30 AVR 2019

La tâche monumentale de reconstruction et de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris ne fait que commencer. Parmi les questions inhérentes à ce chantier complexe, se pose celle de la restauration de l’acoustique de ce site situé sur les berges de la Seine, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Malgré la difficulté d’établir une documentation détaillée sur l’acoustique des cathédrales, l’équipe LAM (Lutheries – Acoustique – Musique) de l’institut Jean le Rond ∂'Alembert (Sorbonne Université, CNRS), membre du Collegium Musicæ de Sorbonne Université, travaille depuis de nombreuses années sur la reconstruction de l’acoustique d’espaces perdus ou transformés à l’aide de simulations informatiques et de la réalité virtuelle.

Après une première série de mesures réalisées dès 1987, sur demande du ministère de la Culture, les chercheurs de l’équipe LAM ont mené une autre campagne de mesures en 2015, dans le cadre de deux projets de recherche : la restitution audio 3D sur casque, ainsi que l’évolution des espaces acoustiques et la performance vocale (travaux menés au LIMSI-CNRS dans le groupe Audio & Acoustique). Cette seconde prise de mesures a permis d’élaborer un modèle numérique pour les simulations acoustiques, capable de reproduire les performances musicales dans la cathédrale, avec l’acoustique originelle de cet espace monumental.

Grâce à ces mesures et au modèle acoustique numérique, il est possible à la fois de quantifier et de revivre l’acoustique de Notre-Dame de Paris avant cette tragédie. Avoir préservé cette mémoire du passé permet de guider les efforts de reconstruction.

A lire aussi

"L'incendie de Notre-Dame de Paris"

"La voix de Notre-Dame de Paris"