Conque de Marsoulas © Carole Fritz
Conque de Marsoulas © Carole Fritz et al. 2021.
  • Patrimoines

Un instrument vieux de 18 000 ans révèle les sonorités de la Préhistoire

90 ans après sa découverte dans la grotte ornée du même nom, la conque de Marsoulas a été étudiée par une équipe de recherche pluridisciplinaire (CNRS, Muséum de Toulouse, Université Toulouse-Jean Jaurès, musée du quai Branly – Jacques-Chirac, Sorbonne Université). Le croisement des expertises a permis d’appréhender sous un nouveau jour ce qui jusqu’alors était connu des archéologues comme un coquillage de taille exceptionnelle : cette conque serait en fait le plus ancien instrument à vent de ce type jamais découvert. Dans une étude publiée le 10 février dans Sciences Advances, ils dévoilent les tous premiers sons de la Préhistoire.

Explorée pour la première fois en 1897, la grotte de Marsoulas est la première grotte ornée découverte dans les Pyrénées[1]. La conque a quant à elle été découverte en 1931 et c’est au cours d’un récent inventaire issu des fouilles archéologiques, conservé en grande partie au Muséum de Toulouse, que des scientifiques se sont penchés sur ce grand coquillage de l’espèce Charonia lampas (triton à bosse). « Lors de sa découverte, la conque été étudiée pour sa taille exceptionnelle[2]  et le fait surprenant qu’elle ait été transportée depuis la côte atlantique jusqu’à la grotte qui se situe à plus de 200km de là. Ce n’est qu’il y a quelques années que mes collègues qui étudient les peintures pariétales, Carole Fritz et Gilles Tosello, et ceux du Muséum de Toulouse, ont émis l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’un instrument de musique » explique Philippe Walter, chercheur au CNRS, directeur du laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale à Sorbonne Université et co-auteur de l’étude.            

En révélant les transformations subies par la conque, la tomographie[3] à rayons X a permis de vérifier cette hypothèse. Plusieurs étapes imputables à la main de l’homme ont en effet été détectées, à commencer par la pointe, manifestement cassée afin de pouvoir souffler dans le coquillage. Le pavillon de la conque a également été travaillé, de manière à permettre l’insertion de la main au niveau de la sortie afin d’en moduler le son, geste indubitablement lié à une pratique musicale. Enfin, la tomographie a dévoilé un trou creusé dans la deuxième spire et les traces des outils ayant permis cette transformation. « Tout cela montre que cet objet a été conçu comme un instrument de musique, de manière très sophistiquée. Cette découverte fait date dans l’histoire des techniques ! » commente Philippe Walter, très enthousiaste. L’intervention d’un corniste, enseignant-chercheur à l’université de Toulouse-Jean Jaurès, qui a produit trois sons proches des notes do, do dièse et ré a définitivement confirmé le postulat des chercheurs. L’instrument, qui résonne à 100dB, a une puissance sonore incroyable. « C’est la première fois que l’on entendait un son de la Préhistoire ! » s’est réjouie l’équipe de recherche.     

Tout cela montre que cet objet a été conçu comme un instrument de musique, de manière très sophistiquée. Cette découverte fait date dans l’histoire des techniques !

Philippe Walter, directeur du laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale à Sorbonne Université

Art pariétal et musique

Mais la découverte ne s’arrête pas là. En réétudiant la conque, les chercheurs ont mis au jour une série de points rouges identiques à ceux figurant sur les parois de la grotte ornée de Marsoulas (en particulier pour la représentation d’un bison, peint avec le même type de pigments), témoignage d’une relation symbolique directe entre cet objet-instrument de musique et l’art rupestre. Si cette dimension avait déjà été évoquée par des spécialistes de la préhistoire, leur nouvelle lecture de la conque en apporte une preuve incontestable. Cette seconde découverte surprenante vient nourrir les recherches menées par Philippe Walter qui étudie les peintures de la grotte de Marsoulas depuis déjà près de vingt ans déjà : « l’analyse des pigments par leur composition chimique et leur couleur a permis de déterminer que le style des points présents sur la conque correspond à une des phases de décoration de la grotte ». Cette donnée pourrait ouvrir de nouvelles perspectives pour étudier l’ensemble des étapes de décoration de la grotte afin de recréer le décor intégral au moment où le bison a été peint, et la conque façonnée.

Comparaison des pigments utilisés pour le bison et la décoration de la conque de Marsoulas - ©Ph. Walter, CNRS / ©Carole Friz et al., 2021

Modélisation 3D et appropriation patrimoniale

Lors de cette étude, une première modélisation de la conque a été réalisée grâce à une imprimante 3D. Afin de se rapprocher le plus possible des densités et vibrations de l’instrument original, les chercheurs réfléchissent à d’autres techniques de modélisations, en utilisant notamment des matériaux de comportement mécanique proche de la matière du coquillage.

Si la science a permis d’apporter un nouveau regard sur la conque, Philippe Walter rêve d’un instrument virtuel, accessible à tous les musiciens qui souhaiteraient s’en emparer et créer leur propre musique. « Notre société est empreinte d’une culture musicale avec les sonorités que l’on connaît et on peut aisément imaginer que les sons de l’époque préhistorique étaient radicalement différents. Cette découverte scientifique pourrait donc amener à un transfert vers la création contemporaine et à une appropriation patrimoniale » conclue-t-il.

 


 [1] Elle témoigne des débuts de la culture magdalénienne dans cette région, à la sortie du dernier maximum glaciaire.
[2] Avec 31cm de hauteur, 18cm de diamètre et jusqu’à 0,8cm d’épaisseur, la conque témoin d’une mer plus froide est plus grosse et plus épaisse que les plus récentes de la même espèce.
[3] Technique d’imagerie qui permet de reconstruire le volume d’un objet à partir d’une série de radiographies. En archéologie, elle est notamment utilisée pour étudier la structure interne des fossiles et des momies.

Pour aller plus loin :

>> Découvrez le son de la conque de Marsoulas.

>> Voir le modèle 3D.

Référence : First record of the sound produced by the oldest Upper Paleolithic seashell horn, C. Fritz, G. Tosello, G. Fleury, E. Kasarhérou, Ph. Walter, F. Duranthon, P. Gaillard and J. Tardieu, Sciences Advances, 10 Février 2021.

À la Une

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les Papyrus de la mer Rouge

Par Pierre Tallet, Mark Lehner

L'inspecteur Merer : un témoin oculaire de la construction des pyramides.

La philosophie des amants

Par Christophe Martin

Essai sur "Julie ou La Nouvelle Héloïse"

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi