Léa Bonnefoy

Léa Bonnefoy

Docteure en planétologie

Vulgariser nos recherches auprès du grand public fait aussi partie du travail de chercheur.

Docteure en planétologie, Léa Bonnefoy s’est vu décerner en 2020 le prix Jeunes talents L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science. À 27 ans, son parcours international l’a amenée dans les endroits reculés du système solaire, sur les lunes glacées de Saturne.  

Pouvoir décrire des paysages lunaires insoupçonnables, connaître la sensation de fouler des sols extraterrestres, c’est le rêve de Léa Bonnefoy. Un rêve qui a commencé à onze ans par l’écriture d’un roman dans lequel elle s’amusait à mettre en scène des lunes chimériques, aux orbites étranges, et friandes d’astéroïdes. Pour nourrir son imagination, la jeune fille se plonge alors dans les encyclopédies où elle découvre des mondes lointains aux noms de divinités grecques : Phobos, Europe, Léda, Titan, Janus, Prométhée…

Quinze ans plus tard, c’est avec la même curiosité que la chercheuse continue de les explorer au Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatialeset au Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique2 . Durant sa thèse, elle cherche à mieux comprendre la composition et la structure des sous-sols des satellites naturels de Saturne - trois en particulier : Dioné, Rhéa et Japet. Elle s’appuie pour cela sur les données recueillies par la sonde spatiale Cassini et les observations des radiotélescopes terrestres. En mesurant les changements de température au cours du temps, elle a notamment pu déterminer que ces lunes étaient recouvertes sur une dizaine de mètres de glace meuble et transparente, semblable à de la neige.

Ses études vont à l’avenir contribuer à déterminer l’âge de ces lunes, leur fonctionnement, leur formation, leur évolution et mieux comprendre le système de Saturne. « C’est une sorte de voyage extraterrestre, explique-t-elle. Ce que j’aime dans mes recherches, c’est essayer de visualiser, comme dans un roman de science-fiction, la structure des astres que j’étudie et de ressentir ce que cela ferait de parcourir ces environnements froids, dénués d’atmosphère et pourvus d’une faible gravité ».

La diversité des paysages qu’elle observe dans l’espace fait écho à la pluralité culturelle et géographique dans laquelle a grandi la jeune chercheuse et dont témoignent encore les sculptures burkinabè qui ornent les murs de son appartement. Fille de fonctionnaire européen, elle a vécu durant son enfance en Belgique, au Maroc, au Burkina Faso, au Mexique, avant d’entamer des études supérieures aux États-Unis. Ce n’est qu’après son Bachelor à l’Université de Cornell dans l’État de New-York qu’elle est venue en France pour intégrer le master 2 Astronomie et astrophysique de l'Observatoire de Paris. Elle y est restée un an avant de repartir à Tucson, dans l’Arizona, dans la mégalopole commencer une thèse en planétologie.

Mais la tentation de retrouver le pays de ses origines fut plus forte. « Même si aux USA mon sujet et mon équipe de thèse étaient fantastiques, j'avais envie de rentrer en France, m’y installer durablement pour enfin vivre dans le pays où j’étais née », confie la jeune femme. Lors d’une conférence scientifique aux USA, elle rencontre la planétologue Alice Le Gall qui deviendra, quelques années plus tard, sa directrice de thèse au Latmos. Une rencontre entre deux femmes scientifiques pourtant minoritaires dans ce domaine. « Les conférences scientifiques, c'est le seul endroit où les femmes ne font pas la queue aux toilettes ! C’est une blague d’astrophysicienne, sourit la chercheuse. Dans mon master, nous n’étions que six étudiantes sur 40 élèves. Pourtant les femmes sont tout aussi capables que les hommes de se lancer dans ce type d’études. »

Celle qui veut casser le « stéréotype du vieil astronome barbu seul devant son télescope », s’engage dans l’aventure SpaceBus France en 2019. Pendant un mois, elle parcourt, en tant que bénévole, la côté Atlantique pour faire découvrir aux badauds l’astronomie et les secrets de l’univers : « Cette expérience de médiation scientifique m'a permis de faire des rencontres extraordinaires, déclare-t-elle. Aller vers les gens, vulgariser nos recherches auprès du grand public fait aussi partie du travail de chercheur. »

Inspirée par Marie Curie, Léa Bonnefoy poursuit aujourd’hui sa carrière par un post-doc en collaboration entre l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) et l’Université de Cornell. Elle retournera une dernière fois, en 2022, dans son université d’origine pour étudier les dunes de Titan et repérer des sites d'atterrissage de la mission Dragonfly/Nasa. Récompensée en 2020 par le prix Jeunes talents L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science, la chercheuse espère ensuite décrocher un poste au CNRS, dans une université française ou au Conseil national des astronomes et physiciens pour réaliser ses rêves.


1 Latmos : Sorbonne Université/CNRS/UVSQ

2Lesia : Observatoire de Paris-PSL, CNRS, Sorbonne Université, Université de Paris.

Crédits photographiques : Fondation L'Oréal

 

À la Une

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les Papyrus de la mer Rouge

Par Pierre Tallet, Mark Lehner

L'inspecteur Merer : un témoin oculaire de la construction des pyramides.

La philosophie des amants

Par Christophe Martin

Essai sur "Julie ou La Nouvelle Héloïse"

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi