interview Olivier Lopez, cyber assurance
  • Interview

Olivier Lopez : « L’objectif du rapport du Trésor est de favoriser le développement du marché de l’assurance du cyber risque »

Alors que les cyberattaques menaçant les entreprises s’intensifient, la direction générale du Trésor a fédéré des acteurs des assurances, des services de l’Etat, des représentants d’entreprises et des experts du monde académique, dont des chercheurs de Sorbonne Université, autour de la rédaction d’un rapport. Son objectif : développer l’assurance du cyber risque afin de renforcer la résilience du tissu économique français. Olivier Lopez, directeur de l’ISUP, a participé aux travaux. Rencontre.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le cyber risque ?
Olivier Lopez :
Le cyber risque est un sujet très vaste. Cela couvre tous les incidents qui peuvent se produire quand les systèmes d’information sont détournés de leur utilisation première, que ce soit de façon involontaire comme l’incendie du centre de données d’OVH à Strasbourg il y a quelques années, ou volontaire comme les piratages informatiques pilotés par des groupes cyber criminels ou des Etats. 

Quels sont les principaux risques de la cybersécurité ?
O.L :
Dans le domaine de la cyber assurance, ce sont pour le moment surtout les entreprises qui sont concernées. Il peut y avoir plusieurs types de risques de cybersécurité : celui de la perte d’activité d’abord si, par exemple, des machines et des équipements ne fonctionnent plus. Ça a été le cas des chaînes de production des usines Renault qui ont été bloquées à cause d’un piratage massif lors de l’attaque Wannacry. Les attaques peuvent aussi bloquer les systèmes d’information, les fichiers client, l’historique des commandes, les données de livraison, etc. Imaginez un site de vente en ligne piraté et indisponible pendant le Black Friday ou la période des fêtes de fin d’année…

Il peut même y avoir des risques corporels. On l’a vu avec la cyberattaque contre l’hôpital de Düsseldorf en Allemagne en 2020. L'hôpital était bloqué, ils ne pouvaient plus opérer de patients, l’un d’eux a dû être transféré en urgence dans une autre infrastructure et est malheureusement décédé durant le transfert. Plus près de chez nous, c’est l'hôpital de Corbeil-Essonnes qui a été pris pour cible par des pirates qui réclamaient une rançon pour débloquer les systèmes, avec la menace supplémentaire de divulguer les données des patients. 

Un autre risque est celui d’un blocage complet de la société s'il y a une cyberattaque massive sur des institutions comme des gares, des centrales nucléaires, etc. On parle alors de cyber ouragan. Ces différents scénarios-catastrophes sont étudiés par la Défense nationale, mais ils doivent aussi être abordés par l’ensemble des acteurs de la gestion des risques, assureurs et actuaires notamment.

Enfin, les entreprises visées par des attaques peuvent aussi subir des dommages liés à leur réputation en cas de fuite d’e-mails injurieux par exemple. 

Sorbonne Université a participé au groupe de travail sur la cyber assurance instauré par la direction générale du Trésor. En quoi est-on légitime sur ce sujet ?
O.L :
Avec l’ISUP, Sorbonne Université dispense une formation de pointe en actuariat, c’est-à-dire dans le domaine de la quantification des risques. En assurance et en finance principalement, mais avec une vocation de répondre à l’ensemble des risques de la société et de contribuer à leur gestion. Nous délivrons 130 à 140 diplômes par an dans le domaine, la moitié en formation continue, ce qui fait de nous un interlocuteur privilégié dans le domaine.

Nous avons aussi, depuis 2017, un projet de recherche assez unique en Europe sur toutes les questions de cyber assurance, en partenariat avec l’ENSAE et la Fondation du Risque. A ce titre, Sorbonne Université s’est retrouvée dans le panel d’experts qui a contribué au rapport de la direction générale du Trésor. Avec nos collègues de l’Institut des actuaires, qui représente la profession actuarielle en France, nous avons cherché à transmettre notre approche scientifique et méthodologique sur ces questions dans l’analyse de ce risque cyber. Nous sommes très heureux d’avoir pu contribuer aux travaux des administrations de Bercy, ce qui est conforme à notre rôle de produire une recherche ayant vocation à être d’intérêt public.

Quel est l’objectif du rapport rédigé par le Trésor ?
O.L :
Il faut savoir que le marché de la cyber assurance n’a pas encore trouvé sa convergence, son mode de fonctionnement, c’est en tout cas mon analyse en tant que chercheur. Le cyber risque est encore relativement peu assuré. Les entreprises ont des difficultés à appréhender ce risque et il est difficile pour les professionnels de l’assurance d’estimer ses impacts. 
Ce rapport doit permettre d’anticiper les risques mais aussi de fournir une réponse sur le plan de la protection financière et de la réparation des préjudices. 

Le travail de la direction du Trésor est très ambitieux, et, à mon sens, extrêmement positif si on espère que la France joue un rôle clé dans l’éclosion de ce nouveau segment d’assurance. L’objectif du rapport est de favoriser le développement du marché de l’assurance du cyber risque pour renforcer la résilience de notre économie, et on sent qu’il peut être le premier acte pouvant conduire à faire de Paris un pôle mondial d’expertise en la matière. 

Quelles actions vont en découler ?
O.L :
Un certain nombre de recommandations ont été formulées. Outre clarifier le cadre juridique de l’assurance du cyber risque, je retiens, pour ce qui concerne mon domaine d’expertise, la nécessité de mieux anticiper et quantifier les risques. Si on veut les analyser et les modéliser, on a besoin de données. Il y a toute une réflexion sur la façon de structurer ces données afin de favoriser une meilleure mesure du cyber risque.

Je suis également convaincu que l’approche scientifique qui est la nôtre peut jouer un rôle important dans le développement de produits d’assurance innovants et dans l’émergence de bonnes pratiques. Pour le cas des rançongiciels par exemple, on ne répètera jamais assez qu’il faut absolument éviter de payer cette rançon. Les premiers travaux que nous menons dans le domaine montrent que ce n’est pas seulement un impératif moral, mais que ne pas payer est majoritairement le bon calcul, aussi bien sur le plan individuel que collectif. C’est un élément de plus pour convaincre d’adopter les bons comportements.


Retrouvez l’intégralité du rapport sur le site de la Direction générale du Trésor.

5

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université sera présente sur le Salon de l'éducation, du 25 au 27 novembre 2022, Paris Expo Porte de Versailles

Les personnels des services d'orientation et d'insertion, accompagnés d'étudiantes et étudiants ambassadeurs, vous accueilleront sur le stand U33, hall 6.

Réorientation semestrielle

Vous avez fait votre rentrée en L1 mais vous avez identifié une autre formation à la Faculté des Lettres, plus cohérente avec votre projet professionnel ? La réorientation semestrielle est un aménagement qui vous permet de changer de licence à l'issue de vos examens du premier semestre. Déposez votre candidature entre le 21 novembre et le 13 décembre.



Prendre des photos au musée ?

Par Sébastien Appiotti

Quand les visiteurs gardent l’œil sur l’objectif

Alexandre de Humboldt, l'eau et le feu.

Par Gilles Fumey

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

193

Parcours de licence

192

Parcours de master

13

Sites et campus

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Les extraordinaires pouvoirs du ventre

Par Harry Sokol

Un fabuleux voyage à la découverte des pouvoirs de notre microbiote.

Apologie de la discrétion

Par Lionel Naccache

Comment faire partie du monde ?

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiantes et étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux.

Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignantes-chercheuses, enseignants-chercheurs, chercheurs et chercheuses.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Les mondes de Saturne

Par Sébastien Charnoz, Sandrine Vinatier, Sandrine Guerlet, Alice Le Gall

Les mystères de Saturne révélés !

Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Stem Cell Biology and Regenerative Medicine

Par Charles Durand & Pierre Charbord

River Publishers Series in Biotechnology and Medical Technology Forum