DominiqueMazier

Dominique Mazier

Professeure émérite

3,2 milliards de personnes – soit près de la moitié de la population mondiale – sont exposées au risque de contracter le paludisme

Médecin-chercheuse en immuno-parasitologie, Dominique Mazier, étudie actuellement au sein du Centre d'Immunologie et des Maladies Infectieuses (Sorbonne Université / Inserm / CRNS) l’utilisation de deux plantes originaires de Chine et d’Afrique du Sud, l’Artemisia annua et afra, sur les différents stades de développement de la malaria. Ce projet, soutenu par la Fondation Sorbonne Université et l’association Maison de l’Artemisia ouvre la perspective de découvrir de nouveaux composés antipaludiques.

Parlez-nous de votre parcours et de ce qui vous a amené à travailler sur le paludisme ? 


J’ai débuté mon parcours comme médecin « sur le terrain » au Mali et en Ethiopie, puis comme médecin de campagne dans le Gers. Je me suis ensuite orientée vers une carrière hospitalo-universitaire. Dans ce cadre, j’ai dirigé le Service de Parasitologie-Mycologie de la Pitié-Salpêtrière à Paris et successivement trois unités INSERM. Mes recherches portent sur les parasites et les champignons pathogènes pour l’homme, avec une part importante consacrée au parasite du paludisme (ou malaria). En explorant les mécanismes fondamentaux de l’infection qu’ils engendrent, mes travaux visent à développer de nouveaux concepts de recherche, ainsi que leurs applications thérapeutiques. 

Que représente l’épidémie de paludisme aujourd’hui ? 

Le paludisme, causé par le parasite Plasmodium transmis par la piqure d’un moustique, reste un problème majeur de santé publique en dépit des moyens mis en œuvre pour son éradication : 3,2 milliards de personnes – soit près de la moitié de la population mondiale – sont exposées au risque de contracter le paludisme. En 2019, 229 millions développent la maladie et 409 000 en meurent, principalement des enfants de moins de 5 ans vivant en Afrique subsaharienne. Les efforts de la communauté internationale ont cependant permis une diminution de 60 % de la mortalité en 15 ans.

Votre projet s’appuie sur l’utilisation de deux plantes originaires de Chine et d’Afrique du Sud, l’Artemisia annua et afra, pouvez-vous nous en dire plus ? 

La découverte de l’artémisinine par Youyou Tu, prix Nobel de Médecine en 2015, a joué un rôle capital dans la réduction du nombre des décès dus au paludisme. L'artémisinine, purifiée à partir de la plante Artemisia annua, est en effet un des antipaludiques les plus puissants connus à ce jour et les associations thérapeutiques à base d'artémisinine sont actuellement les seuls traitements de première intention efficaces contre le paludisme. Cependant, depuis 2008, l’émergence de parasites résistants aux associations thérapeutiques à base d’artéminisme dans le Sud-Est asiatique représente une menace très importante pour la santé publique dans les régions d'endémie palustre.
Les efforts visant à empêcher l'émergence de la résistance à l'artémisinine en Afrique, où le parasite est le plus répandu, vont de pair avec les efforts visant à découvrir de nouvelles classes de médicaments antipaludiques. Il s'agit également de trouver de nouveaux médicaments sûrs qui peuvent empêcher les rechutes dues aux stades hépatiques dormants. Il s’agit d’une fraction de parasites, appelés hypnozoïtes, qui peut rester « dormante » un an ou plus, avant de se réveiller, provoquant une rechute. 

Quels sont les objectifs de votre projet ? Comment pourraient se traduire les recherches développées grâce à votre approche ?

Au cours des dernières années, s’est mise en place une campagne de plus en plus forte pour préconiser, comme traitement mais aussi de façon préventive, l'utilisation généralisée des remèdes traditionnels à base d’Artemisia : A. annua, mais également A. afra, espèce traditionnellement utilisée en Afrique du Sud et dépourvue d'artémisinine. Cela a valu la forte désapprobation de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui considère que l'utilisation de tels traitements non supervisés, favoriserait l'émergence d'une résistance aux médicaments.
Notre projet, à l’aide de différents modèles mis au point dans notre laboratoire consiste en l’étude comparative de l'activité des infusions d’Artemisia annua (riche en artémisinine) et d’Artemisia afra (sans artémisinine) sur différents stades de développement du parasite dont ceux qui forment des hypnozoïtes (les stades hépatiques dormants qui provoquent des rechutes). Les premières données démontrent clairement une puissante activité inhibitrice, indépendante de l’artémisinine. 
Ces premiers résultats ouvrent la perspective de découvrir de nouveaux composés antipaludiques, notamment un qui serait efficace pour prévenir les rechutes qui entravent le contrôle du parasite. 
 

La Fondation Sorbonne Université

La Fondation Sorbonne Université œuvre pour développer des solutions concrètes aux grands enjeux sociétaux et assurer le rayonnement académique de Sorbonne Université. Elle agit en faveur de l’attractivité nationale et internationale de l'université, de la pleine mobilisation de sa communauté y compris de ses diplômés, et d’une synergie accrue avec le monde économique.

Vous êtes une entreprise, un particulier, et souhaitez soutenir la Fondation Sorbonne Université ? Découvrez nos projets. 

Crédits : Inserm

 

À la Une

Fermeture d'été : du 24 juillet au 22 août inclus, tous les sites et campus de la faculté sont inaccessibles. L'ensemble des services est fermé.

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Résonances oasiennes

Par Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Approches sensibles de l'urbain au Sahara

Byzance et ses voisins, XIIIe-XVe siècle

Par Elisabeth Yota

Art, identité, pouvoir

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.