27 MAR 2019

Sorbonne Université dénonce solennellement les événements qui se sont déroulés hier soir à la faculté des Lettres de Sorbonne Université. Empêcher, par la force et l’injure, la représentation d’une pièce de théâtre est une atteinte très grave et totalement injustifiée, à la liberté de création. C’est aussi un procès d’intention et un contre-sens total contre lesquels Sorbonne Université s’élève avec la plus grande fermeté.

Les accusations de racisme ou de "racialisme" sont révélatrices d’une incompréhension totale. Cette pièce préparée, pendant un an, par des jeunes actrices et acteurs, empêchés de montrer leur travail, porte justement sur l’accueil et le dépassement des conflits.

La liberté, la diversité, la créativité, la rigueur et l’ouverture sont les valeurs fondatrices de Sorbonne Université. Profondément humanistes et antiracistes, Sorbonne Université et l’ensemble de sa communauté défendent ces valeurs et promeuvent une politique académique et culturelle ambitieuse, émancipatrice, inclusive et porteuse d’égalité.

L’université apporte son soutien plein et entier au metteur en scène de cette pièce, aux actrices et acteurs et à toutes les personnes impliquées dans l’organisation de cette représentation. Ceux qui l’ont entravée ne montrent que leurs réflexes de repli sur soi et d’exclusion.

L’université étudie toutes les possibilités pour que cette pièce puisse être jouée dans des conditions sereines.

 

Extraits de la réponse du metteur en scène Philippe Brunet sur Facebook :

« Le théâtre est le lieu de la métamorphose, pas le refuge des identités. Le grotesque n’a pas de couleur. Les conflits n’empêchent pas l’amour. On y accueille l’Autre, on devient l’Autre parfois le temps d’une représentation. Eschyle met en scène à l’échelle du monde. Dans Antigone, je fais jouer les rôles des filles par des hommes, à l’Antique. Je chante Homère et ne suis pas aveugle. J’ai fait jouer les Perses à Niamey par des Nigériens (c’est dans le dernier film de Jean Rouch), Ma dernière Reine perse était noire de peau et portait un masque blanc. »