Helena Moguel-Houssin

Helena Moguel-Houssin 

Prix du public MT180

Il faut aller au-delà de ses petites peurs.

À 26 ans, la doctorante franco-mexicaine est en troisième année d’une thèse en immunologie consacrée à guérir les allergies alimentaires. Sa présentation pour la qualification des représentants de Sorbonne Université à la demi-finale française du concours Ma thèse en 180 secondes lui a valu le prix du public.

Votre présentation lors du concours portait sur les allergies alimentaires. Mais quel est exactement le sujet de votre thèse ?

Helena Moguel : J’essaye d’arriver au même résultat qu’un vaccin, c’est-à-dire créer une réponse immunitaire, mais au lieu d’une réponse défensive, je veux déclencher une réponse qui permette de tolérer quelque chose. Dans les allergies alimentaires, il y a une réaction d’hypersensibilité qui est spécifiquement dirigée contre certains composants présents dans les aliments (allergènes). C’est un modèle de pathologie relativement simple pour essayer d’initier cette réponse de tolérance spécifique et de soigner la maladie. Cette réponse ciblée est menée par des cellules immunitaires particulières, les lymphocytes T régulateurs (Treg), dont on cherche à mobiliser ceux qui sont spécifiques de l’allergène en cause. L’hypothèse que nous avons formulée dans mon laboratoire* est que, pour les recruter et les amplifier, on pourrait associer l’interleukine 2 – la molécule star de mon équipe, qui permet de renforcer les Treg – à faible dose et l’allergène dans des conditions qui ne déclenchent pas de réponse immunitaire mais qui, au contraire, favorisent la tolérance. L’allergie est un déséquilibre du système immunitaire, un jeu de balance difficile à maintenir. L’idée est de livrer l’allergène sans sonner l’alarme et déclencher une inflammation disproportionnée.
 
Le but est donc de contrôler l’allergie ?

Helena Moguel : Le but est de la guérir ! Il existe déjà des thérapies basées sur l’administration d’allergènes en faibles quantités que l’on augmente progressivement pour élever le seuil de tolérance. Mais cela prend des années là où nous recherchons un résultat quasi-immédiat. Pour cela, nous tablons sur l’association de l’allergène et de l’interleukine 2. Mon travail de thèse consiste à déterminer la bonne dose et la bonne formulation de ce cocktail à administrer et d’en étudier l’impact sur la biologie des Treg.
 
Comment vous-êtes vous retrouvée sur la scène de Ma thèse en 180 secondes ?

Helena Moguel : En 2016, quand j’étais en stage de licence, j’ai assisté aux Journées de l’école doctorale 394 du Centre de recherche des Cordeliers. Un des doctorants a présenté sa thèse telle qu’il l’avait fait au concours et qui lui avait valu un prix. J’ai trouvé le concept très bon et j’ai voulu faire pareil, participer au partage de connaissances. Je ne suis pas à l’aise pour parler en public, postuler en thèse n’a pas été facile. Mais en même temps, la médiation m’intéressait. Je me suis demandé si j’étais vraiment légitime de vouloir en faire si je ne tentais pas l’aventure. D’autant que mon sujet est très appliqué donc je partais avec un gros avantage. Il faut aller au-delà de ses petites peurs. Cette année-là, durant l’été, j’ai commencé ce que mes tantes ont appelé « la minute de science ». Ma famille est plutôt littéraire et ça m’amusait de leur expliquer des concepts appris à l’université. En master, j’ai découvert qu’on pouvait participer à une mission de médiation scientifique en parallèle du doctorat. J’étais prête à faire une thèse rien que pour ça !

Comment avez-vous reçu ce prix du public ?

Helena Moguel : J’étais très émue, je pense que ça s’est vu ! Je ne m’y attendais pas même si je me suis beaucoup entraînée. Je voulais surtout que les gens comprennent tout le contexte et les enjeux derrière la recherche, que ce n’est pas si facile de simplement mélanger deux éléments et pour obtenir la réponse que l’on souhaite.
 
Votre futur, paillasse ou médiation ?

Helena Moguel : Cela fait deux ans que je participe activement aux ateliers Vis ma vie de chercheur, proposés par l’Institut de Biologie Paris-Seine. C’est une bulle d’air dans ma thèse et j’aime tout simplement bien l’idée de partager des connaissances, de donner envie aux lycéens de découvrir des intérêts qu’ils ne soupçonnaient peut-être pas, de leur dire que la science ce n’est pas s’asseoir et écouter quelqu’un parler des heures, que l’on peut être acteur de la recherche. Je ne sais pas si j’en ferai mon métier parce que je veux faire beaucoup de choses, de toucher un peu à tout et de trouver ce qui me correspondra le mieux. Pour ce qui est de la recherche, je pense que j’ai eu ma dose. J’aime travailler à la paillasse mais c’est un métier difficile. C’est assez pesant que le retour sur l’investissement personnel soit si long et si compliqué. Aujourd’hui, c’est plutôt la valorisation des travaux de recherche qui m’intéresserait.
 

*i3 : Immunologie, Immunopathologie, Immunothérapeutique (INSERM, Sorbonne Université)

MT 180 | Helena Moguel, prix du public 2021

Les grandes inventions qui font le monde

La quatrième conférence du cycle "Les grandes inventions qui font le monde" se tiendra le 28 avril et sera consacrée aux défis informatiques : des réseaux sociaux à l'intelligence artificielle en Europe, Amérique latine et Amérique du Nord.



Petit vocabulaire actuel - Tchèque

Par Klara Notaro, Pavla Poláchová et Aurélie Rouget-Garma

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.