16 OCT. 2019

Financé par la Commission Européenne, le projet ERCcOMICS exploite le pouvoir de la narration visuelle pour créer des BD innovantes issues d’une collaboration unique entre chercheurs et artistes. Arrivée au terme de cette aventure portée par Sorbonne Université, la manager du projet, Marie-Christine Agopian, fait le bilan de quatre années de rencontre entre sciences et arts.

Marie Agopian
Marie-Christine Agopian © La Bande destinée

Comment est né le projet ERCcOMICS ?

Marie-Christine Agopian : ERCcOMICS est né de la collaboration entre la direction de la recherche et de l’innovation de Sorbonne Université et La Bande destinée, une agence de communication spécialisée dans l’illustration, la bande dessinée et l'animation. Ensemble, nous avons répondu en 2015 à l’appel à projet du conseil européen de la recherche (ERC) visant à communiquer de manière innovante autour des projets ERC, des projets scientifiques d’excellence financés par ce conseil.

Quel était l’objectif du projet à l’origine ?

M.-C. A. : Renommés dans le monde scientifique, les financements ERC restent méconnus du grand public. Nous avons donc mis en place un projet ayant pour objectif de créer des webcomics (BD en ligne) issues pour chacune d’elle de la rencontre entre un chercheur ayant obtenu un financement ERC et un artiste. A travers toute l’Europe ces binômes chercheurs-artistes ont travaillé main dans la main pour produire au final dix-huit BD.

Couvrant des thématiques et des disciplines variées comme le yoga, la physique optique, les neurosciences, la politique, etc., ces webcomics prennent des formes différentes (autobiographie, fiction…) pour expliquer de façon originale les recherches financées par l’ERC au plus grand nombre.

ERCcomics
Illustrations des visiteurs du stand ERCcOMICS de la Fête de la science 2017 © ERCcOMICS

Pour avoir choisi de faire des webcomics ?

M.-C. A. : Ce format de BD dont le design a été pensé pour être lu en ligne, sur ordinateur ou téléphone, nous a d’une part permis de toucher un maximum de public. D’autre part, il nous a offert la possibilité d’intégrer du son et de la vidéo pour créer des BD interactives.

Les activités de ces quatre années nous ont amenés à retravailler les outils et à les adapter. En 2018, nous avons débloqué des fonds auprès de la Commission Européenne pour imprimer les huit premiers webcomics à l’occasion des festivals auxquels nous participions. L’objectif, toucher, grâce à ces 2500 exemplaires papiers, un nouveau public adepte de la BD plus traditionnelle. Pari réussi !

Quel a été l’accueil du public lors des nombreuses manifestations auxquelles vous avez participé ?

M.-C. A. : La rencontre avec le public a été essentielle pour nous. Nous avons participé à plusieurs manifestations dont le festival d’Angoulême, le festival BilBolBul et Comicon de Naples.

Durant ces moments de contact privilégié avec les lecteurs, nous avons eu des retours très positifs qui nous ont encouragés à poursuivre ce projet. Notre présence a suscité un grand intérêt notamment chez les professeurs des écoles, les bibliothécaires, les artistes et les chercheurs qui nous ont sollicité pour organiser des évènements pédagogiques autour des BD dans leurs institutions.

erccomics
ERCcOMICS au festival d'Angoulême © ERCcOMICS

Quel bilan tirez-vous de l’aventure ERCcOMICS ?

M.-C. A. : Dix-huit BD en ligne traduites en trois langues dont douze imprimées, une vingtaine de chercheurs lauréats d’une bourse ERC, autant d’artistes du monde entier, une quinzaine de pays représentés, six expositions internationales, de nombreux reading et talks illustrés dans toute l’Europe. C’était la première fois qu’une université se lançait dans une aventure comme celle-ci et le bilan est très positif.

Avec ce projet, Sorbonne Université s’affirme comme l’une des universités pionnières dans le domaine de la BD scientifique 2.0. C’était un pari pour un établissement d’enseignement supérieur et de recherche de faire découvrir ces projets d’excellence d’une façon originale. Mais cette prise de risque a payé. Nous avons été invités par d’autres universités et par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour communiquer sur le projet. Cela a eu un impact au-delà de la sphère scientifique. Nous avons dépassé les frontières européennes avec des artistes brésiliens, américains et même bientôt une traduction en hindi de la BD sur les origines du yoga !

Quelle sera la suite donnée à ce projet ?

M.-C. A. : L’agence de l’ERC va reprendre la gestion du site web et des réseaux sociaux. Au vu des retours très positifs et de l’enthousiasme que ce projet a suscité, nous espérons qu’il continue à vivre et contribue à la valorisation de l’image de Sorbonne Université. Quatre BD traduites en français seront disponibles au format papier et feront l’objet d’une lecture en présence des chercheurs lors de la Fête de la Science. L’université aura ensuite la possibilité de continuer à exploiter cet héritage notamment lors de futurs événements grand public.

Retrouvez ERCcOMICS lors de la Fête de la science sur le campus Pierre et Marie Curie

Au programme, vendredi 11 octobre - Amphithéâtre 34A, quatre lectures en présence des chercheurs :

ERCcomics
Readings ERCcOMICS