Covid-19. Les étudiants en santé se mobilisent sur Covidom
Covid-19. Les étudiants en santé se mobilisent sur Covidom
  • Covid-19
  • Université

Covid-19. Les étudiants en santé se mobilisent sur Covidom

Dans cette crise sanitaire sans précédent, la communauté étudiante de la faculté de Médecine se mobilise aux côtés des soignants.

Parmi eux, certains ont choisi de s’engager sur Covidom, une application e-santé qui permet aux patients porteurs ou suspectés du Covid-19 sans signe de gravité de bénéficier d’un télésuivi à domicile.

Ils sont étudiants en médecine, soins infirmiers, maïeutique, kinésithérapie, psychomotricité, orthophonie ou encore orthoptie… tous engagés au service des malades du Covid-19. Si beaucoup d’étudiants en santé se sont portés volontaires comme infirmier, aide-soignant ou brancardier, d’autres ont choisi de rejoindre le dispositif de e-santé Covidom. Cette plateforme de télésurveillance francilienne permet d’assurer, via une application, un suivi à distance pour les malades du Covid-19 suffisamment bien portants pour ne pas être hospitalisés, mais qu’il faut continuer à surveiller afin d’anticiper de potentielles aggravations de la maladie. 

Une deuxième ligne essentielle pour les malades

 « Au 31 mars, 23 650 patients étaient suivis par Covidom », indique Sophie Christin-Maître, vice-doyenne Vie étudiante de la faculté de Médecine. Déployée depuis le 9 mars par l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la société Nouveal e-santé, cette application permet d’éviter de surcharger les établissements de santé, les urgences et le 15. « Les patients sont inscrits sur la plateforme par le médecin qui fait le diagnostic. Ils doivent ensuite remplir quotidiennement un questionnaire médical. En cas de symptômes aigus (comme une forte fièvre ou une gêne respiratoire importante), des alertes sont générées et envoyées à l'équipe soignante de la plateforme. Elle contacte alors le patient pour adapter le suivi et la prise en charge », explique la vice-doyenne.

Aux côtés des soignants, les étudiants en santé volontaires du centre de télésurveillance médicale appellent les malades et évaluent leur état. « On ne nous demande pas de gérer un patient comme à l’hôpital, mais de repérer, par téléphone, ceux qui ne vont pas bien en les interrogeant sur leurs symptômes cliniques : fréquences respiratoire et cardiaque, température, frissons, malaise, gêne à la respiration, etc. », précise Damien Lévêque, étudiant en quatrième année de médecine. Lui a choisi d’intégrer Covidom pour se rendre utile durant cette crise : « Bien sûr, nous avons besoin de beaucoup de personnes en première ligne dans les hôpitaux, mais nous avons aussi besoin de personnes en deuxième ligne pour aider à prévenir les aggravations des patients restés à domicile ». « Même si nous ne sommes pas directement sur le terrain, le suivi à distance que nous faisons est l’occasion de donner quelques conseils, de répondre aux questions, de rassurer et calmer une éventuelle anxiété, mais aussi de soulager le Samu surchargé par les appels », poursuit Patricia Abraham, étudiante en quatrième année de kinésithérapie, qui entame sa deuxième semaine au sein de Covidom. 

Une expérience humaine riche d’enseignements pour les futurs professionnels de santé

Comme Damien et Patricia, ils sont plus d’une cinquantaine d’étudiants en santé à se relayer sept jours sur sept, de 8h à 20h, sur la plateforme installée dans un centre de formation de l’AP-HP réaménagé pour l’occasion. Casque d’opérateur téléphonique sur la tête et masque chirurgical sur le nez, ils sont installés avec les autres professionnels de santé par « cellule » de quatre ou cinq intervenants. « Chaque cellule est supervisée par un médecin référent qui nous oriente, nous conseille quand nous avons un doute lors de nos appels. Lorsque nous sommes face à un cas critique, il reprend la main et décide si le patient doit rester chez lui ou être hospitalisé », explique Patricia Abraham.

Pour répondre aux appels, ils ont reçu une formation d’une demi-journée. Accompagné par un pair plus expérimenté, ils ont appris à poser les bonnes questions et à vérifier si les patients ont correctement mesuré leurs constantes. « Nous ressentons une grande responsabilité. Nous devons être très rapidement opérationnels, savoir déceler quand le patient va mal et s’il faut le transférer au médecin référent », raconte Patricia. « Chaque appel est différent. Avec le temps, nous acquérons des réflexes aux côtés des médecins qui nous guident et nous apprennent beaucoup. »

Au téléphone, ces futurs professionnels de santé doivent aussi faire preuve d’une grande qualité d’écoute. « Certains patients sont très stressés. Nous sommes aussi là pour les rassurer », précise Patricia. « Dans mes précédents stages, je n'avais pas conscience de l'importance que pouvaient avoir de simples conseils. Je me rends compte maintenant à quel point quelques mots peuvent aider les patients », ajoute-t-elle. Des psychologues et des psychiatres sont disponibles, à tout moment, pour prendre en charge les appels, si nécessaire.

Dans cette ruche créée en seulement quelques jours, l’activité est dense. « En une après-midi, je passe en moyenne une soixantaine d’appels d’environ dix minutes », précise Damien Lévêque. Lorsqu’ils le souhaitent, les volontaires peuvent à tout moment décider d’arrêter. « Nous sommes libres d’organiser notre planning comme nous le souhaitons. Nous pouvons faire des demi-journées (8h-15h/14h30-20h) ou des journées entières. Moi, j’ai choisi de venir toutes les après-midis sur la plateforme, du lundi au vendredi. » Les remerciements et la reconnaissance qu’ils reçoivent de la part des patients les encouragent à continuer : « C'est vraiment motivant de savoir que nous avons pu aider quelqu’un », sourit Patricia. 

À la Une

Toutes les démarches sont dématérialisées. Les campus ne sont pas accessibles avant le 13 septembre.

Pour tout renseignement appelez le Fil Jaune : 0 805 360 804 (appel gratuit) (du lundi au vendredi, de 10h à 17h)

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



La marche à rebours

Par Françoise Thom

Regards sur l'histoire soviétique et russe

Siah Armajani, pragmatisme et anarchie (1957-1988)

Par Valérie Mavridorakis

Découvrir la Faculté des Lettres en 8 vidéos

Nouvelle série de 8 vidéos présentant l'essentiel à savoir pour la rentrée en Faculté des Lettres, à l'attention de toutes les nouvelles étudiantes et étudiants.

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.