Lauren Reynolds - Crédits photo Jean-Charles Caslot

Lauren Reynolds

Neurobiologiste et lauréate du Prix L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science 2021

En sciences, les femmes doivent faire face à des défis qui s'additionnent.

Chercheuse en neurobiologie au laboratoire Neuroscience Paris Seine-IBPS dans l'équipe Neurophysiologie et Comportements, Lauren Reynolds est lauréate du Prix L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science 2021. Ses travaux, récompensés par la prestigieuse fondation, permettent de mieux comprendre les mécanismes neuro-développementaux liés à la nicotine et d’imaginer de nouvelles pistes thérapeutiques pour aider les fumeurs à décrocher.

Comment avez-vous découvert les neurosciences ?

J’ai grandi aux Etats-Unis, dans un milieu ouvrier du Massachusetts. Mon père était mécanicien automobile et j’étais la première de la famille à faire des études universitaires. Même s’ils ne pouvaient pas m’aider financièrement, mes parents m’ont toujours soutenue et encouragée dans mes études. J'ai donc intégré une université américaine tout en travaillant à côté.

J’ai eu le déclic pour les neurosciences lors d’un cours de psychobiologie en première année. Le cours était dirigé par un doctorant qui nous a proposé de manipuler un cerveau humain. Tenir cet organe entre mes mains était une expérience incroyable qui m’a tout de suite donné envie d’aller plus loin. Je voulais découvrir les causes des troubles psychiatriques et neurologiques et les soigner plus efficacement.

Votre première expérience en laboratoire a été déterminante, n’est-ce pas ?

J’ai toujours été curieuse de comprendre les phénomènes qui nous entourent et j’adorais faire des expériences, mais je n’avais aucune idée de ce qu’était une carrière scientifique. Je n’avais pour seule référence dans ce domaine que mes enseignants de lycée.
Pendant mon bachelor, j’ai décroché un poste de volontaire dans le laboratoire de psychobiologie. Je m’y rendais tous les matins avant les cours pour m'occuper de la logistique des expériences. J'aimais cet environnement et j'y restais souvent. J’ai pu continuer à y travailler pendant deux ans en tant qu’assistante de recherche. On m’a confié un petit projet sur les effets des benzodiazépines. C’était formidable et cela a renforcé mon envie de travailler dans la recherche.

J'ai publié un article en tant que premier auteur, et, en 2012, j'ai été acceptée en thèse à l’université McGill de Montréal. J’y suis restée six ans, une durée normale pour un doctorat aux Etats-Unis. C'était une expérience fantastique. J’ai travaillé sur la façon dont les expériences vécues à l’adolescence peuvent modifier les trajectoires de développement des réseaux neuronaux. Je me suis plus particulièrement intéressée à la façon dont la prise de drogues à cet âge affecte le développement des réseaux qui sont impliqués dans la motivation, les émotions ou la prise de décisions et comment ces comportements persistent à l’âge adulte.

Pourquoi avez-vous choisi de faire votre post-doctorat à Paris ?

Après mon doctorat, je me suis installée à Paris pour intégrer l'équipe Neurophysiologie et Comportement dirigée par Philippe Faure. J’avais rencontré l’équipe lors de différents congrès internationaux et j’avais été très impressionnée par les techniques et le niveau des travaux développés dans ce laboratoire. D’autres équipes aux Etats-Unis m’avaient fait des propositions, mais c’est dans cette équipe très innovante que j’avais envie de travailler.

Sur quoi portent vos recherches actuelles ?

Depuis mon arrivée en 2019, j’étudie les effets de la prise de nicotine sur le développement des réseaux de neurones à l’adolescence. Il s’agit d’un véritable enjeu de santé public car près de 90% des fumeurs adultes commencent à fumer à ce moment de la vie. Mes recherches consistent à trouver les mécanismes neuronaux qui font que, lorsque l’on commence à fumer à l'adolescence, le risque de continuer à l'âge adulte augmente. J’essaie également de développer de nouvelles pistes thérapeutiques plus efficaces pour aider les fumeurs à arrêter.

Que représente le prix L’Oréal-Unesco pour vous ?

C'est un excellent programme car il permet de mettre en lumière des parcours de femmes scientifiques. Et c’est très important. Quand j'étais jeune, je ne savais même pas que l’on pouvait faire une carrière en sciences. Je n’avais comme image que celle de Marie Curie, une scientifique brillante, mais dont le parcours me semblait inaccessible. Je manquais de modèles féminins. Avec le prix, nous allons pouvoir devenir des ambassadrices, aller à la rencontre des jeunes filles dans les écoles et leur dire que c’est possible de se lancer.  

En sciences, les femmes doivent faire face à des défis qui s'additionnent, surtout si elles visent des postes à responsabilité. Mais, le nombre fait la force et plus nous serons dans la lumière, plus nous nous soutiendrons, et plus nous pourrons changer les choses.

À la Une

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les Papyrus de la mer Rouge

Par Pierre Tallet, Mark Lehner

L'inspecteur Merer : un témoin oculaire de la construction des pyramides.

La philosophie des amants

Par Christophe Martin

Essai sur "Julie ou La Nouvelle Héloïse"

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi