• Patrimoines

Musealia - Les dessins anatomiques de Joseph Jumentié

Tous les mois, Sorbonne Université fait découvrir à sa communauté et au grand public un objet issu de ses collections patrimoniales.

Ce mois-ci, découvrez les dessins anatomiques du médecin neurologue Joseph Jumentié, réalisés au cours d'interventions chirurgicales, sur des blessés de la Grande Guerre.

Le cycle Musealia est piloté par la Bibliothèque de Sorbonne Université et notamment par son Pôle Patrimoine.

Le carnet de Joseph Jumentié

Ce carnet est attribué à Joseph Jumentié, neurologue et anatomo-pathologiste né en 1879 à Clermont-Ferrand et décédé en 1928 à Étampes.

Composé d’observations cliniques réalisées sur des patients touchés par des projectiles durant la Première guerre mondiale (1915-1918), les pages de ce carnet sont remplies de notes manuscrites ainsi que de dessins extrêmement fidèles, réalisés lors des interventions chirurgicales.

Ne comportant aucune signature, ce carnet aurait pu rester anonyme sans une enquête assidue au travers des informations collectées au sein de ses pages.

Retrouvé à l’intérieur d’une boîte d’archives conservée au sein des fonds de la « Fondation Déjerine », il nous est assez vite apparu que ce carnet n’était ni l’œuvre de Jules (1849-1917) ni celle d’Augusta Dejerine (1859-1927). L’un des seuls noms de praticien qui y est mentionné est en effet celui d’Émile Auguste Forgue avec lequel le couple Dejerine n’a jamais travaillé. Émile Forgue était chirurgien et professeur de médecine opératoire au sein de l’hôpital mixte suburbain Saint Eloi à Montpellier. Au fil de certaines pages, il est aussi indiqué que tel ou tel patient a été pris en charge au sein du service du docteur Sicart, au centre neurologique de Montpellier.

Quelle était donc la connexion entre Montpellier et Paris ?

Nous savons que Jules et Augusta Dejerine ont ardemment travaillés lors de la Première guerre mondiale au Centre neurologique militaire de La Pitié-Salpêtrière et qu’à l’époque, leur assistant se nomme Joseph Jumentié. Celui-ci était un neurologue confirmé, qui contribua à de nombreux travaux aux côtés de ses maîtres en neurologie. Il va réaliser de multiples publications et s’illustrer notamment grâce à sa thèse de doctorat en 1911 fixant la sémiologie des tumeurs de l’angle ponto-cérébelleux.

Il va également participer, pendant la guerre, aux études menées sur la localisation des balles et des éclats d’obus intracrâniens menés par le couple Dejerine. En effet, en mars 1916, Augusta Dejerine et Eber Landau (1878- 1959) proposent une méthode de topographie crânio-céphalique afin d’œuvrer au plus près des zones de combat. Dans cette dynamique Augusta et Joseph Jumentié mettent à disposition des médecins, en novembre 1917, des schémas constitués de cinq figures, afin de faciliter l’interprétation du trajet intracrânien des projectiles détectés par les radiographies 5 et 6.

 

 

Mais Joseph Jumentié a également assisté, durant cette période, Joseph Grasset (1849-1918) et Maurice Villaret (1877-1946) au Centre Neurologique de la XVIe Région de Montpellier. Il les accompagna sur la question clinique et chirurgicale de l’extraction des projectiles et du soin post-traumatique. S’il n’est pas clairement indiqué que Joseph Jumentié assista Emile Auguste Forgue au même moment, il apparait tout de même assez clair que cela fut le cas.

Au décès de son mari, Augusta Dejerine créée la « Fondation Dejerine », qui est alors destinée à favoriser les recherches anatomo-cliniques ou expérimentales dans le domaine de la neurologie. Cette fondation prend la forme d’un musée et d’un laboratoire et est installée dans les locaux de la Faculté de médecine. Le premier Directeur-Conservateur de la fondation, inaugurée en 1923, sera Joseph Jumentié.  Il le restera jusqu’à son décès en 1928… ce qui explique que les fonds de la « Fondation Dejerine », intégrés en 1967 au sein des collections d’anatomie pathologique Dupuytren, conserve de nombreuses archives provenant de Jumentié, à l’instar de ce carnet. Il confirme que Joseph Jumentié n’était pas seulement un grand médecin, mais également un dessinateur de talent !

Par Eloïse Quétel, responsable des collections d'anatomie pathologique Dupuytren, Pôle Patrimoine, Bibliothèque de Sorbonne Université.

 

Fiche technique

  • Dénomination/Type : Carnet manuscrit attribué à Joseph Jumentié - observations cliniques en neurologie de guerre
  • Numéro d’inventaire : S.N.
  • Mesures : hauteur 2.2cm ; profondeur 27.5cm ; largeur 22cm ; poids : 1073 gr
  • Date : 1915-1918
  • Lieu de conservation : Collections d’anatomie pathologique Dupuytren – Sorbonne Université

Bibliographie

Les grandes inventions qui font le monde

La quatrième conférence du cycle "Les grandes inventions qui font le monde" se tiendra le 28 avril et sera consacrée aux défis informatiques : des réseaux sociaux à l'intelligence artificielle en Europe, Amérique latine et Amérique du Nord.



Petit vocabulaire actuel - Tchèque

Par Klara Notaro, Pavla Poláchová et Aurélie Rouget-Garma

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clément

Regards sur la crise du coronavirus

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.