Direction du développement international
  • Covid-19

Un engagement de chaque instant à la direction du développement international

À la tête de la direction du développement international (DDI), Christopher Cripps nous explique comment cette nouvelle direction de Sorbonne Université a continué à maintenir et enrichir les relations avec ses partenaires stratégiques malgré la crise sanitaire et le confinement.

Avec le Covid-19, les échanges en présentiel avec les partenaires internationaux ont brutalement été stoppés. Comment avez-vous vécu les premiers moments de cette crise qui a lourdement impacté la DDI ?

Christopher Cripps : Les catastrophes naturelles et les maladies infectieuses sont parmi les pires ennemis d’un directeur des affaires internationales. En trente ans de métier, j’ai dû gérer des situations comme le SRAS, le H1N1, les tsunamis en Thaïlande et au Japon, l’ouragan Katrina, plusieurs tremblements de terres et maintenant le Covid-19 qui dépasse de loin toutes ces expériences.

Lors de ma dernière mission en Chine début janvier, le coronavirus n’était pas encore au cœur des préoccupations mondiales. Les partenariats stratégiques  de Sorbonne Université prenaient leur envol. Les affaires marchaient. Deux semaines plus tard, la Chine se confinait. Tous les nouveaux projets que nous venions de mettre en route durant notre mission se sont arrêtés net.

Même si nous nous faisions du souci pour nos collègues et amis chinois, nous étions alors persuadés que tout rentrerait dans l’ordre rapidement. Nous connaissons la suite : l’Italie est tombée malade, puis l’Espagne, et la France début mars. Les mêmes collègues chinois pour qui nous nous inquiétions quelques semaines plus tôt nous appelaient pour proposer des masques et des conseils en nous souhaitant bon courage pour ce qui nous attendait. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Amérique du Sud… l’épidémie s’est abattue partout.

Quelles ont été vos premières réactions ?

C. C. : Dès l’alerte donnée, nous avons tout de suite pensé à nos étudiants en échange ou en stage à l’étranger. Le premier réflexe d’un directeur international est de s’assurer qu’ils sont en sécurité et de travailler avec les autorités locales et françaises pour les protéger sur place ou nous aider à les rapatrier.  
Une fois cette question réglée, grâce au travail de qualité des facultés, comme pour beaucoup de secteurs, la crise sanitaire nous a plongés dans un monde virtuel de visioconférences. Tous les partenaires internationaux se sont mis en télétravail, et le rythme de nos activités communes a ralenti pendant près de deux mois. Nous avons dû annuler une demi-douzaine de missions.

Cette crise nous a donc aussi poussés à entamer une réflexion de fond sur notre stratégie internationale. Comment maintenir nos objectifs de développement international dans l’enseignement supérieur sans effectuer de missions à l’étranger, sans recevoir nos collègues du monde entier et sans aller à la rencontre de nos futurs étudiants internationaux pendant plusieurs mois ? Est-ce que Sorbonne Université restera une priorité pour ses partenaires ? Est-ce que nous pourrons aller au bout de nos projets communs ? Etc. Autant de questions que nous nous sommes posés en avril, au pire moment du coronavirus pour la France.

Comment la DDI a-t-elle surmonté cette période exceptionnelle ?

C. C. : La DDI a tout de suite décidé de ne rien lâcher. Présents virtuellement tous les jours, nous avons continué à travailler autant que nous pouvions pendant le confinement avec des réunions d’équipe régulières et des objectifs hebdomadaires. Nous nous sommes mis au service de la communauté en assurant la traduction des FAQs et les messages officiels de la présidence, tout en contribuant à la création du site web en anglais.

Coté développement, avec le président de Sorbonne Université et le vice-président développement international, nous avons immédiatement convergé vers une approche proactive envers nos partenaires.
Durant tout le mois d'avril, nous avons fait avec eux un maximum de relationnel. Nous avons pris de leurs nouvelles. Nous leur avons envoyé, de la part du président, des lettres parlant des projets concrets (de recherche, de mobilité, etc.) que nous avions déjà initiés ensemble. Nous leur avons aussi proposé d'explorer avec nous de nouveaux projets autour des conséquences du Covid-19. Nous avons enfin réfléchi ensemble à un plan pour continuer à construire nos partenariats via des outils virtuels : ateliers thématiques de recherche en visioconférence, développement de programmes de formation mêlant enseignements à distance et présentiels, etc.

Dès le mois de mai, nos partenaires américains, canadiens, australiens, mexicains ont commencé à répondre à nos sollicitations. J’ai été rassuré de voir qu’une fois passée la sidération du début de crise, quasiment tous nos partenaires, à l'exception de ceux qui étaient encore très affectés par le virus, ont répondu et confirmé leur envie de continuer d'avancer avec nous « virtuellement ».

Quel bilan tirez-vous de cette crise ?
 
C. C. : La crise nous a fait prendre du retard sur les projets en cours à la fois en externe, dans la construction de partenariats, et en interne, sur la mobilité étudiante. Mais elle nous a aussi aidé à redéfinir les priorités avec nos partenaires et avoir des échanges plus concrets, plus stables et plus précis dans nos collaborations. Elle nous a également permis de mettre en place de nouvelles méthodologies de travail en interne entre les différents acteurs de l'international des niveaux universitaires et facultaires.

Le fait de ne pas pouvoir voyager, de devoir communiquer virtuellement, nous a donné l’opportunité de mieux planifier l’avancée de nos projets. Ce que nous aurions fait lors d’un déplacement de plusieurs jours, la visioconférence nous permet de le faire en une réunion de quelques heures. Je ne dis pas qu’il faille éliminer le contact physique et le présentiel. Bien au contraire. Les missions à l’étranger sont nécessaires pour construire les partenariats, pour mieux se connaître, se voir et travailler ensemble. Mais, il est certain que les réunions virtuelles occuperont une place centrale dans la façon de construire nos partenariats et de développer les actions internationales de Sorbonne Université.

Direction du développement international

Direction du développement international © Sorbonne Université

À la Une

Fermeture d'été : du 24 juillet au 22 août inclus, tous les sites et campus de la faculté sont inaccessibles. L'ensemble des services est fermé.

Rentrée 2021

Vous trouverez sur cette page les indications relatives au parcours de rentrée étape par étape, pour bien débuter votre année universitaire à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.



Résonances oasiennes

Par Marc Breviglieri, Noha Gamal Said et David Goeury

Approches sensibles de l'urbain au Sahara

Byzance et ses voisins, XIIIe-XVe siècle

Par Elisabeth Yota

Art, identité, pouvoir

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

La Rue qui nous sépare

Par Célia Samba

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La vague. L'épidémie vue du terrain

Par Renaud Pialoux

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Miction impossible

Par Pr Corinne Isnard Bagnis

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.