Aurel Manga

Aurel Manga

Etudiant en master sciences pour l’ingénieur et sportif de haut niveau

Quand j’étais petit, j’aimais bien démonter les choses, comprendre comment ça marche. J’aimais bien les sciences. Finalement, je retrouve aussi tout cela dans l’athlétisme

A la fois étudiant et sportif de haut niveau, Aurel Manga mène de front ce double projet vers la réussite. Lors des championnats du monde d’athlétisme en salle à Birmingham en mars 2018, il remporte la médaille de bronze du 60m haies, en 7"54,  et de nouveau une médaille de bronze aux Championnats d'Europe à Glasgow en mars 2019, en 7"63. Il bénéficie du dispositif Passeports pour les JO mis en place par la Fondation Sorbonne Université.

Que symbolise cette médaille pour vous aujourd’hui ?

Aurel Manga : C’est l’accomplissement de mes trois dernières années de travail, ma première médaille internationale et un premier résultat pour le public. Si je vois le progrès quotidiennement avec mon coach, là, c’est un résultat visible aux yeux de tous. 

Qu’est-ce qui vous a amené à l’athlétisme ? 

A. M. : Mon grand frère, ancien étudiant de Sorbonne Université (l’UPMC à l’époque), a battu le record de France du triple saut quand j’étais petit. Cela m’a donné envie de commencer l’athlétisme à 11 ans. Depuis, il m’accompagne dans toutes mes compétitions. L’athlétisme, on le vit ensemble. C’est une histoire de famille.

Vous êtes étudiant en master sciences pour l’ingénieur à Sorbonne Université. Pourquoi avez-vous choisi ce parcours ? 

A. M. : J’ai choisi l’électronique parce que je cherchais un domaine qui m’intéresse sans que ce soit directement lié au sport. Quand j’étais petit, j’aimais bien démonter les choses, comprendre comment ça marche. J’aimais bien les sciences. Finalement, je retrouve aussi tout cela dans l’athlétisme : la physique avec la biomécanique, les appareils électroniques, la chimie avec les dépenses énergétiques et les apports protéiniques, les mathématiques avec les mesures du temps et de la distance. 

J’ai décidé d'entrer à l'université sur les conseils de mon grand frère qui avait lui-même bénéficié de la politique d’accompagnement mise en place pour les étudiants sportifs de haut niveau. Arrivé dans le cursus, j'ai retrouvé un ami de l'athlétisme, Hugo Hassid (Alumni 2014) qui a suivi exactement le même parcours et m'a conseillé et encouragé.

Comment faites-vous pour concilier vos études et le sport de haut niveau ? 

A. M. : C’est  un sacré parcours. Je suis en cours de 8h30 à 13h, puis de 14h à 18h, je m’entraîne, 6 jours sur 7.

Pour concilier les deux c’est un vrai travail d’équipe : à l’université je suis suivi par Alban Saporiti et Windia Eliezer du Départements des activités physiques et sportives. J’en profite pour remercier les enseignants et responsables administratifs, qui se sont investis dans mon projet et tout particulièrement : Mme Darces, M. Roduit, Mme Belhadj-Tahar, M. Valette, Mme Roussel, M. Chetouani et Mme Chaval.

Avec des professeurs compréhensifs, je peux aménager mon emploi du temps, partir en stage et rattraper cours et examens. J’ai validé mes années de licence d'électronique en parallèle de l’Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance). Mais malgré les aménagements mis en place, c’était difficile de concilier les deux en L3 car je devais être très présent à l’université.

A cette période, mes performances sportives ont baissé et l’Insep m’a fermé ses portes à seulement un an des Jeux olympiques. Ça a été dur. Heureusement, j’ai eu la chance de rencontrer mon entraîneur, Giscard Samba, qui a cru en moi et qui a accepté de me préparer. Dans le même temps, Sorbonne Université a continué à me soutenir.

Je me suis accroché et dès la première année, ça a payé : j’ai été qualifié pour les Jeux de 2016.

Le travail paie toujours.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? 

A. M. : Quand mon entraîneur a accepté de me prendre, il m’a dit : « Aurel, l’objectif, c’est 2020 ». Depuis, j’avance petit à petit avec des étapes intermédiaires : 2017, c’était les championnats d’Europe en salle et les championnats du monde. Mars 2018, c’était le championnat du monde en salle (et la médaille !). Prochain rendez-vous : les championnats d’Europe en août. Pour l’instant, ma vision va jusqu’à 2020 parce que c’est une étape importante.

Ensuite, les JO de 2024 à Paris. Entre temps, l’ objectif c’est de décrocher mon master.

Université d'été

Profitez de la période estivale pour garder le rythme et vous enrichir grâce aux cycles de conférences ouverts à tout public durant le mois de juillet !
 



Un bouquet de légendes tchèques (Kytice) de K. J. Erben

Par Xavier Galmiche et Jiří Hanibal

Napoléon, le dernier Romain

Par Jacques-Olivier Boudon

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.