Milieux extrêmes et critiques face au changement climatique

Milieux extrêmes et critiques face au changement climatique

Par Marianne Cohen, Christian Giusti

Climat, territoire, environnement

Sorbonne Université Presses

Connaissons-nous un tournant dans le changement climatique, voire d’un point de rupture comme le laissent craindre les conséquences épidémiologiques de la fonte du pergélisol en Sibérie lors de l’épisode caniculaire de l’été 2016 ?

Les anomalies ou écarts par rapport à l’état préindustriel ou à des moyennes de référence (sur trente ou soixante ans) se multiplient, à toutes les échelles (globale, régionale, locale) et à tous les pas de temps (année, décennie, siècle) : vague de chaleur record en Arctique ; fonte plus rapide que prévue des glaciers alpins entre 2 400 et 3 500 m ; baisse de croissance et diminution de la survie des chênes en Europe à l’horizon 2070-2100 dans les parties sud et sud-est de leur aire de distribution actuelle ; croissance prévisible des chênaies en Écosse, Norvège, Suède et nord-est de la Pologne ; modification de la trajectoire des tempêtes tropicales d’origine caribéenne ; remontée des ouragans sur la façade est des États-Unis, vulnérabilité accrue de la côte atlantique nord-américaine face à la remontée du niveau marin et en dépit des effets compensateurs du rebond postglaciaire, aggravation et multiplication de certains extrêmes comme les canicules...

Dans un entretien au journal Le Monde paru le 9 novembre 2015, Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe de travail n°1  (« Éléments scientifiques des changements climatiques ») du GIEC, souligne qu’« un changement climatique non maîtrisé aura des impacts négatifs, qui domineront largement les effets positifs », mais que « la réticence s’exprime de bien des manières ». 

Cet ouvrage a pour objet de faire se rencontrer des chercheurs venus d’horizons différents, et notamment des géographes s’étant saisis de cette interface. Le présent recueil rassemble huit articles, suivis d’une conclusion du grand témoin de cette séance, Laurence Eymard : cinq traitent de l’impact mesuré ou modélisé des changements climatiques sur l’agriculture et les écosystèmes ; deux abordent la perception sociale des variations environnementales ; la dernière se propose d’intégrer des temporalités plus longues dans l’analyse.

Les territoires traités, très variés, ont été regroupés en trois ensembles :

  • les milieux dits critiques, c’est-à-dire particulièrement sensibles à l’irrégularité et au changement climatique, du fait de la combinaison entre une situation géographique (plaines d’inondation du bassin amazonien, coteaux viticoles dans le monde, milieu insulaire d’Oléron ou milieu deltaïque de Camargue), et des enjeux liés à la concentration des populations et à la spécialisation de l’utilisation du sol ;

  • les milieux dits extrêmes, car situés aux extrêmes du gradient climatique, et où les effets du changement climatique sont déjà observables et importants : l’Afrique de l’Ouest, la Laponie suédoise, le massif franco-italien de l’Argentera- Mercantour ;

  • enfin, le dernier territoire, les montagnes d’Oman, illustre l’apport d’une approche géoarchéologique permettant de traiter de l’interface CTE sur le temps long du Quaternaire.


Marianne Cohen est professeure de géographie à la faculté des Lettres de Sorbonne Université, ainsi que membre du Laboratoire Médiation et de l'Institut de la transition environnementale (ITE).

Christian Giusti est professeur en géographie physique à la faculté des Lettres de Sorbonne Université, ainsi que directeur de la collection "Géographie" aux Sorbonne Université Presses.

À la Une

Fermeture d'été : du 24 juillet au 22 août inclus, tous les sites et campus de la faculté sont inaccessibles. L'ensemble des services est fermé.

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Résonances oasiennes

Par Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Approches sensibles de l'urbain au Sahara

Byzance et ses voisins, XIIIe-XVe siècle

Par Elisabeth Yota

Art, identité, pouvoir

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.