Communiqué de presse - 7 nov 2019

La fondation Sorbonne Université fête ses 10 ans

Depuis 2009, la fondation Sorbonne Université s’appuie sur la tradition humaniste et l’excellence scientifique de Sorbonne Université. Dans une volonté affirmée de décloisonnement des disciplines, elle œuvre pour développer des solutions concrètes aux grands enjeux sociétaux et assurer le rayonnement académique de Sorbonne Université.

Communiqué de presse - 6 nov 2019

Pourquoi la glace glisse si bien ?

C’est un film d’eau généré par frottement, bien plus mince qu’attendu et surtout bien plus visqueux que l’eau usuelle, qui ressemble au « granité » que l’on boit l’été, qui rend la glace si glissante. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs et chercheuses du Laboratoire de physique de l’ENS (CNRS/ENS-PSL /Sorbonne Université/Université de Paris), en collaboration avec une équipe du Laboratoire d’hydrodynamique (LadHyX, CNRS/École polytechnique) dans une étude parue le 4 novembre 2019 dans Physical Review X.

Communiqué de presse - 6 nov 2019

Une équipe de l’Institut de Myologie identifie un mécanisme capable de préserver la masse musculaire

Le muscle est l’organe qui dépense la plus grande quantité d’énergie pour assurer les fonctions vitales (battements du coeur, respiration, motricité…) et il représente environ 40% de la masse corporelle totale. Au cours du vieillissement, une perte de la masse et de la force des muscles survient chez une grande majorité des individus, pouvant entraîner invalidité et dépendance. C’est ce que l’on appelle la sarcopénie.

Communiqué de presse - 31 oct 2019

Le cryptochrome, une protéine impliquée dans la réparation du cerveau

Une équipe de chercheurs de l’Institut de biologie Paris-Seine (IBPS - Sorbonne Université/CNRS) dirigée par Rachel Sherrard, professeure à Sorbonne Université en collaboration avec l’Université d’Australie-Occidentale, le National Institute of Mental Health du Maryland et l’Institut de la Longévité (hôpital Charles Foix - AP-HP) a étudié le rôle de la stimulation magnétique de faible intensité dans le mécanisme de réparation du cerveau.

Communiqué de presse - 29 oct 2019

Les rivières atmosphériques font fondre l’Antarctique

La fonte en surface de l’Antarctique de l’Ouest est provoquée par des rivières atmosphériques qui transportent chaleur et humidité depuis les régions tempérées vers le pôle, d’après des travaux menés par des chercheurs1 de l’Université Grenoble Alpes, du CNRS et de Sorbonne Université, du Royaume-Uni et du Portugal. Leur étude vient d’être publiée le 28 octobre 2019 dans la revue Nature Geoscience.

Communiqué de presse - 29 oct 2019

Campagne Tonga

Etudier l’impact des volcans sous-marins sur l’activité biologique dans l’océan de surface

Communiqué de presse - 15 oct 2019

La science agit pour l’égalité homme/femme

Dans un commentaire publié dans la revue Nature Human Behavior, Violetta Zujovic, chercheuse à l’Inserm et ses collègues du comité XX initative regroupés au sein de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (Inserm/CNRS/Sorbonne Université) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, expliquent comment une approche neuroscientifique permet de lutter plus efficacement contre les inégalités femmes/hommes.

Communiqué de presse - 11 oct 2019

Evolution sur 20 ans de patients victimes d’une maladie coronaire prématurée

L’équipe de l’Institut de cardiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP et de Sorbonne Université, dirigée par les Prs Gilles Montalescot et Jean-Philippe Collet au sein du groupe ACTION-Coeur, a mené une étude sur l’évolution sur 20 ans de patients victimes d’une maladie coronarienne prématurée (survenant avant l’âge de 45 ans). Les 880 patients pris en charge dans cinq centres en cardiologie, dont deux à l’AP-HP, ont été inclus dans ce registre exhaustif et prospectif, appelé « AFIJI » pour « Appraisal of risk Factors in young Ischemic patients Justifying aggressive Intervention ».

Communiqué de presse - 10 oct 2019

La bioluminescence, une caractéristique des organismes des profondeurs marines

Une équipe de chercheurs de l’Institut de la mer de Villefranche (IMEV - Sorbonne Université / CNRS), de l’institut de recherche de l’aquarium de la baie de Monterey (MBARI) en Californie et du laboratoire de biologie marine de l’université catholique de Louvain-La-Neuve a répertorié et quantifié le phénomène de bioluminescence chez les organismes marins dits benthiques, c’est-à-dire vivant proche du sédiment.