Projet So-Chic
  • Recherche

L’océan Austral au cœur du changement climatique

Océanographe au laboratoire LOCEAN, Jean-Baptiste Sallée a lancé en 2019 le projet SO-CHIC. Son objectif : observer et modéliser l’océan Austral pour mieux anticiper le changement climatique. Il nous fait part des nouvelles avancées du projet.

90% de l’excès de la chaleur accumulée sur la Terre se retrouve dans les océans du globe. « Ce que l'on vit tous les jours comme des changements majeurs dans l’atmosphère ne représente en réalité qu’1% du changement climatique », souligne l’océanographe, Jean-Baptiste Sallée. Pour comprendre l'ampleur de ce réchauffement, il faut aller sous la surface de l'océan et en particulier de l’océan Austral. C’est l’objectif du projet SO-CHIC.

Initié en 2019 par le laboratoire d’océanographie et du climat de Sorbonne Université, le projet SO-CHIC (Southern Ocean Carbon and Heat Impact on Climate) réunit 16 partenaires institutionnels internationaux et une cinquantaine de spécialistes en physique, océanographie, climatologie et biogéochimie. Financé à hauteur de huit millions d’euros pour une durée de cinq ans par la Commission Européenne, il a pour ambition de comprendre les processus qui contrôlent les échanges entre l’atmosphère, l’océan et la glace de mer au niveau de l’océan Austral afin de contribuer à réduire les incertitudes liées aux prévisions du changement climatique.

Le cœur des océans

Seuls quelques rares endroits sur Terre permettent de connecter la surface de l’océan et les abysses, rendant ainsi possible l’absorption en profondeur de la chaleur et du carbone de l’atmosphère. « C’est dans l'océan Austral que ce phénomène est le plus efficace en raison des processus physiques et biogéochimiques qui s’y déroulent et qui sont liés aux conditions climatiques extrêmes de cette région du globe », explique Jean-Baptiste Sallée.

Véritable éponge, l'océan Austral absorbe les trois quarts de la chaleur et du carbone de l’atmosphère captés par l’ensemble des océans pour les enfouir dans les fonds océaniques. C’est aussi l’un des océans qui se réchauffe le plus rapidement sur Terre. Ses eaux, plus chaudes, s'acidifient et perdent leur oxygène. Et parce qu’ils ont lieu à proximité de la calotte polaire Antarctique, ces changements ont un impact très fort sur le niveau des mers global. « Une toute petite modification de l’efficacité de cette éponge a des conséquences majeures sur le réchauffement atmosphérique », insiste l’océanographe. La question est donc de savoir combien de temps encore l'océan Austral va pouvoir jouer ce rôle de régulateur du climat mondial de manière aussi efficace qu’aujourd’hui.  

Un changement climatique qui s’accélère

Pour comprendre à quel point cet océan est en train de changer, les scientifiques ont exploité les données recueillies depuis 25 ans par l'Astrolabe, un brise-glace qui navigue entre l'Australie et l'Antarctique pour ravitailler les bases françaises. « Nous avons montré que les changements de température étaient très importants comparés à la variabilité naturelle de l’océan Austral, notamment ceux, plus fondamentaux, qui ont lieu en profondeur », précise le chercheur.

L’une des prochaines étapes du projet est de déterminer si cette énorme quantité de chaleur qui croisse dans les profondeurs océaniques australes va s’infiltrer dans les plateaux continentaux antarctiques et entrer en contact avec la calotte polaire. « Cela constitue l’une des principales incertitudes sur le niveau futur des mers. Nous pensons que cela risque d’être le cas, mais nous ne pouvons pas encore le quantifier », alerte Jean-Baptiste Sallée.  

… en raison d’une moins bonne absorption océanique de la chaleur et du carbone

En analysant l'ensemble des données physiques des océans du globe sur les cinquante dernières années, les scientifiques du projet SO-CHIC ont de bonnes raisons de penser que le changement climatique va rendre plus difficile encore l’absorption du carbone et de la chaleur par l’océan. « On voit très clairement qu’au niveau global, l'océan est en train de se découpler entre la couche de surface et les abysses. Cela est dû au fait que la température et la densité de la surface de l'océan changent beaucoup plus rapidement que dans les profondeurs. C'est exactement comme si on ajoutait une couche d'huile sur de l'eau, le mélange entre les différentes couches de l’océan se fait moins bien. » Et l’équipe a montré, dans un article publié dans Nature en 2021, que ce phénomène de découplage entre la surface et les profondeurs avait lieu sept fois plus vite que ce que les modèles existants laissaient penser.

Décembre 2021 : la première campagne d’observation SO-CHIC

L’équipe s’intéresse également aux changements plus abrupts qui ont lieu dans l’océan, comme la mise en place d’une cheminée entre les abysses et l'atmosphère. Ce phénomène, relativement rare, relâche une énorme quantité de chaleur, créant des trous dans la banquise de la taille de la moitié de la France. Pour comprendre ces processus, les scientifiques vont partir en décembre installer des instruments sur une montagne sous-marine. « Nous allons déployer des instruments autonomes, adaptés à des conditions extrêmes et pilotés à distance, et les laisser pendant un an sous la banquise australe », explique l’océanographe.

Campagne en Antarctique

Campagne en Antarctique ©Jean-Baptiste Sallée

Pour préparer cette première campagne d’observation dédiée au projet, les chercheurs s’appuient sur un travail de modélisation. « Nous avons créé un modèle haute résolution de la zone pour représenter ces processus de petite échelle qui ne sont pas représentés dans les modèles climatiques actuels, précise Jean-Baptiste Sallée. Grâce à cette représentation numérique, nous pouvons faire des expériences virtuelles et savoir précisément quel est le type d'échantillonnage dont nous avons besoin, quels instruments utiliser, où les déployer, comment les piloter, etc. »

D'autres campagnes dirigées par des partenaires internationaux, comme celle menée l’an dernier par l’Institut polaire allemand, contribuent également à récolter de précieuses observations qui sont utilisées dans le projet.
Des travaux valorisés par le GIEC et la COP26

Les recherches de SO-CHIC alimentent directement les rapports du GIEC, ce groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat auquel Jean-Baptiste Sallée appartient et qui est au cœur des négociations internationales sur le climat. « Nos travaux sont notamment cités dans la sixième évaluation du rapport publiée en 2021 », indique le chercheur. L’équipe du projet participera également cette année à la COP26 lors d’un évènement sur les changements climatiques polaires qui aura lieu sur le pavillon de la Commission européenne à Glasgow.

À la Une

S2 Inscriptions pédagogiques - correctif - clôture le 26 janvier à 12h00

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Laïcité, un principe

Par Eric Anceau

De l'Antiquité au temps présent

Chroniques de l'Europe

Par / Sous la direction de Sonia Bledniak, Isabelle Matamoros, Fabrice Virgili

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Du Laboratoire Arago à l'Observatoire océanologique de Banyuls

Par / Sous la direction de Guy Jacques et de Yves Desdevises

Une épopée humaine et scientifique

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi