01 AVRIL 2019

Parce que pour bien vivre ses études il est important de prendre soin de soi, le Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS) met en avant les pistes pour réussir dans les meilleures conditions physiques, psychiques et sociales lors du Mois de la santé.

> Découvrir le programme du Mois de la santé

Le mois de la santé 2
Le mois de la santé est l’occasion de faire connaître et de promouvoir, à travers des actions gratuites proposées sur tous les campus de Sorbonne Université © Shutterstock

Alors que beaucoup d’étudiants sont fatigués, n’arrivent pas à gérer leur stress et ont parfois des conduites addictives ou une mauvaise hygiène de vie, cette "éducation au bien-être" est apparue, pour le SUMPPS, comme une nécessité.

« L’objectif de ce mois est de sensibiliser la communauté étudiante à l’importance de prendre soin de soi et de s’accorder des moments de bien-être. Cela se fait via le SUMPPS, bien sûr, mais aussi à travers les multiples activités que proposent les services des sports et de la culture, les directions de la vie étudiante, les associations étudiantes, les partenaires en éducation à la santé, etc. », explique Yannick Gnanou, adjoint au médecin directeur du SUMPPS.

Le Mois de la santé, initié en 2015, est aussi l’occasion de faire connaître et de promouvoir, à travers des actions gratuites proposées sur tous les campus de Sorbonne Université, les différents axes de prévention du SUMPPS : le bien-être, la prévention des risques en milieu festif et l’égalité des genres. 

Le SUMPPS, késako ?

Le Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS) impulse l’éducation et la promotion de la santé auprès des étudiants mais aussi des personnels de Sorbonne Université. Il initie et coordonne un éventail d’actions avec l’aide d’acteurs de prévention internes (services universitaires et facultaires) et externes (associations et partenaires de prévention). Tout au long de l’année, il organise de nombreux évènements comme des formations thématiques, des dons du sang, des dépistages, des petits déjeuners diététiques mensuels, le mois contre le tabagisme, etc.

Eviter l’apparition de maladies ou des conduites à risque (ex : vaccination et action sur les facteurs de risque), agir à un stade précoce de l’évolution d’une maladie (dépistages, diagnostic et traitement), et réduire les risques de complications et de récidive sont les trois niveaux de prévention.

Des actions en faveur du bien-être

Chaque année beaucoup d’étudiants ne parviennent pas à gérer le stress engendré par les études ou leurs conditions de vie. S’il peut être inoffensif (voire stimulant), le stress peut aussi être à l’origine de troubles gênants ou même déclencher de graves répercussions sur la santé. Pour y remédier il existe plusieurs méthodes et chaque personne doit choisir la sienne. Aller au cinéma, voir une exposition, faire du sport, profiter d’une séance de relaxation, etc. Peu importe la manière pourvu que chacun prenne le temps de faire des pauses pour se régénérer.

Pour cela, un espace éphémère dédié à la santé et au bien-être, le pop-up santé, sera mis en place durant tout le mois de mars. Les étudiants pourront tester les salles de repos et de relaxation ainsi que des ateliers de gestion du stress et des séances de réflexologie.

 « A travers le pop-up santé bien-être, nous voulons que les étudiants prennent conscience de leur corps, et réussissent à allier leurs études, leur quotidien, tout en se préservant des moments pour eux », souligne Yannick Gnanou.

Prendre soin de soi passe aussi par une meilleure hygiène de vie (alimentation, activité physique, santé bucco-dentaire, etc.). Les étudiants pourront retrouver de l’information sur ces sujets lors des différentes animations. 

La prévention des risques en milieu festif

Pendant le Mois de la santé, le SUMPPS mettra en avant des actions de prévention des risques en milieu festif. Plusieurs thèmes seront abordés : les risques liés à l’alcool et à la prise de drogue, la sécurité routière, la lutte contre les violences sexuelles et plus largement la santé affective et sexuelle. 

« Tout au long de l’année, nous informons les usagers et accompagnons les associations dans leur plan de prévention des risques en milieu festif. Cela passe par de la formation, de la distribution de matériel de prévention, du suivi. Nous profitons du mois de la santé pour diffuser cette information directement auprès de tous les étudiants à travers des actions de sensibilisation et de formation », précise Yannick Gnanou.

L’égalité des genres

Troisième axe stratégique de prévention du SUMPPS, en lien étroit avec la mission « lutte contre les discriminations », l’égalité des genres sera également mise en avant à l’occasion du Mois de la santé. Les étudiants pourront retrouver des animations sur cette thématique, des expositions sur la lutte contre les discriminations à l’université et la question du consentement ou encore des ateliers sur les discriminations en milieu professionnel.

De nouveaux projets à faire éclore

Grâce à l’Idex Campus Santé, le SUMPPS a recruté des étudiants relai santé (ERS) pour des actions de promotion de la santé. Formés par le SUMPPS et ses partenaires de prévention, ces emplois étudiants accompagnent le service dans ses opérations et développent des projets individuels ayant une résonance sur tous les campus.

 « Plusieurs de ces projets portés par les étudiants ont été concrétisés. Certains seront visibles lors du Mois de la santé, comme la salle de relaxation, les clips de prévention, des ateliers de secourisme, mais aussi un escape game sur la prévention de la santé mentale », indique Yannick Gnanou.

Des étudiants en service sanitaire viennent renforcer ces actions de sensibilisation. Lors du mois de la santé, ils participeront notamment à la promotion de la nutrition via la distribution de petits-déjeuners diététiques et d’un quizz qui permettra aux étudiants vainqueurs de gagner un panier bio. Ils ont également développé un escape game pour lutter contre le tabagisme.

D’autres projets sont en train d’être réalisés comme la diffusion d’enregistrements pour la relaxation, la mise en place d’ateliers de médecine chinoise, ou encore une collaboration avec l’épicerie solidaire Agorae ou l’association LUPA.

Enfin, du 20 février au 30 mars, un appel à participation FSDIE sera lancé autour du bien-être dans ses études. L’objectif est de d’offrir aux étudiants l’opportunité de proposer leurs idées de projets « bien-être ». Les projets sélectionnés par la commission seront financés à l’aide du budget participatif.   

Bon à savoir

En plus de sa mission d’éducation et de promotion de la santé, le SUMPPS reçoit gratuitement les étudiants de Sorbonne Université, de l’Université Paris II – Panthéon Assas, du Pôle Supérieur Paris Boulogne-Billancourt (PSPBB) et du Muséum national d’Histoire Naturelle (MNHN).

Il assure des visites médicales généralistes (visite annuelle, suivi de vaccination, certificats de non contre-indication à la pratique sportive, certificats médicaux pour l'aménagement des conditions d’études et/ou d’examen, etc.).

Il propose également des consultations de médecine spécialisée (psychiatrie, médecine du sport, médecine des voyages, diététique et nutrition, infections sexuellement transmissibles, VIH et hépatites et médecine interne).

Il offre également aux étudiants la possibilité de rencontrer des psychologues, une sage-femme, une orthophoniste ou une infirmière qui propose des séances de réflexologie plantaire.

Ces consultations sur RDV permettent aux étudiants d’être rassurés, écoutés ou orientés vers les spécialistes, les services hospitaliers et/ou les associations les plus adaptés à leur problème de santé.