22 JANV. 2019

C’est Eléonore Bayen, maître de conférences à Sorbonne Université et praticien hospitalier en rééducation neurologique à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, qui est à l’origine de ce projet. Avec cette initiative éducative, elle explique aux enfants (et aux plus grands) les comportements bénéfiques protégeant le cerveau et permettant de prévenir, dans une certaine mesure, la maladie d’Alzheimer.

 

EleonoreBayen
Eleonore Bayen et son personnage Robbie

Eléonore Bayen a obtenu une bourse de recherche de la Commission franco-américaine Fulbright en 2016, destinée à soutenir la mobilité des chercheurs français aux Etats-Unis. Après une année au Memory and Aging Center de l’University of California San Francisco, elle revient en France avec un objectif : sensibiliser le jeune public aux habitudes de vie quotidienne qui permettent de garder un cerveau en bonne santé, dès le plus jeune âge et durant toute la vie. « J’ai toujours eu ce désir de transférer les connaissances scientifiques apportées par la recherche pour en faire bénéficier la société » explique la chercheuse.

Neurologue de formation et sélectionnée pour faire partie de la première promotion internationale du Global Brain Health Institute, elle explique que si 900 000 personnes sont touchées par la maladie d’Alzheimer en France et qu’il n’existe actuellement pas de traitement curatif, des études montrent que le contrôle de facteurs de risque et la modification de certains styles de vie dangereux pourraient diminuer l’incidence de la démence de 30%. Aidée par une agence de création vidéo et par une équipe pluri-professionnelle incluant des professeurs des écoles, elle donne naissance au personnage de Robbie qui donne 8 conseils simples et scientifiquement validés pour protéger son cerveau pendant toute la vie. « Avoir un régime équilibré, garder un sommeil de bonne qualité, et stimuler son cerveau par l’apprentissage rendent notre cerveau plus résistant » détaille la chercheuse.

« Ce qui est extrêmement innovant dans ce projet, c’est que l’on prend le parti d’apprendre tôt aux enfants à connaître ces facteurs et à prendre soin de leur capital cérébral, car on espère ainsi leur épargner le fardeau de maladies neurodégénératives futures. Nous espérons également que cette campagne permettra de toucher, par ricochet, les générations supérieures des parents et des grand-parents ».

L’ambition de cette pédagogie de la prévention est de se développer au niveau mondial pour être accessible au plus grand nombre et réduire les inégalités sociales de santé. Ainsi, la vidéo de Robbie et les supports éducatifs associés sont déjà disponibles en français et anglais sur YouTube et sur un site internet, et d’autres traductions sont en cours. Internationale, l’initiative est soutenue par l’American Alzheimer’s Association et par le Global Brain Health Institute, et implique Sorbonne Université, l’University of California San Francisco, le Trinity College Dublin, l’Ecole Normale Supérieure, l’Université Paris-Est Créteil, le service de Médecine Physique et de Réadaptation de la Pitié-Salpêtrière et le service de Neurologie d’Henri Mondor.