Quelles solutions pour diminuer nos importations d’hydrocarbures russes ?
Quelles solutions pour diminuer nos importations d’hydrocarbures russes ?
  • Recherche

Quelles solutions pour diminuer nos importations d’hydrocarbures russes ?

Entretien avec la géologue Isabelle Moretti.

La guerre d’Ukraine conduit l’Europe à s’interroger sur sa dépendance énergétique et à remettre en cause sa stratégie pour les prochaines décennies. Isabelle Moretti, vice-présidente du pôle énergie de l’Académie des technologies et chercheuse associée à l’ISTeP1 , nous éclaire sur les enjeux et les solutions envisageables à court et moyen termes pour une plus grande autonomie énergétique.

Le conflit en Ukraine a rappelé que nous étions partiellement tributaires des importations de gaz, pétrole et charbon russes. Quel est le poids de ces importations en France et en Europe et à quoi sont-elles utilisées ?

Isabelle Moretti : Alors que près de la moitié du gaz importé en Europe vient de Russie, le gaz russe ne représente, en France, que 17% des importations, loin derrière le gaz norvégien (36%). Quant au pétrole français, il provient à hauteur de 12% de la Russie, de 15% de l'Arabie saoudite, de 14% du Kazakhstan, 12% du Nigeria, 11,7% de l’Algérie et le reste de la Norvège. Nous importons également 30% de notre charbon de la Russie pour produire de l'acier, de la fonte et de l'électricité – soit 13 millions de tonnes, ce qui est relativement peu.

Ces hydrocarbures sont utilisés pour de très nombreux procédés industriels, mais aussi pour la mobilité, le chauffage, l'éclairage, etc. Afin de sortir progressivement du charbon, la stratégie de décarbonation européenne repose sur une augmentation du gaz qui, parce qu’il génère trois fois moins de CO2 que le pétrole – et bien moins que le charbon, est considéré comme une énergie de la transition.

Quelles seraient les alternatives pour réduire notre dépendance énergétique à la Russie à court terme ?

I. M. : Pour réduire la consommation des hydrocarbures russes à court terme, nous pouvons, tout d’abord, réduire nos consommations. La sobriété énergétique passe notamment par la réduction des températures des logements. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, baisser le thermostat du chauffage d’un degré de tous les logements, bureaux, locaux commerciaux européens réduirait la demande de gaz d’environ 10 milliards de m3 par an.

La seconde solution est de faire venir les hydrocarbures d’autres pays, ce qui implique de trouver des vendeurs et des voies d’acheminement. Avec le gaz de schiste, les États-Unis sont passés en douze ans de premier pays importateur de gaz à premier pays producteur devant la Russie et le Moyen-Orient. Actuellement la moitié du transport de gaz se fait dans les gazoducs et l’autre moitié par bateaux. S’il est impossible de construire un gazoduc en un an, nous pouvons, en revanche, faire venir plus de bateaux dans nos ports pour livrer du gaz naturel liquéfié (GNL). C’est d’ailleurs la stratégie qu’a adoptée la Pologne depuis quelques années en créant de nouveaux ports afin de moins dépendre du gaz russe. À l’inverse, l’Allemagne est le seul pays européen à ne pas avoir de terminaux méthaniers permettant d'importer le GNL malgré un accès à la mer.

Et à moyen terme ?

I. M. : Le biogaz est une solution qui prend de l’ampleur. Le biogaz de première génération est produit à partir des déchets humides, des boues d'épuration, etc. Il peut ensuite soit être brûlé directement pour produire de l'électricité et de la chaleur, soit être purifié afin d’être injecté dans le réseau (il existe actuellement près d’une centaine de points d'injection dans le réseau français). La seconde génération de biogaz est obtenue par pyrolyse de la matière organique sèche (en brûlant des plastiques ou les restes d’un meuble, par exemple). Elle nécessite des installations plus lourdes, mais qui sont en train d’être déployées en France. Au vu des quantités non négligeables de déchets que nous produisons, nous pouvons imaginer une production de biogaz sous forme de circuits courts à moyen terme.

Autre technologie prometteuse, le gaz de synthèse fabriqué à partir du mélange d'hydrogène et de CO2. Près de Marseille, un système pilote a été lancé pour neutraliser, grâce à de l’hydrogène, le CO2 provenant d’une industrie polluante et le transformer en gaz. L’hydrogène est une solution d’avenir qui peut changer la donne. L'hydrogène naturel présent dans le sous-sol, et sur lequel je travaille depuis plusieurs années, est une source d’énergie bon marché et que nous espérons disponible en grande quantité. Elle peut être utilisée pour de nombreux usages comme la mobilité, la neutralisation du CO2, la chimie, etc.

Quelle place est accordée aux renouvelables pour aller vers une plus grande autonomie énergétique ?

I. M. : Nos dirigeants sont confrontés à un problème complexe : celui de devoir, dans un même temps, diminuer les émissions de gaz à effet de serre, gagner en autonomie énergétique, produire une énergie peu chère et avec le minimum de risque.

Les technologiques renouvelables se développent vite – surtout en Inde et en Chine, même si ces pays continuent encore à ouvrir quotidiennement des centrales thermiques à charbon en raison du faible coût de cette énergie. En France, nous avons le solaire, l'éolien, l’hydraulique, la biomasse, l'énergie de la mer, etc. Le déploiement de ces technologies est cependant confronté à des freins. D’abord, le coût de développement : aujourd’hui, l’énergie marine reste chère. Mais quand on observe les courbes de diminution du prix du photovoltaïque ou de l’éolien sur une trentaine d'années, on constate que les prix baissent drastiquement lorsque la technologie devient mature. Le solaire est désormais une énergie compétitive. Nous devons donc continuer à travailler pour faire baisser les coûts.

Au problème du coût s’ajoutent des réticences culturelles et sociétales. Certaines technologies, comme la géothermie, sont très peu répandues en France, alors qu’elles le sont largement dans d’autres pays. En Hollande, par exemple, la moitié des maisons sont équipées d’un système de stockage de chaleur, alors que dans l’Hexagone ces installations sont présentes dans 0,01% des logements. Autre exemple : l’installation d’éoliennes sur le territoire français ou ses côtes nécessite bien souvent des années de négociations avant de pouvoir être actée.

Une meilleure indépendance énergétique passe aussi par la prise de conscience de tous les citoyens qui doivent comprendre que l'énergie ne tombe pas du ciel et que sa génération peut avoir des impacts. Si la majorité des citoyens ne veut ni éoliennes, ni panneaux solaires, ni biogaz, ni barrages, ni centrales, alors l’unique alternative sera d'importer l'énergie de nos pays voisins.

Le problème de l'énergie est un problème complexe aux multiples facettes. La guerre en Ukraine a changé la donne, mais il est essentiel de prendre le temps de la réflexion pour ne pas choisir des solutions qui pourraient se révéler inappropriées dans l’avenir.


1 : Institut des Sciences de la Terre de Paris (Sorbonne Université, CNRS, Institut National des Sciences de l'Univers)

Les examens du 2e semestre se tiendront du 16 au 25 mai 2022 en présentiel

Campagne d'inscription en formation professionnelle 2022-2023

Préparez dès à présent la faisabilité et l'organisation de votre projet de reprise d'étude pour l'année universitaire 2022-2023 !

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université propose au public professionnel et aux entreprises des dizaines de formations de licence et master en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales.

Formation professionnelle


Écrire à l’encre violette

Par Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin

Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

L'étoffe d'un roi

Par Sandra Martinez

Commerce des parures à la cour d'Espagne (1665-1700)

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiantes et étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignantes-chercheuses, enseignants-chercheurs, chercheurs et chercheuses.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Stem Cell Biology and Regenerative Medicine

Par Charles Durand & Pierre Charbord

River Publishers Series in Biotechnology and Medical Technology Forum

Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique