition avant de reprendre une thèse en 2014 avec le professeur Didier Alexandre, directeur du labex OBVIL, et l’un des spécialistes en intelligence artificielle, le professeur Jean-Gabriel Ganascia.

Intéressée depuis longtemps par la pluridisciplinarité, j’ai profité des corpus numérisés au sein de l’OBVIL pour étudier l’influence des sciences du vivant et des sciences humaines dans la critique littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle. Seul le recours aux outils informatiques pouvait me permettre d’analyser ce vaste ensemble de textes, ce qui m’a naturellement amenée à rencontrer les humanités numériques.

Que recouvre plus exactement ce terme d’« humanités numériques » ?

M. R. : Il s’agit de mettre au service de la littérature, de l’art, et des sciences humaines et sociales, les nouvelles possibilités qu’offrent l’informatique et les technologies de l’information. Plurielles et transdisciplinaires, les humanités numériques permettent de changer les échelles de lecture de manière à observer des phénomènes qui n’auraient pas pu être observés autrement.

Pouvez-vous nous donner un exemple d’application ?

M. R. : Pour mieux comprendre la circulation d’un concept et ses glissements de sens d’un domaine à l’autre, j’ai notamment utilisé un algorithme qui convertit tous les mots d’un texte en vecteurs pour ensuite calculer leur proximité ou leur éloignement. Un tel outil rend observable l’environnement sémantique d’un terme dans un contexte donné.

Par exemple, dans la critique littéraire du XIXe siècle, je me suis aperçue que le mot « milieu » est proche de termes comme « sélection », « vertébré » ou « physiologique » qui montrent une connotation biologique très forte. Sur des études à large échelle, ce type d’outils permet de retracer l’archéologie d’un discours et la façon dont les domaines s’influencent mutuellement.

Quelles seraient les dérives possibles de l’utilisation de ces outils ?

M. R. : Depuis le XIXe siècle, la critique littéraire est toujours en quête de caution scientifique. Si les outils statistiques nous apportent des éléments de mesure, il est cependant illusoire de prétendre en tirer une interprétation objective.

Les algorithmes que nous utilisons sont programmés selon des choix faits par des informaticiens et des chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est donc impératif de conserver une distance critique face aux outils employés et d’analyser les résultats en fonction de leurs limites. Tout l’enjeu est de réussir à articuler les questionnements littéraires, les méthodes informatiques et notre esprit critique.

Est-ce que les humanités numériques ont imprégné d’autres aspects de votre vie ?

M. R. : Elles m’ont spontanément amenée à travailler de nouvelles formes d’écriture. Le numérique permet de sortir de la fixité de la page pour écrire dans d’autres dimensions, que ce soit sous la forme d'un flux de blog, d’un podcast, ou d’un journal filmé. Pour ma part, je me suis tournée vers l’écriture audiovisuelle. Avec elle, je n’écris plus seulement avec le texte : j’écris avec les sons, les silences, le rythme des images… J’écris en mouvement sur une matière vivante. Sans doute parce qu’il n’existe pas encore de formes fixes, de règles, ni d’autorités, la liberté de création qu’elle offre me paraît incommensurable.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

M. R. : À terme, j’espère continuer à travailler comme chercheuse en humanités numériques. Même s’il existe encore peu de postes entièrement consacrés à ce domaine, je crois qu’il est important de défendre la place des sciences humaines et sociales dans les initiatives actuelles qui concernent l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies. Aujourd’hui, le numérique redéfinit nos pratiques de recherche, mais aussi tout ce qui fait notre culture : notre rapport au savoir, à la mémoire, à l’espace, au temps, à l’autre, au corps et à la littérature. 

Pour en savoir + 

Carnet de fouilles de Marine Riguet

1 Sorbonne Université, CNRS

À la Une

Fermeture d'été : du 24 juillet au 22 août inclus, tous les sites et campus de la faculté sont inaccessibles. L'ensemble des services est fermé.

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Résonances oasiennes

Par Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Approches sensibles de l'urbain au Sahara

Byzance et ses voisins, XIIIe-XVe siècle

Par Elisabeth Yota

Art, identité, pouvoir

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.