Les algorithmes au service de la reconstitution faciale 3D
  • Alliance Sorbonne Université
  • Recherche et formation pluridisciplinaires

Les algorithmes au service de la reconstitution faciale 3D

L’Institut des sciences du calcul et des données (ISCD) a mis ses compétences au service d’un documentaire pour redonner un visage à un crâne humain non identifié.

Utilisé comme accessoire sur un court-métrage, Bruto est un crâne dont la réalisatrice Carole Grand a voulu retracer l’histoire. Dans son documentaire diffusé sur France Télévisions, elle a remonté le fil des personnes qui l'ont côtoyé et fait appel à l’expertise de plusieurs scientifiques, dont ceux de l’ISCD, pour retrouver son origine.

La réalisatrice s’est d’abord rendue au Muséum national d’Histoire naturelle pour faire dater le crâne au carbone 14 et le numériser, puis au Musée de l’Homme pour obtenir son analyse ADN. Ses investigations lui ont permis de découvrir que le crâne appartenait à un homme caucasien de 40 à 60 ans qui aurait vécu entre le 17e et le 19e siècle. C’est lors de ces recherches que la vidéaste a rencontré des acteurs de la chaire FaciLe, un programme pluridisciplinaire  créé en 2014 à l’ISCD autour de la reconstitution faciale. L’équipe lui a alors proposé de redonner un visage à Bruto.

Reconstituer un visage en 3D à partir d’un crâne

Pour ce faire, les scientifiques sont partis du travail de reconstitution numérique du crâne réalisé par les anthropologues du MNHN. Ils ont ensuite utilisé un programme de morphing développé dans le cadre de la chaire FaciLe. Ce logiciel permet de calculer la déformation élastique entre un crâne de référence, pour lequel le visage de la personne est connu, et le crâne qu’il s’agit d’identifier. L’idée étant ensuite d’appliquer la même déformation sur le visage de référence pour reconstituer le visage de l’inconnu. « On extrait, de notre base de données, plusieurs associations crâne/visage suffisamment représentatives des critères d’âge, de sexe, d’origine ethnique du sujet à identifier. À partir de là, on fabrique une nouvelle combinaison crâne/visage qui va servir de référence pour modéliser le visage, explique le directeur de l’ISCD, Pascal Frey, à l’origine du projet. La méthode, qui repose sur des paramètres biophysiques, est complétement automatique et a déjà fait l’objet de plusieurs publications dans des revues de mathématiques et de médecine légale ».  
À partir de cette reconstitution faciale vierge, c’est au tour de Chloé Guennou, ingénieure de recherche en visualisation scientifique à l’ISCD, d’habiller le visage avec des caractères secondaires : texture de peau, cheveux, rides, expressions, poils, sourcils, couleurs des yeux, etc. Un véritable travail de game artist dont « la difficulté est de donner un rendu réaliste, sans modifier la morphologie initiale donnée par l’algorithme », précise l’ingénieure.

Crâne de Bruto
Crâne complété de Bruto
Reconstitution numérique du visage de Bruto
Reconstitution du visage avec caractères secondaires

La force de cette technique innovante repose sur sa fiabilité et le fait de pouvoir décliner rapidement plusieurs versions d’un visage : « La technique traditionnelle, utilisée notamment en muséographie, consiste le plus souvent à sculpter le visage, en pâte à modeler, en utilisant des tables statistiques qui donnent l’épaisseur moyenne des tissus. Cette démarche, plus plastique que scientifique, donne généralement un visage neutre qui reflète la physionomie moyenne d’un individu de tel âge et de tel sexe dans une population donnée, mais pas les traits qui font qu’on reconnaît une personne. Notre approche est au contraire de nous écarter le plus possible de la moyenne, en procédant par modélisation mathématique et en intégrant des paramètres très fins, comme, par exemple, la forme et la taille des muscles du visage. Outre sa robustesse scientifique, l’intérêt de notre méthode est de pouvoir jouer sur le degré d'adiposité, la vieillesse, les caractères secondaires, etc. Cela permet de fournir non pas une reconstruction, mais une série de portraits pour maximiser les chances de reconnaitre quelqu'un, dans le cadre de la police judiciaire, par exemple », explique le directeur.

Des applications dans de nombreux domaines

Car au-delà de sa contribution pour le film documentaire, l’objectif de l’ISCD est de poursuivre le développement du logiciel afin de le rendre accessible plus largement. « Bruto nous a permis de tester ce qu'il reste encore à développer, comme l'automatisation du processus », indique Chloé Guennou. Un travail qui s’inscrit dans l'axe de visualisation scientifique de l’ISCD qu’elle coordonne, et qui associe des étudiants de l’ISART Digital, une école parisienne de jeu vidéo et d’animation 3D. « L’idée est d’importer les technologiques du monde du jeu vidéo dans la science. Nous travaillons, par exemple, sur la simulation d'incendies dans la Rome antique ou la reconstitution visuelle 3D du théâtre d’Orange. Avoir des visualisations est important pour la vulgarisation, mais ça l’est aussi pour favoriser la discussion entre les scientifiques de différentes disciplines : archéologues, ingénieurs, mathématiciens, chirurgiens, médecins, etc. », poursuit l’ingénieure.

Rendu du visage habillé, avec des caractères secondaires.
Autre rendu du visage habillé, avec des caractères secondaires.
Autre rendu du visage habillé, avec des caractères secondaires.

« Dans le cadre de la chaire FaciLe, nous avons travaillé, au départ, avec l’Institut de médecine légale de Paris qui nous avait confié que sur près de 2000 autopsies, environ 10% des corps restaient non identifiés, ajoute Pascal Frey. La police et la gendarmerie ont des outils en 2D, comme le portrait-robot, mais il leur manque la visualisation 3D pour reconnaître les personnes. L’un des objectifs de la chaire était donc de développer cet aspect. » Aujourd’hui, le directeur souhaite démocratiser le logiciel développé dans son institut : « On peut envisager, par exemple, que n’importe quelle personne qui dispose d’un crâne numérisé puissent nous l’envoyer, à travers une interface web, et récupère le visage numérique 3D correspondant. On pourrait ensuite fournir aux utilisateurs une seconde application graphique qui leur permettrait d'habiller ce visage en jouant sur des paramètres secondaires (couleur des yeux, cheveux, etc.) » Cet outil open source pourrait être utilisé non seulement en médecine légale, mais aussi par le grand public, les musées, les chirurgiens ou encore les paléontologues et les archéologues.

À la Une

Toutes les démarches sont dématérialisées. Les campus ne sont pas accessibles avant le 13 septembre.

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



La marche à rebours

Par Françoise Thom

Regards sur l'histoire soviétique et russe

Siah Armajani, pragmatisme et anarchie (1957-1988)

Par Valérie Mavridorakis

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Des formations riches et exigeantes

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.