Lydie Uro

Lydie Uro

Docteure en mathématiques appliquées et étudiante en médecine

Grâce à la modélisation mathématique, nous essayons de reconstituer le visage d’une personne disparue à partir de son crâne.

Étudiante en cinquième année de médecine, Lydie Uro vient de soutenir sa thèse en mathématiques appliquées. Une thèse qu’elle a menée au sein de l’Institut des sciences, du calcul et des données (ISCD) 1 sur la reconstitution faciale.

Étudiante en sciences et en médecine, vous venez de soutenir votre thèse en mathématiques appliquées. Pourquoi avoir choisi ce double parcours ?

Intéressée à la fois par les mathématiques et la santé, j’ai suivi à Paris un double cursus sciences et médecine qui m’a permis d’acquérir une bonne culture générale en sciences fondamentales. Les stages que j’ai réalisés, dans ce cadre, en mathématiques appliquées puis en santé publique m’ont confortée dans l’idée qu’il était possible de concilier mes deux passions.

En 2015, j’ai intégré le master 2 de mathématiques appliquées de Sorbonne Université durant lequel j’ai commencé à travailler sur le projet FaciLe porté par l’ISCD. Séduite par l’aspect pluridisciplinaire de ce projet de reconstruction faciale, j’ai décidé de le poursuivre en doctorat, en parallèle de mes études médicales.

Vous avez travaillé durant votre thèse sur la reconstruction du visage. Quel était l’objectif de vos recherches ?

Grâce à la modélisation mathématique, nous essayons de reconstituer le visage d’une personne disparue à partir de son crâne, de manière fiable et objective. 

Fondées sur une approche statistique, les méthodes disponibles de reconstruction faciale ne permettent pas toujours d’aboutir à un visage suffisamment précis. Elles proposent des reconstitutions qui reflètent la physionomie moyenne d’un individu de tel âge et de tel sexe dans une population donnée, mais pas les traits significatifs qui permettent d’identifier une personne.

Le projet FaciLe s’est attaché à mettre en place une démarche déterministe pour s’affranchir des problèmes liés aux statistiques. Dans ce cadre, je me suis concentrée sur la modélisation anatomique du masséter, un muscle de la mastication qui joue un rôle important dans la physionomie du visage. À partir de scanners médicaux, j’ai exploré les influences réciproques entre la configuration du crâne, celle du masséter et les traits du visage afin de mettre en évidence des corrélations entre ces différents éléments. Testé sur des squelettes crâniens de la base de données pour lesquels les visages sont connus, l’algorithme a livré des résultats très encourageants.

Si ce projet a commencé avec la médecine légale, il peut bien sûr s’étendre à d’autres domaines comme l’archéologie, l’anthropologie ou encore la chirurgie assistée par ordinateur.

L’ISCD favorise l’interdisciplinarité. Comment s’est-elle traduite au quotidien ?

L’interdisciplinarité qu’offrent les projets de l’ISCD est très stimulante. Des spécialistes de nombreux domaines interagissent : des archéologues, des mathématiciens, des informaticiens, des ingénieurs, des graphistes, etc. Nous partageons des compétences complémentaires qui nous permettent de nous entraider. Pour mon projet, par exemple, des anthropologues m’ont apporté des informations sur les marqueurs ethniques et sexuels que l’on pouvait trouver sur les crânes. Un infographiste, chargé d’un autre projet à l’institut, m’a également aidée à rendre les modèles 3D de visages que j’ai développés plus réalistes.

Quelle spécialité espérez-vous obtenir ?

La radiologie m’intéresse pour poursuivre les questions liées au traitement des images médicales en 3D que j’ai commencées à aborder durant ma thèse. L’épidémiologie ou la santé publique me permettraient également de mettre à profit ce que j’ai appris en modélisation.

Dans tous les cas, j'envisage de réaliser un postdoctorat dans un laboratoire de recherche durant mon internat afin de continuer à travailler avec des équipes pluridisciplinaires. Car ce qui m’intéresse, c’est de développer une compétence transversale afin de faire le lien entre les acteurs d’un projet. J’ai pu constater qu’il est parfois compliqué de faire communiquer des disciplines entre elles, même celles qui semblent proches, comme les mathématiques et la physique. Entre un médecin et un mathématicien, les problématiques du quotidien sont très éloignées. Jouer ce rôle d’intermédiaire est essentiel pour comprendre l’ensemble des points de vue et apporter un regard nouveau qui tienne compte des questionnements de chacun.

L’ISCD a pour mission de fédérer et soutenir les projets interdisciplinaires autour du calcul scientifique, de la simulation et de l’analyse de données. Les applications du numérique en archéologie et anthropologie sont un de ses trois axes stratégiques avec la biologie computationnelle et génomique et les sciences du numérique pour la chimie.


1 ISCD (Sorbonne Université, CNRS)

Formations

Découvrez notre offre de formation

Lettres

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université est l’une des plus complètes et des plus importantes, en France et dans le monde, dans le domaine des arts, des langues, des lettres, des sciences humaines et sociales.

 

 

Etudier à
la faculté de Lettres

Les étudiantes et étudiants ont accès à 30 bibliothèques généralistes et spécialisées réparties sur les 12 sites et à un portail documentaire en ligne accessible 24 heures sur 24, regroupant plus de 1,5 million d’ouvrages. En outre la Faculté dispose d’espaces de coworking installés principalement dans plusieurs bibliothèques.

La vie associative

Découvrez nos 80 associations étudiantes !

L'université d'été

Organisée par la Faculté de Lettres, l’Université d’été en Sorbonne ouvre ses portes à un large public venant du monde entier.



Eloge du retard

Par Hélène L'Heuillet

Le numérique comme écriture

Par Emmanuel Souchier, Etienne Candel, Valérie Jeanne-Perrier, Gustavo Gomez-Mejia

Théories et méthodes d'analyse

Graduate

25 000

Étudiants

1 200

Enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PACES (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.



Alzheimer

Par Pr. Bruno Dubois

La vérité sur la maladie du siècle

Je m'amuse à vieillir

Par Yves Agid

Le cerveau, maître du temps

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés

Ça se passe à la faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la faculté des Sciences et Ingénierie.