16 AVRIL 2019

Dans la résidence de Francis de Croisset du CROUS sur le campus de Clignancourt de la faculté des Lettres de Sorbonne Université, l’AGORAé ouvre ses portes tous les mercredis de 16h30 à 20h30 pour améliorer le quotidien des étudiants. Ce projet, lancé par la fédération des associations générales étudiantes (FAGE), est  porté et développé localement par des fédérations étudiantes. Pour pouvoir bénéficier des services de ce lieu solidaire, les étudiants doivent remplir un dossier qui permet de déterminer leur « reste à vivre » journalier. La nationalité, l’âge ou l’attribution des bourses n’entrent pas en compte.  « Nous refusons très rarement des dossiers », explique Quentin Hardy, étudiant à la faculté de médecine de Sorbonne Université et vice-président en charge de l’AGORAé de Clignancourt.

« Certains étudiants n’osent pas faire la demande car le dossier peut sembler compliqué à remplir, mais nous sommes là pour les y aider. »

Une formalité administrative qui peut nettement améliorer le quotidien des étudiants, puisqu’un panier de 10 € dans l’épicerie s’élèverait à 100 € dans un commerce classique. Tous les bénéfices sont investis dans le fonctionnement du lieu, dans lequel travaillent cinq personnes dont quatre en service civique. Cette équipe a par ailleurs développé de nombreux partenariats pour avoir accès aux meilleurs produits possibles, notamment avec Biocoop ou la Banque Alimentaire. « Grâce à ces soutiens solides, l’AGORAé peut proposer des produits variés et surtout très qualitatifs » détaille Fabien Leblanc, étudiant en sociologie à la faculté des Lettres de Sorbonne Université et président de l’association générale des étudiants de Paris (AGEP) qui porte le projet des AGORAé localement. 

Epicerie-solidaire
L'épicerie solidaire est ouverte tous les mercredis de 16h30 à 20h30

L’AGORAé se veut aussi et surtout un lieu de vie et de partage de plus de 100m², ouvert à tous, pas seulement aux bénéficiaires de l’épicerie. Les étudiants peuvent s'y détendre, jouer au billard ou au ping-pong, se retrouver autour de jeux de société, d’une soirée karaoké ou encore de cours de cuisine. C'est aussi un lieu sûr et confidentiel pour parler de son quotidien et trouver des outils de prévention.

Le projet a été rendu possible grâce au soutien de Sorbonne Université et du CROUS qui l’héberge gratuitement. Si pour l’instant, deux AGORAé ont été créées à Paris, à Clignancourt et dans le 13ème arrondissement, 19 AGORAé existent déjà dans toute la France.

L’AGORAé est toujours en recherche de bénévoles pour animer le quotidien de ces épiceries et lieux de vie, n’hésitez pas à les contacter !