Laura Scalfi

Laura Scalfi

Docteure en chimie lauréate du Prix L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science 2021

Ce prix confère une espèce de responsabilité envers les jeunes générations

À 27 ans, la physico-chimiste franco-italienne fraichement diplômée de Sorbonne Université se voit distinguée par la prestigieuse fondation pour ses travaux sur la métallicité et les interfaces entre électrolytes et électrodes. Ses résultats permettent de mieux comprendre les processus électrochimiques qui interviennent notamment dans les condensateurs.

Quelles recherches faites-vous au quotidien ?

Je fais de la physico-chimie théorique et computationnelle, c’est-à-dire que j’utilise des ordinateurs et des supercalculateurs pour modéliser et simuler des systèmes physico-chimiques. Pendant ma thèse, j’étudiais l’influence de la métallicité des électrodes sur les propriétés des électrolytes1. La métallicité, c’est le caractère métallique d’un matériau – d’isolant à conducteur parfait –, qui est intimement lié au transport d’électrons, donc d’électricité. Cela se manifeste notamment dans la réponse du matériau quand on approche une charge, un ion par exemple. Je m’appuyais sur des expériences qui semblaient montrer que lorsque la métallicité d’un matériau change, les propriétés à l’interface de l’électrolyte et du matériau changent elles aussi.

En pratique, je lançais des simulations pour étudier les tout premiers nanomètres entre le matériau et le fluide, où de nombreux phénomènes qui régissent le fonctionnement des dispositifs de stockage de l’énergie se produisent. Le résultat est une succession d’images séparées d’une femtoseconde2 formant un film qui prend parfois plusieurs jours à réaliser, la puissance de calcul des ordinateurs nous limitant en termes de durée et de taille.

Pour répondre à certaines questions, en plus de simples simulations où je décrivais le monde tel qu’il est, j’ajoutais des contraintes à mon système pour l’explorer davantage. Un peu comme si je pouvais changer les règles de la nature, mais pour étudier l’influence de la métallicité, observer des transitions solide-liquide ou, dans un autre contexte, le repliement de protéines, il faut donner un coup de pouce à la simulation.

Quelles en sont les applications ?

Les laboratoires dans lesquels j’ai travaillé font plutôt de la théorie et de la modélisation pour développer de nouvelles méthodes et aider d’autres laboratoires, expérimentaux, à interpréter leurs résultats et en extraire de nouvelles connaissances. J’ai, par exemple, participé à améliorer le calcul de la capacité d’un condensateur ainsi que le modèle utilisé pour l’électrode pour mieux en prédire les performances à l’échelle nanométrique, avec des applications dans le domaine du stockage de l’énergie.
Une retombée directe de ces travaux est d’appliquer ces méthodes à des systèmes concrets. Le laboratoire dont je dépendais3 collabore d’ailleurs avec des équipes qui imaginent les batteries et les super-condensateurs de demain.
Ces travaux m’ont aussi permis de faire parler mon côté « geek » en participant au développement du code MetalWalls4.

Que représente le prix L’Oréal-Unesco pour vous ?

C’est une reconnaissance énorme, un honneur mais aussi un tremplin pour ma carrière. Il a cela de particulier que ce n’est pas juste un prix mais une attente pour le futur. Pendant la cérémonie, on nous a rappelé le slogan du programme : « Parce que le monde a besoin de science et la science a besoin des femmes ». Nous sommes maintenant des ambassadrices de cette cause, des figures d’exemple pour les jeunes filles. Ça confère une espèce de responsabilité envers les jeunes générations.

Dans cette idée, en décembre 2020, j’ai pu parler aux élèves de mon lycée à Milan, dans le cadre de leur cours d’orientation professionnelle, de mon parcours, de ce qu’est la recherche parce que c’est un monde qu’on connaît mal à leur âge et qu’on découvre beaucoup plus tard alors qu’on a presque déjà choisi sa voie. Sur le même modèle, j’ai participé à Déclic 20205, dans un lycée ici, en France. Ce sont des occasions, pour les lycéens, de poser des questions pour avoir des informations sur les études supérieures, la thèse et après. C’est important pour bien s’orienter ensuite. Moi, je l’ai fait. On a l’impression de déranger mais les scientifiques répondent volontiers.

Et la suite, comment la voyez-vous ?

J’ai décidé de tout donner pour atteindre une première étape, celle de chargée de recherches au CNRS. J’espère y parvenir d’ici cinq ans même si je sais qu’obtenir un poste, en ce moment, c’est compliqué. C’est ce qui m’a amenée en Allemagne pour un stage post-doctoral. Ensuite, j’aimerais beaucoup participer à des collaborations, nationales ou internationales, sur le thème de la modélisation. De fait, je ne m’autorise pas vraiment à imaginer ce qui se passera au-delà. Mais j’adore mon travail et ce prix me conforte dans mon choix de carrière.

Crédits photo : Jean-Charles Caslot

Laura Scalfi en quelques dates

1994 : Naissance à Milan
1999-2012 : Scolarité et baccalauréat au Lycée français Stendhal de Milan
2012 : Classes préparatoires PCSI-PC au Lycée du parc, à Lyon
2014 : Intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, à Paris
2015 : Stage à l’University College de Londres
2016 : Stage à Chimie ParisTech
2017 : Stage à l’Université de Californie à Berkeley
2018 : Thèse au laboratoire Phénix2 de Sorbonne Université, à Paris
2021 : Docteure en chimie, stage post-doctoral à l’Université libre de Berlin

1Liquide qui contient des ions
210-15 secondes
3Physicochimie des Électrolytes et Nanosystèmes interfaciaux (UMR 8234 - Sorbonne Université, CNRS)
4Code de simulation de la dynamique moléculaire dans les batteries et les super-conducteurs qui a reçu le Prix Spécial Joseph Fourier en juillet 2021.
5Déclic

À la Une

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les Papyrus de la mer Rouge

Par Pierre Tallet, Mark Lehner

L'inspecteur Merer : un témoin oculaire de la construction des pyramides.

La philosophie des amants

Par Christophe Martin

Essai sur "Julie ou La Nouvelle Héloïse"

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi