Georges Forestier

Georges Forestier

Archéologue et ingénieur du théâtre classique

La fabrication d’une pièce est un jeu de Meccano intellectuel passionnant.

Quel point commun y a-t-il entre Racine, Corneille et Molière ? Une édition de la Pléiade dirigée par Georges Forestier ! Professeur émérite de littérature à Sorbonne Université passionné par la mécanique théâtrale, il prépare un grand événement de « poésie dramatique », comme on disait à l’époque. Répétition générale.

« En 5e, je ne m’entendais pas avec mon professeur de mathématiques, alors j’ai fait un blocage sur cette matière. » C’est ainsi que l’amour de Georges Forestier pour les lettres et le théâtre a germé. Lui qui a déjà goûté au latin et au grec ancien se spécialise dans les lettres classiques, voie royale vers les classes préparatoires aux grandes écoles et l’agrégation. Il l’obtient en 1975 mais les postes universitaires sont rares. Que faire ? Tenter les concours de l’ÉNA et Sciences Po… ou partir au service militaire ? « Avec un diplôme, on pouvait l’éviter en exerçant à l’étranger », se souvient Georges Forestier. Il choisit d’enseigner à l’Université de Coimbra, la plus ancienne du Portugal.

À 24 ans, il quitte donc pour la première fois sa Nice natale. Lui qui hésitait à faire une thèse sur la poésie du XXe siècle se retrouve à la tête d’un cours de licence sur le théâtre du XVIIe siècle. C’est ce qui déterminera sa vocation. « J’adorais travailler sur les structures dramatiques du théâtre, leur fabrication et leur fonctionnement. » En parallèle, il entame une thèse sur le théâtre dans le théâtre, « toutes les fois où, dans une pièce, est racontée ou mise en scène une autre pièce, précise-t-il. Petit, j’adorais jouer au Meccano1 et la fabrication d’une pièce est un jeu de Meccano intellectuel passionnant. »

Après deux ans, il rentre au pays et soutient sa thèse en 1980, plus que jamais intéressé par la théorie littéraire, qui tente de décrire les règles de la création des œuvres. Entre temps, il est nommé à l’Inspe2 de Rouen où il restera jusqu’en 1987 avant de passer maître de conférences puis professeur à l’Université de Reims. En 1991, il est nommé à l’Université Sorbonne Nouvelle, mais en 1995, Sorbonne Université, qui veut ouvrir une chaire d’études du théâtre du XVIIe siècle, lui fait les yeux doux. « Le poste correspondait exactement à mon profil, je n’ai pas pu résister ! », avoue le chercheur en se remémorant son bureau avec vue sur la cour et la chapelle de la Sorbonne. Il ne le quittera qu’en août 2020. Désormais professeur émérite, il continue de diriger le Théâtre Molière Sorbonne, qu’il a fondé en 2017 (voir encadré).

La science appliquée aux humanités

Dès l’obtention de son HDR3, en 1987, il est sollicité par des éditeurs et décide de se spécialiser dans les trois auteurs majeurs du théâtre du XVIIe siècle : Racine, Corneille et Molière. Mais c’est à ce dernier que va sa préférence : « S’il y en a un que j’aurais aimé connaître, c’est Molière, pour sa distance critique vis-à-vis de la société, du comportement des gens et parce qu’il fait rire ». Durant sa carrière, Georges Forestier n’a eu de cesse de traquer le fonctionnement des œuvres des trois personnages pour en déduire leur mécanique d’écriture. Mais quand, une fois publiées la nouvelle édition de la Pléiade de Racine en 1999, Gallimard lui propose d’enchaîner sur les biographies de Racine puis de Molière, c’est dans un véritable travail d’enquête qu’il se lance.

En recoupant les témoignages, les registres de comptes de sa troupe et les gazettes de l’époque glanés en bibliothèques, il parvient à retracer le parcours de Molière, de ses débuts parisiens sans succès à son retour triomphal, 12 ans plus tard, dans la capitale. Mieux, ses travaux mettent au jour des éléments de la vie de l’auteur méconnus ou inventés de toutes pièces : il n’était pas un auteur « populaire » mais jouait pour les nobles ; il n’est pas mort de la tuberculose ; Dom Juan n’est pas le vrai titre de sa pièce ; et il est bien l’auteur de ses comédies ! « Je me définis comme un mixte d’archéologue et d’ingénieur, se décrit-il. Je cherche à savoir comment les pièces sont fabriquées grâce aux traités théoriques et aux pratiques de son temps, en recoupant ces déductions avec les informations sur l’auteur et son époque. » Une approche scientifique mise en œuvre pendant 10 ans dans le cadre du projet Molière numérique4 qui débouche sur une biographie en 2018, récompensée par le prix Château de Versailles du livre d’histoire et le Grand prix de l’Académie française pour la biographie littéraire.

À presque 70 ans, Georges Forestier se consacre désormais à la mise en scène du Malade imaginaire, la dernière pièce de Molière, avec costumes, décors et déclamation « comme à l’époque », produite par Sorbonne Université et prévue sur les planches en 2022. Côté écriture, il prépare un essai sur le vrai et le faux dans les textes et sur l’auctorialité du XVIIe siècle à nos jours, ou comment on fabrique un auteur. « C’est, entre autres, un travail sur l’anecdote, confie-t-il. En cherchant, on se rend compte que la plupart d’entre elles ne reposent sur rien. » Et ce n’est pas Molière qui le contredirait !

En savoir plus

•    Site web édité par le laboratoire de Georges Forestier (LabEx OBVIL)
•    Site web édité par Georges Forestier et Claude Bourqui dans le cadre d’une Chaire d’excellence ANR
•    Site web édité par Georges Forestier avec les crédits de l’Institut universitaire de France
•    Site web du Théâtre Molière Sorbonne


1 Jeu de construction métallique
Institut national supérieur du professorat et de l’éducation, ex-IUFM
3 Habilitation à diriger des recherches
4 LabEx OBVIL (Observatoire de la vie littéraire)

 

Théâtre Molière Sorbonne

Unique en son genre, cette entité de la direction des affaires culturelles propose une formation en déclamation « à l’ancienne » aux étudiants de Sorbonne Université ainsi qu’aux élèves d’écoles de théâtre et offre des spectacles qui en découlent et en constituent la vitrine.

À la Une

Fermeture d'été : du 24 juillet au 22 août inclus, tous les sites et campus de la faculté sont inaccessibles. L'ensemble des services est fermé.

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Résonances oasiennes

Par Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Approches sensibles de l'urbain au Sahara

Byzance et ses voisins, XIIIe-XVe siècle

Par Elisabeth Yota

Art, identité, pouvoir

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.