Dominique COSTAGLIOLA

Dominique Costagliola

Une scientifique sur le front des maladies infectieuses

J’ai apporté ma pierre à l’édifice mais je n’imaginais pas que ça changerait à ce point la donne.

Du diabète au VIH, en passant par la COVID-19, Dominique Costagliola a toujours navigué à vue en gardant comme cap la santé de ses prochains. Chercheuse mondialement reconnue pour ses travaux et son franc-parler, elle est l’ennemie des virus et des fake news.

Peste, choléra, variole, grippes, Ebola… L’histoire regorge d’épisodes épidémiques relatés depuis l’Antiquité. C’est encore le cas avec la pandémie de COVID-19 due à l’apparition du virus SARS-CoV-2, dont les cousins SARS2 et MERS3 avaient mis en garde, respectivement en 2003 et en 2012, quant à l’imminence d’une pandémie. Le grand public découvrait alors l’épidémiologie, une discipline scientifique tournée vers la surveillance de l’émergence de maladies susceptibles de décimer les populations humaines.

Cette branche de la recherche médicale n’est pourtant pas un bourgeon. Elle est l’héritage des travaux de John Snow, médecin londonien qui, dès 1849, eut l’idée de corréler données médicales et situation géographique pour déterminer l’origine d’une flambée de choléra dans un quartier de la capitale britannique. Et c’est sur cette branche que Dominique Costagliola a établi son nid, il y a près de 40 ans.

Une volonté plus qu’une vocation

Née à Asnières-sur-Seine, elle est la benjamine d’une famille où se mêlent cultures italienne, espagnole, française et belge. À la maison, ses parents valorisent sa réussite scolaire et celle de ses deux frères. Ils seront la première génération de la famille à effectuer des études supérieures. Dominique Costagliola obtient son bac C4 en 1971 mais ne sait vers quelle filière s’orienter. « Petite fille, je n’avais pas de vocation chevillée au corps que je devais absolument atteindre. » Une chose est sûre cependant : ce sera de la science. « Je ne savais pas pourquoi mais ce n’était pas matière à débat. »

Elle entame donc une maîtrise de physique à Sorbonne Université, qu’elle valide sans difficulté en 1975. Mais pour elle, ces quatre années sont un calvaire, ne sachant toujours pas ce qu’elle souhaite faire de son avenir. Ses excellents résultats lui permettent de prétendre à une entrée « sur titre » en deuxième année à l’École nationale supérieure des télécommunications5 (ENST). Deux ans plus tard, elle a son diplôme d’ingénieur en poche et une nouvelle certitude en tête : « Je ne voulais pas être ingénieure parce que la plupart des élèves donnaient l’impression qu’ils n’auraient plus jamais d’efforts à faire. Je trouvais ça terrorisant ! »

C’est à ce moment-là que se présente l’opportunité qui scellera sa carrière. En seconde année à l’ENST, elle suit une option de génie biologique et médical. Ses enseignants lui proposent de rencontrer Alain-Jacques Valleron, qui dirige un laboratoire de biomathématiques à l’Inserm, pour effectuer un DEA6 et, qui sait, une thèse. Une révélation ! « C’est de cette première expérience en épidémiologie et santé publique qu’est née mon envie de devenir chercheuse. »

Elle poursuit avec une thèse qu’elle soutient en 1981, ce qui lui vaut d’être recrutée comme chargée de recherches par l’Inserm, en 1982, après quelques tentatives infructueuses. Et pour cause : « Mon sujet portait sur la prise en charge des diabétiques et l’éducation pour la santé par une approche quantitative, mais je ne cachais pas mon envie de travailler sur les maladies infectieuses. » La motivation est enfin là, « parce que, enfant, j’ai vu autour de moi les conséquences désagréables ou dramatiques de ces maladies ». Pourtant, elle se cherche encore, « sans doute parce que je n’utilisais pas assez mes compétences en statistiques dans mes recherches », explique-t-elle. Elle explore différentes pistes, s’essaye à l’analyse d’images. Mais le grand tournant de sa carrière intervient lorsqu’elle commence à travailler sur une épidémie apparue cinq ans plus tôt. Nous sommes en 1986, le Sida fait des ravages.

Le combat d’une vie

« Je me suis d’abord intéressé à l’épidémie de Sida par curiosité. » Lors d’un séminaire organisé par son laboratoire, la présentation de deux articles utilisant le même jeu de données pour estimer la durée d’incubation du VIH chez des patients transfusés l’intrigue. Le premier conclut à une durée de 5 ans, le second, 15 ans. « En analysant les deux articles, j’ai vu que l’auteur du second avait, sans le dire, imposé une contrainte statistique qui faussait le résultat. » Elle le signale à la revue Nature, éditeur de l’article, qui publiera sa remarque en 1979, lui conférant une autre dimension. Mais sa décision est déjà prise : elle se consacrera entièrement à l’infection par le VIH.

Dès 1988, elle participe à la création de la base de données hospitalière française sur l’infection à VIH, une cohorte dont elle est encore aujourd’hui l’investigatrice principale. Elle s’intéresse aussi aux paramètres cachés de l’épidémie, tels que sa taille ou le délai avant le diagnostic.

En 1991, elle fait la connaissance de Christine Rouzioux, professeure de virologie à l’Hôpital Necker et membre de l’équipe qui a découvert le VIH en 1983. Ensemble, elles travaillent sur la chronologie de la transmission mère-enfant du virus pendant la grossesse et montrent qu’elle intervient tardivement, au dernier mois voire lors de l’accouchement. «C’est le travail le plus important de ma vie de chercheuse parce qu’il ouvrait la voie à des interventions susceptibles de réduire les risques d’infection dans les pays en développement. »

Chercheuse citoyenne

En 1993, elle est nommée au conseil d’administration de l’Inserm, qu’elle quittera en 1999. De 2001 à 2005, elle intègre le Conseil national du Sida et des hépatites virales. En 2013, elle reçoit le Prix recherche Inserm pour ses travaux sur le VIH/sida avant de prendre la tête de l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique de Sorbonne Université l’année suivante jusqu’en 2018, date depuis laquelle elle en est la directrice adjointe. Entre temps, elle est élue à l’Académie des sciences, en 2017.

Depuis janvier 2020, elle qui s’était jusque-là consacrée au VIH attaque un autre chantier en abordant l’évaluation des recherches sur la CoVID-19 à travers des projets en épidémiologie et en recherche clinique de traitements. Son aura internationale lui vaut d’être invitée, dès le début de la crise sanitaire, dans les médias où elle tacle sans ménagement chercheurs et médecins qui « choisissent de malmener la science ». En décembre, l’Inserm la consacre en lui décernant son Grand prix.

Membre de l’association AIDES depuis 2017, elle a contribué à la grille d’accès à l’assurance et au crédit de la convention AERAS pour y inclure les personnes vivant avec le VIH, et à son amélioration, en mars 2021.
Directrice de recherche émérite depuis le 1er septembre de cette même année, elle ne compte pas s’arrêter là. « J’ai des projets de recherche pour les quatre ans à venir. » Notamment l’étude Prévenir, sur les effets d’une protection antirétrovirale avant l’infection, et la création d’un réseau européen d’évaluation des traitements et des stratégies d’intervention rapide contre les maladies infectieuses émergentes, financés tous deux jusqu’en 2025. « C’est un travail sans fin. J’ai apporté ma pierre à l’édifice mais je n’imaginais pas que ça changerait à ce point la donne. »

À la Une

Tentative de phishing : un faux mail "validation votre intranet" a été envoyé à toute la communauté. Si vous le recevez, surtout ne pas cliquer sur le lien et supprimer le message.

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Les années 1910

Par Jérémie Cerman

Arts décoratifs, mode, design

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

"Mexique, histoires minérales", une exposition à découvrir à la collection de minéraux sur le campus Pierre et Marie Curie de la Faculté des Sciences et Ingénierie

Quatre jeunes chercheuses récompensées par le prix Jeunes Talents L’Oréal-Unesco

Qubit Pharmaceuticals, une suite logicielle exploitant la puissance de calcul des futurs ordinateurs quantiques pour développer de nouveaux médicaments, reçoit le prix EIC accélérateur 2021

Élections universitaires et facultaires les 16 et 17 novembre 2021

Des formations riches et exigeantes

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.



Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Les algorithmes font-ils la loi ?

Par Aurélie Jean