Robot chirurgical
  • Recherche

Les robots rentrent au bloc

Entretien avec Marie-Aude Vitrani

Rares il y a encore 20 ans, les robots chirurgicaux sont, malgré leur coût élevé, de plus en plus présents dans les hôpitaux. Rendant possibles des chirurgies ultra-précises, ils offrent aussi un meilleur confort aux chirurgiens. Maîtresse de conférences en robotique, chercheuse à l’Isir1  et co-directrice de l’Institut universitaire d’ingénierie en santé, Marie-Aude Vitrani participe au développement de ces nouveaux assistants chirurgicaux. Elle nous explique leurs avantages, leurs limites et l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’équipe médicale.

Comment la robotique est-elle entrée dans la sphère chirurgicale ?

Marie-Aude Vitrani : Apparus dans les années 80, les premiers robots chirurgicaux sont issus du monde industriel. Sécurisés pour les blocs opératoires, ces bras articulés couplés à un système de navigation servent alors à positionner précisément les instruments en neurochirurgie. Puis dans les années 90, ils sont employés en chirurgie orthopédique qui a l’avantage de s’effectuer sur une matière rigide indéformable : les os.

Par la suite, ingénieurs et chirurgiens essaient de créer des dispositifs robotiques pour intervenir sur les tissus mous, comme les organes cardiaques ou pulmonaires. Mais ces innovations restent encore difficiles à mettre en œuvre aujourd’hui.

L’arrivée de la chirurgie mini-invasive a marqué un tournant dans l’utilisation de ces robots, n’est-ce pas ?

M.-A. V. : La chirurgie mini-invasive, qui s’effectue par de petits orifices, permet de réduire les risques de complications et le temps d’hospitalisation et de récupération pour le patient. Bénéfique pour les malades, ce type de chirurgie est en revanche difficile à pratiquer pour les chirurgiens. Les interventions sont longues, fatigantes et se font dans des postures difficiles à tenir. Ils perdent en confort, passent d’une vision tridimensionnelle à une vision bidimensionnelle et leur mobilité est réduite. A la fin des années 90, les ingénieurs cherchent donc à développer des robots permettant de redonner du confort et de la dextérité aux chirurgiens.

Le robot DaVinci est aujourd’hui le plus célèbre d’entre eux. Que permet-il ?

M.-A. V. : Conçu il y a une vingtaine d’années, ce robot chirurgical est aujourd’hui utilisé dans de nombreux hôpitaux. D’une valeur de plusieurs millions d’euros, il permet pour la première fois aux praticiens d’opérer à distance de leurs patients.

Robot DaVinci

Avec le robot DaVinci, le chirurgien opère à distance du patient.

Assis à une console, le chirurgien dirige, par l’intermédiaire de joysticks, la caméra et les instruments articulés greffés sur les quatre bras du robot qui reproduisent les mouvements de la main. Entièrement immergé dans le champ opératoire, le médecin bénéficie d’une vision tridimensionnelle, d’un retour sensoriel, d’une liberté de mouvement ainsi qu’une plus grande dextérité pour réaliser des chirurgies mini-invasives. Si ce robot redonne au chirurgien un geste intuitif semblable à celui de la chirurgie ouverte, il a un inconvénient : le couper du reste de l’équipe médicale.

Vous développez, au sein de l’Isir, de nouveaux types de robot. Quelles sont leurs spécificités ?

M.-A. V. : Dans notre équipe, nous travaillons sur une autre forme de dispositif : des robots co-manipulés. Avec ce type de robots, le chirurgien n'est pas mis à distance de son patient. Il est avec lui au milieu de son équipe. Il utilise les instruments qu'il a l’habitude d’employer. Mais cette fois, ils sont fixés à un bras robotique posé sur la table d’opération. Ce bras va filtrer les tremblements du praticien et lui offrir des aides intuitives pour faciliter sa pratique, comme maintenir une sonde échographique lors d’une biopsie.

De nombreux praticiens hésitent encore à utiliser la chirurgie mini-invasive par manque de pratique régulière, tous les hôpitaux n’étant pas équipés de robots comme DaVinci. Grâce aux outils que nous développons, nous espérons les rassurer et leur offrir un meilleur confort pour ce type d’opération, en compensant la fatigue et en leur assurant un geste plus sûr et plus précis.

Robot chirurgical

Robot co-manipulé développé par Marie-Aude Vitrani et Pierre Mozer.

Depuis 2009, nous avons développé et testé, avec le professeur d’urologie Pierre Mozer, un dispositif robotique qui a été transféré vers un industriel. Ce dispositif, utilisé au départ pour des biopsies de la prostate, est à l’étude pour servir également pour les biopsies utérines. Nous développons des robots exploitant le même principe de co-manipulation pour la chirurgie digestive et gynécologique.

Vous travaillez avec des chirurgiens. Comment se passe cette collaboration pluridisciplinaire ?

M.-A. V. : Ingénieurs et chirurgiens travaillent main dans la main. J'assiste aux opérations et les chirurgiens viennent dans les laboratoires d’ingénierie. Nous nous voyons régulièrement notamment pour le co-encadrement de doctorants ou d’internes en médecine.
Cette collaboration permet de développer des robots aux fonctions plus avancées adaptées aux besoin des praticiens : compensations de mouvements, diminution des tremblements, meilleure visualisation des instruments, des organes, des cibles à atteindre, etc. C'est la combinaison entre le mouvement du chirurgien et ceux du robot qui améliore les gestes, la posture, etc.

Nous travaillons également avec des anthropologues pour analyser l’impact de ces dispositifs robotiques sur les relations au sein de l'équipe médicale, le rôle de chacun à l’intérieur du bloc, etc. Par exemple, si vous donnez la possibilité au chirurgien de tenir seul son endoscope grâce au robot, il faut réfléchir à la façon de continuer à impliquer l’étudiant qui se chargeait de cette tâche.

L’utilisation de ces nouveaux instruments fait-elle aussi partie de la formation des jeunes médecins ?

M.-A. V. : Notre objectif est de démocratiser la chirurgie mini-invasive en donnant les moyens aux équipes qu'elle devienne la chirurgie standard. Si elle est aujourd'hui la règle dans les grands centres hospitaliers, elle reste encore trop peu utilisée en France.

C’est pourquoi les dispositifs intelligents que nous développons sont aussi pensés pour être utilisés en formation. S’ils assistent les chirurgiens experts, ils permettent également aux novices de s’entraîner et d’être guidés afin de mieux appréhender les gestes chirurgicaux. Nous travaillons d’ailleurs avec la faculté de Médecine à la mise en place d'interventions permettant de sensibiliser et d’initier des médecins, jeunes et moins jeunes, à ces dispositifs.


1Institut des systèmes intelligents et de robotique (Sorbonne Université, CNRS, Inserm)

Les grandes inventions qui font le monde

La quatrième conférence du cycle "Les grandes inventions qui font le monde" se tiendra le 28 avril et sera consacrée aux défis informatiques : des réseaux sociaux à l'intelligence artificielle en Europe, Amérique latine et Amérique du Nord.



Petit vocabulaire actuel - Tchèque

Par Klara Notaro, Pavla Poláchová et Aurélie Rouget-Garma

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.