02 OCT. 2019

Professeur à la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), la plus importante institution d’Amérique du Sud en sciences biomédicales, Wilson Savino est devenu le 11 septembre dernier docteur honoris causa de Sorbonne Université. Membre de l’Académie des Sciences brésilienne et coordinateur des programmes de coopération entre la Fiocruz et la France, ce brillant scientifique aux valeurs humanistes est aussi un citoyen engagé au service de la solidarité entre les peuples.

Wilson Savino
Wilson Savino © François Lafite

Quand nous retrouvons Wilson Savino à l’entrée du campus Pierre et Marie Curie, nous découvrons un homme à la poignée de main chaleureuse, au français impeccable quoiqu’à l’accent affirmé. Fraichement diplômé docteur honoris causa de Sorbonne Université, le professeur de la Fiocruz connaît bien le campus pour l’avoir arpenté plusieurs fois.

17 années de collaboration avec Sorbonne Université

Arrivé en France pour un stage doctoral à l’hôpital Necker en 1981, son histoire avec Sorbonne Université commence en 2002 à l’institut de myologie de la faculté de Médecine. Il y rencontre Vincent Mouly qui dirige l’une des équipes de recherche de l’institut. Ensemble, ils décident d’unir leurs forces afin de comprendre les mécanismes impliqués dans les maladies neuromusculaires et d’améliorer les stratégies thérapeutiques. Depuis, Wilson Savino poursuit sa collaboration avec la faculté de Médecine de Sorbonne Université à travers de nombreuses publications et échanges d’étudiants et de chercheurs. En 2013, sa coopération avec l’institut de myologie autour des thérapies cellulaires et de l’immunothérapie prend officiellement la forme d’un Laboratoire International Associé.

Nommé en 2013 chevalier des palmes académiques par le ministre de l’Education nationale français, il continue aujourd’hui de renforcer les liens entre Sorbonne Université et la Fiocruz à travers la création d’ici 2021 d’un doctorat commun en sciences de la santé.

« C’est un beau projet qui implique les trois facultés de Sorbonne Université et l’ensemble des disciplines de la Fiocruz, se réjouit le chercheur. Ce doctorat comportera un volet biomédical, un volet en santé publique et un volet en santé et sciences humaines. Cette pluridisciplinarité permettra d’avoir une vision intégrative des sciences de la santé et de créer de nouveaux types de collaborations à une échelle beaucoup plus large. »

Un esprit humaniste engagé dans le monde

Réunir les savoirs pour sortir du cloisonnement disciplinaire est d’ailleurs l’un des nombreux chevaux de bataille de Wilson Savino. Polymathe, il s’intéresse depuis longtemps à la science, mais aussi à l’art sous toutes ses formes.  

« À travers des stratégies différentes, une esthétique, une poésie, une découverte, le scientifique comme l’artiste cherchent une vérité sur le monde et sur l’Homme », affirme-t-il.

Si par pudeur ou par modestie, Wilson Savino n’ose pas se dire écrivain et préfère rêver de le devenir un jour, les faits sont là. Amoureux des mots depuis son adolescence, ce brillant scientifique a déjà publié plusieurs recueils de poésie et des livres pour enfants. Les textes sur lesquels ils travaillent actuellement n’éludent pas quant à eux les problèmes politiques et sociaux du Brésil et d’ailleurs.

Car Wilson Savino est aussi un citoyen du monde engagé. Comme en témoigne la création en 2008 d’un programme de master/doctorat en sciences de la santé qu’il porte entre la Fiocruz et l’Institut National de la Santé du Mozambique. Un programme qui a déjà des répercussions directes sur l’amélioration du système de santé dans le pays.

Au-delà du Mozambique, c’est pour toute l’Afrique que son cœur bat. Un continent dont les cultures et les esthétiques restent, selon lui, encore trop méconnues des Brésiliens malgré leur évidente influence en Amérique du Sud. Une émotion, un art, une passion qu’il souhaite faire partager au plus grand nombre. Après avoir déjà organisé deux expositions dans son pays, il vient de signer la donation de sa collection d’art africain au musée national de Rio de Janeiro qui a brulé le 2 septembre 2018. Près de 300 objets rassemblés amoureusement pendant 20 ans qui permettront au musée de retrouver un nouveau souffle.

« Quand j’ai signé la donation de ma collection, se souvient Wilson Savino, j’ai ressenti une forte émotion, celle de pouvoir contribuer au fait qu’un enfant découvre l’esthétique d’un autre pays et puisse s’en émerveiller. »

Un docteur honoris causa ambassadeur de la solidarité entre les peuples

La diversité des cultures, l’ouverture au monde, la tolérance, le progrès mais aussi « l’éducation comme vraie pratique de la liberté » … toutes ces valeurs, il les résume en un mot qu’il défend avec conviction dans son discours lors de la cérémonie des docteurs honoris causa : l’Humanité. 

Et quand on lui demande ce que représente pour lui ce doctorat honoris causa, il répond qu’au-delà de l’honneur personnel, c’est aussi le témoignage d’une reconnaissance institutionnelle internationale pour la Fiocruz et tous les gens qui y travaillent. Un « honneur personnel, institutionnel et brésilien », ajoute-t-il.

« Avec la situation actuelle de la science et de l’éducation au Brésil, ce titre constitue une bonne nouvelle pour tous les gens qui travaillent dans la recherche et dans l’enseignement, et en particulier pour mes collègues de la Fiocruz, déclare-t-il. Nous avons besoin de bonnes nouvelles dans ce contexte. C’est important, notamment pour les jeunes, pour qu’ils continuent à faire des sciences. »

Choisi par le président Chambaz pour être le représentant de la promotion des docteurs honoris causa 2019, il réaffirme avec force et engagement les valeurs de solidarité et de coopération.

« Nous devons résister par et pour le savoir universel à travers des actions publiques et internationales, affirme-t-il. Nous devons résister par et pour la solidarité entre les peuples afin de faire le contrepoint de cet individualisme qui émerge dans plusieurs endroits du monde et que génèrent la compétition et le sentiment d’opposition à l’autre. »

Dans cette perspective, en tant que docteur honoris causa de Sorbonne Université, Wilson Savino continuera à être « un ambassadeur de la solidarité humaine » et à travailler au développement des échanges scientifiques, culturels et artistiques franco-brésiliens.

« Favoriser le dialogue entre les peuples pour contribuer au développement d’une contre-culture, centrée sur la pensée critique, créative, libre et solidaire, c’est à mon avis, conclut-il, le plus important dans l’absolu et le plus urgent dans l’immédiat. »

Wilson Savino en quelques dates :

  • 1951 : Naissance
  • 1981 : Stage de recherche à l’hôpital Necker à Paris
  • 1982 : Obtention de sa thèse en biologie cellulaire à l’université de São Paulo
  • 1983 : Post-doctorat à l’hôpital Necker
  • 1985 : Fondation du laboratoire de recherche sur le thymus à l’Institut Oswaldo Cruz
  • 2002 : Début du partenariat avec l’institut de myologie de Sorbonne Université
  • 2008 : création d’un programme de master/doctorat en sciences de la santé entre la Fiocruz et l’Institut National de la Santé du Mozambique
  • 2017 : Parution de son premier recueil de poésie
  • 2019 : Donation de sa collection d’art africain au musée national de Rio de Janeiro