Entretien avec Karine Lacombe
Covid
  • Recherche

« J’ai bon espoir qu’en 2021 l’atmosphère de défiance envers la parole scientifique s’apaise »

Entretien avec Karine Lacombe

Karine Lacombe

Cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine, la professeure Karine Lacombe est l'une des figures majeures de la lutte contre la pandémie. Elle nous raconte ce qui a changé durant cette seconde vague et comment la défense de la vérité scientifique est devenue, pour elle, un combat quotidien.

Vous êtes sur le front depuis février dernier. Qu’est-ce qui a changé pour vous depuis la première vague sur le plan scientifique ?

Karine Lacombe : Nos connaissances ont énormément progressé à la fois sur la dynamique de l'épidémie, l'agent pathogène et les traitements. Des essais thérapeutiques majeurs montrent par exemple que les corticoïdes permettent de diminuer de 25 à 30% la mortalité. À défaut d’avoir un antiviral performant, nous travaillons sur d'autres traitements innovants comme les anticorps monoclonaux et polyclonaux. Nous avons également vu à quel point l’aspect génétique était essentiel dans l’évolution de la maladie. Toutes ces avancées nous ont permis d’améliorer considérablement le pronostic et la prise en charge des patients.

Enfin, jamais en avril, nous n’aurions pensé que des vaccins seraient disponibles moins d'un an après le début de l'épidémie. Avec l’arrivée des campagnes vaccinales, nous apercevons désormais la lumière au bout du tunnel.

Et sur le plan hospitalier ?

K. L. : La gestion de cette seconde vague ne s'est pas faite dans l’atmosphère anxiogène que nous avions connue au printemps. Nous avons beaucoup appris de notre première expérience. Même si nous étions fatigués par des mois éreintants, nous étions prêts : nous avions le matériel nécessaire et les connaissances scientifiques pour mieux prendre en charge les patients.

Cependant, l'hôpital reste sous tension. Dans mon service, la moitié des lits est dévolue à la Covid 19. Même s’il y a moins de patients que lors de la première vague, nous devons continuer à gérer le reste des pathologies avec le dimensionnement actuel du système de soin. 

Depuis votre opposition à Didier Raoult à propos de l’hydroxychloroquine, vous êtes victime de cyberharcèlement sur les réseaux. Vous êtes également l’une des cibles du documentaire Hold Upqui alimente les fantasmes autour de la Covid 19. Comment expliquez-vous et vivez-vous cette virulente défiance à votre encontre ?

K. L. : Elle a sûrement à voir avec ma personnalité : une personnalité de constance et de combat qui doit être insupportable pour tous ceux qui cherchent à dominer.

Cette bataille médiatique, dont personne ne sort grandi, a été très difficile à vivre sur le plan personnel. J’ai beaucoup pris sur moi pour faire face aux attaques que j’ai reçues via les réseaux sociaux et les médias plus traditionnels. Mais, même si c’est épuisant, cela ne m’empêchera pas de continuer à porter une parole scientifique auprès du grand public.

Selon vous, le fait d’être une femme scientifique attise-t-il encore davantage ces réactions ?

K. L. : Sans aucun doute. Certaines attaques dont j'ai été la cible relèvent des mécanismes sexistes et misogynes qui existent depuis longtemps. Mais au-delà du genre, c’est aussi ce que je représente à travers ma fonction de professeure de médecine qui est visé.

À ce titre, il est très important pour moi d’avoir reçu, tout au long de cette crise, le soutien et la protection fonctionnelle de mon administration de tutelle, Sorbonne Université.

Plus largement, nous avons vu fleurir sur le net et les réseaux de nombreuses thèses complotistes. Pourquoi cette crise est-elle selon vous si propice à ce phénomène de société devenu viral ?

K. L. : En essayant de faire passer des messages sur l'épidémie, nous avons été confrontés à la montée en puissance d'un mouvement dont l’ambition était de remettre en cause la parole scientifique. Cette défiance globale envers la science est assez spécifique à la France. Nulle part ailleurs, nous ne trouvons des personnalités aussi clivantes et aussi populistes que celles qui ont émergé dans l’Hexagone. 

Ces positions « anti-sciences » rejoignent pour beaucoup l’attitude de défiance envers l'autorité qui préexistait à la crise sanitaire et aboutissent au fait qu’une partie de la population met en doute aujourd’hui l’intérêt de la vaccination.  

Avec l'arrivée des vaccins, la bataille médiatique risque donc de repartir de plus belle ?

K. L. : Selon les sondages, 52% de la population serait contre la vaccination. Mais je pense, en réalité que la majorité des sondés n’est pas totalement opposée, mais plutôt en demande d'information. 

Le maelstrom médiatique actuel a brouillé les messages que nous voulions faire passer à ce sujet en tant que scientifiques. Mais, j’ai bon espoir que, courant 2021, cette atmosphère de défiance s’apaise. L’acclimatation à la menace sanitaire va devenir avec le temps un rempart contre la peur. Avec l’habitude, les gens seront moins anxieux et donc plus à même de comprendre les messages dispensés. 

J’espère que le comité vaccinal, qui réunit des scientifiques et des personnes issues de la société civile sous l’égide du Pr Fischer, permettra de mettre en place sereinement une campagne vaccinale.

Quels seraient, selon vous, les leviers pour lutter contre le complotisme ?

K. L. : Il est important que les institutions s’emparent davantage des médias sociaux et en particulier de ceux destinés aux jeunes, comme TikTok ou Instagram. L’enseignement des sciences est crucial. Au fil des années, il a été réduit dans le secondaire, voire a complètement disparu de certaines filières. Sans un minimum de connaissances scientifiques indispensables pour comprendre les phénomènes qui nous entourent, comment réfuter les théories complotistes ?

Il est essentiel d’aller vers les jeunes, dans les lycées, pour échanger, les informer et les initier à la démarche scientifique.

Karine Lacombe

Afin de promouvoir ce savoir auprès des jeunes, Sorbonne Université a mis en place plusieurs dispositifs. Et il est, selon moi, essentiel de continuer de les sensibiliser aux sciences, d’aller vers eux, dans les lycées, pour échanger, les informer et les initier à la démarche scientifique.

Il me semble également important que l’université rentre dans la bataille des réseaux sociaux en luttant contre les personnes qui la discréditent et calomnient ceux qui la représentent.

Quelles leçons tirer de cette crise en termes de communication scientifique ?

K. L. : Dans une période où les scientifiques sont devenus, pour les médias et les réseaux sociaux, de véritables objets de consommation, nous avons deux solutions. Soit l’autocensure, qui risque de faire émerger, à la place de la parole scientifique, des porteurs de fausses informations. Soit la création d’un organe autonome de production d'une information scientifique vérifiée capable de proposer un panel de spécialistes chargés de la diffuser.

Sur le modèle de l’ancien Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, cette structure permettrait d’articuler une meilleure politique pédagogique autour d'informations scientifiques sûres et de porter un message objectif, moins sujet à la critique que ne le sont actuellement les propos tenus par les experts de façon individuelle.

Vous avez publié en novembre dernier la bande dessinée La Médecin, une infectiologue au temps du Corona. Pourquoi avoir choisi ce genre littéraire pour sensibiliser la population à la réalité des hôpitaux ?

K. L. : Je n’avais pas envie d’écrire un essai sur cette crise, comme beaucoup d’éditeurs me le proposaient. Je voulais toucher le grand public, faire passer un message pour que les gens comprennent de l'intérieur ce que nous avons vécu à l’hôpital et comment nous avons fait front auprès des familles et des malades.

La bande dessinée, qui parle à tous, m’a aussi permis de diffuser des messages scientifiques dans un langage accessible à chacun : le fonctionnement des traitements, l’importance des masques, ce qu’est un virus, comment il se transmet, etc. Je souhaitais montrer que la population n’avait pas été confinée à tort et qu'il se passait vraiment quelque chose de grave.

La Médecin, une infectiologue au temps du Corona

© Editions Stock

À la Une

Tout voir

Colloque "Fondements de la discrimination contemporaine"

Du 14 au 16 avril, la Faculté ouvre une réflexion, avec l'ensemble de la communauté universitaire, sur les discriminations et les moyens existants pour lutter contre.



Les meilleures nouvelles de F.Scott Fitzgerald

Par Anne-Florence Quaireau et Denis Lagae-Devolvère

Jupiter et Mercure

Par Alexis Lévrier

Le pouvoir présidentiel face à la presse

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.