Brenna Conin

Brenna Conin

Premier prix du jury MT180

Je me suis lancé le défi personnel d’arriver à vulgariser mon sujet.

Sa thèse de biologie, Brenna l’a soutenue en 2020. Ce qui ne l’a pas empêchée de se présenter aux qualifications du concours Ma thèse en 180 secondes organisées par Sorbonne Université… et de se hisser à la première place ! Rencontre avec une jeune chercheuse dont la mission est la transmission.

Quel était le sujet de votre thèse ?

Pendant ma thèse, j’ai travaillé sur la séparation des liens d’emmêlement (caténation) entre les deux copies de l’ADN de la bactérie Escherichia coli qui s’entremêlent pendant la réplication de l’ADN. J’ai découvert que lorsque ces liens ne sont pas séparés, l’organisation du chromosome de la bactérie change drastiquement, ce qui conduit à la formation d’une structure permettant cette séparation. Une sorte de mécanisme de secours. J’ai aussi observé que les deux copies de l’ADN se séparent en des points précis, qui sont toujours les mêmes, copie après copie. Je cherche maintenant à voir si cette structure existe chez la bactérie pathogène Salmonella thyphimurium. Elle semble en tout cas bien conservée au cours de l’évolution puisqu’on retrouve la protéine responsable de la séparation des deux copies chez toutes les espèces vivantes, humaine comprise.

N’était-ce pas périlleux de présenter un sujet aussi fondamental au concours Ma thèse en 180 secondes ?

Je n’avais pas tenté avant justement parce que c’est très fondamental. J’avais regardé les éditions précédentes et, à chaque fois, ce sont des sujets très concrets auxquels les gens se rattachent facilement qui gagnaient. Vulgariser ce sujet a toujours été très compliqué. J’ai participé à plusieurs événements de vulgarisation et j’ai à chaque fois évité de le présenter. Un blocage ! Après avoir passé trois mois à rédiger ma thèse et l’avoir soutenue, je me suis lancé le défi personnel d’arriver à vulgariser mon sujet. Je ne me voyais pas gagner mais j’étais motivée par l’exercice. Je suis contente d’avoir gagné cette première étape avec ce sujet parce que le grand public ne sait pas vraiment comment se passe la recherche. On le voit avec la pandémie de CoVID-19, les gens s’étonnent de la durée des projets. J’ai travaillé sur « seulement » deux bactéries et ça m’a pris trois ans, pour faire des mutants et comprendre ce que j’observais, à me poser des questions parce qu’on ne fait pas des expériences à la chaîne, parce que ça a un coût. Je ne sais pas si mon travail trouvera une application immédiate mais il servira de base de connaissance.

Quels sont vos projets ?

Préparer la demi-finale nationale du concours ! Plus sérieusement, j’ai réalisé ma thèse entre le Collège de France – pour la microscopie – et l’Institut Pasteur – pour le séquençage –, où je l’ai soutenue, en étant rattachée à l’école doctorale de Sorbonne Université. Pour l’instant, je veux finir mon article et poursuis donc sur mon sujet en utilisant de nouvelles techniques de séquençage comme la SisterC, qui permet d’observer les contacts génomiques entre les copies d’ADN, pour confirmer ma découverte chez d’autres bactéries et la levure de bière (Saccharomyces cerevisiæ). Le génome de cette dernière comporte 16 chromosomes, il serait intéressant de savoir s’il y a 16 structures identiques ou une seule. Il reste beaucoup de questions pour savoir comment cette structure démêle les copies d’ADN. Mon contrat à l’Institut Pasteur est prolongé jusqu’à la fin du mois de mai 2021 mais j’ai du mal à rester en place. J’aimerais passer à autre chose et surtout me laisser un peu de temps pour travailler davantage avec les associations de communication scientifique avec lesquelles je collabore.

La vulgarisation, c’est votre ligne de mire ?

J’ai participé à Pint of Science à Paris, en 2018, en tant qu’intervenante et ça m’a beaucoup plu. J’ai voulu en organiser l’édition de 2020 mais sa tenue en présentiel a été annulée et remplacée par une soirée virtuelle à cause de la pandémie de CoVID-19 et cette année, elle a lieu en ligne. Je travaille aussi avec l’Association des jeunes chercheur·euse·s de l’Institut Pasteur et participe régulièrement à la Fête de la science. J’ai également co-signé sur les réseaux sociaux une BD sur des chercheuses oubliées ou négligées. Et puis je suis très impliquée dans l’association Rêv’Elles, qui aide les jeunes filles de milieux modestes à développer leur projet professionnel. Cela me tient particulièrement à cœur, ayant moi-même grandi aux Ulis, en Essonne, avec des parents qui n’étaient absolument pas scientifiques. Je comprends le fait de ne pas pouvoir espérer devenir scientifique mais je montre à ces filles, avec ma petite expertise de chercheuse, qu’elles peuvent le faire. La communication scientifique est un moyen extraordinaire de prendre confiance en soi et de combattre le syndrome de l’imposteur. Et le fait de vulgariser un sujet et d’arriver à intéresser les gens est un sentiment plutôt addictif ! C’est à l’opposé de ce que l’on apprend en milieu académique où l’on se contente de copier le format de nos enseignants. Si j’ai un conseil pour tous les étudiants, c’est de communiquer, ne serait-ce que pour le sentiment que ça procure.

MT 180 | Brenna Conin, 1er prix du jury

Les grandes inventions qui font le monde

La quatrième conférence du cycle "Les grandes inventions qui font le monde" se tiendra le 28 avril et sera consacrée aux défis informatiques : des réseaux sociaux à l'intelligence artificielle en Europe, Amérique latine et Amérique du Nord.



Petit vocabulaire actuel - Tchèque

Par Klara Notaro, Pavla Poláchová et Aurélie Rouget-Garma

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.