22 FEB 2019

Empowering women in chemistry

Le 12 février 2019, à l'occasion des 100 ans de l’International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC), la faculté des Sciences et Ingénierie de Sorbonne Université a proposé aux femmes de la communauté universitaire de participer à un moment convivial, de présentations et d'échanges autour de la chimie. Une centaine d’étudiantes, professeures, personnels technique et administratif de l’UFR de Chimie de Sorbonne Université se sont donc mobilisés.

Entre le petit déjeuner et le déjeuner, les participantes ont pu découvrir 20 portraits de femmes de leur unité, échanger, autour de tables rondes, sur divers sujets concernant la place des femmes dans le milieu scientifique et présenter leur sujet de recherche en 180 secondes. Cette belle matinée, riche d’échanges et de découvertes, a permis de reconnaître l’importance et le dynamisme de l’action des femmes, sur tous les plans, au sein de Sorbonne Université. 

De gauche à droite : Marion Marbazanges, Aurélie Bernard, Nathalie Capron, Sophie Carenco, Marylin, Chamaillard, Corinne Chaneac, Fanny Coumes, Héloïse Dossmann, Christel Gervais, Stéphanie Halbert, Florie Lopis, Julie Oble, Gaëlle Pembouong, Carole Pilot, Anna Proust, Jutta Rieger, Lydia Sosa Vargas, Valérie Teisseyre, Claire Troufflard, Li Yanling.

Empowering women in chemistry
Empowering women in chemistry

Elles témoignent :

Marion Barbazanges

Maître de conférences Sorbonne Université - Catalyse organométallique asymétrique

J’ai découvert la recherche à 17 ans grâce au Dr Mireille Bétermier, qui m’a fait découvrir son travail et son laboratoire. Coup de foudre confirmé lors de mes études à l’ESPCI, où recherche et enseignement sont intimement liés. Après ma thèse à Paris 6, le métier de maître de conférences est rapidement devenu une évidence pour moi, alliant mes deux passions : recherche et enseignement.

Aurélie Bernard

Ingénieure d'études CNRS - Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) 

Mes premiers cours de RMN ont été une révélation : j’ai tout de suite accroché à cette technique où l’on mène l’enquête. Grâce aux indices laissés par l’interaction entre l’aimantation naturelle des noyaux avec un champ magnétique, nous découvrons la structure d’une molécule. Je me suis spécialisée dans cette technique et après six ans dans le privé, un concours CNRS m’a permis de me rapprocher de la partie recherche de ce domaine.

Nathalie Capron

Maître de conférences Sorbonne Université - Simulation numérique des matériaux

Mon professeur de Chimie de DEUG, passionné, donc passionnant, m’a donné le goût pour ce domaine. La double compétence Chimie-Informatique m’a attirée ensuite en DEA. Je me suis alors spécialisée en modélisation des solides, car subjuguée par la symétrie depuis l’enfance. J’ai à cœur de transmettre connaissances et passion à mes étudiants.

Sophie Carenco

Chargée de recherche CNRS - Nanochimie de la molécule au matériau

J'aime apprendre, j’aime jouer avec la matière, j’aime mener des expériences sur des objets que j’ai fabriqués. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers la chimie. Je vois la recherche comme un terrain de jeu dont la créativité est le moteur. Le sentiment d’avoir contribuer à expliquer telle ou telle observation surprenante est ma récompense.

Marylin Chamaillard

Technicienne Sorbonne Université - Gestion financière des départements de formation de chimie

Je suis arrivée au sein de l’université par hasard. J’ai intégré la plateforme de chimie organique en tant que secrétaire administrative, puis j’ai évolué vers la gestion financière. J’ai tout de suite aimé la diversité de population que l’on y rencontre. Par l’entremise des techniciens et des enseignants-chercheurs, j’ai découvert les multiples domaines d’application de la chimie.

Corinne Cheneac

Professeur de Chimie et Directrice du centre  de compétences en Nanosciences C’Nano, UPS2000 CNRS - Synthèse de nanoparticules

D’où je viens, on ne née pas chercheur, on le devient ! C’est l’Université qui m’a ouvert les portes des laboratoires et initiée à la recherche. Très vite, j’ai été séduite par la capacité de la chimie à assembler la matière pour façonner des matériaux. Ayant aussi le goût de transmettre les savoirs, je suis donc devenue enseignant-chercheur en chimie !

Fanny Coumes

Maître de conférences Sorbonne Université - Polymères synthétiques et biosourcée, vers une chimie plus éco-responsable

Depuis le lycée, je m’intéressais à de nombreux phénomènes physiques et chimiques. Au fil du temps, je me suis particulièrement focalisée sur les polymères qui, par essence, sont présents partout, que ce soit dans la nature (cellulose, kératine, protéines, oligosaccharides) ou dans la vie de tous les jours (automobile, textile, emballage, médical). Je me suis alors demandé en quoi je pourrais apporter ma contribution à cet énorme édifice que sont les polymères.

Héloïse Dossmann

Maître de conférences Sorbonne Université - Structure et réactivité d’ions en phase gazeuse

Le monde infiniment petit des molécules a toujours été fascinant pour moi. Aimant observer, expérimenter, comprendre ce qui m’entoure, la recherche s’est présentée comme une évidence, lors de ma formation. En devenant enseignantchercheur, j’ai la chance d’associer cette activité à celle, complémentaire et essentielle, du partage des connaissances.

Christel Gervais

Professeur Sorbonne Université - Caractérisation spectroscopique de matériaux

J’étais attirée par la compréhension de la structure des matériaux et par les outils spectroscopiques permettant d’aller sonder ces systèmes. J’ai découvert la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) appliquée aux solides au cours de mon stage de fin d’études, et j’ai eu envie de continuer à utiliser cette technique en thèse.

Stéphanie Halbert

Maître de conférences Sorbonne Université - Modélisation de systèmes complexes

Pourquoi certaines réactions chimiques peuvent avoir lieu et d’autres pas ? La chimie théorique répond à cette question, car elle permet de modéliser les mécanismes de réaction. Ainsi, en collaborant avec les expérimentateurs, on peut expliquer ou prévoir une réaction chimique. L’analyse des mécanismes et des facteurs contrôlant la réactivité sont le cœur de mon travail.

Florie Lopis

Souffleuse de verre Sorbonne Université - Aide à la recherche et à l'enseignement

Après plusieurs années orientées vers l'artisanat d'art, j'ai choisi de passer un CAP de souffleur de verre option verrerie scientifique afin d'approfondir mes connaissances techniques. Travailler au contact des chercheurs n'est jamais routinier : il faut bien cerner leurs demandes et proposer des montages adaptés. Ces échanges fructueux me permettent de progresser et de m'épanouir dans mon travail.

Julie Oble

Maître de conférences Sorbonne Université - Catalyse organométallique

Dès le lycée, la chimie m’a toujours attirée, intéressée et enthousiasmée. Au fil des années, ma vocation s’est centrée sur la chimie organique, le domaine dans lequel je suis devenue maître de conférences. La recherche fondamentale a été rapidement une passion, comme un jeu d’hypothèses qu’on vérifie expérimentalement au laboratoire afin de concevoir de nouvelles réactivités et accroître ses connaissances.

Gaëlle Pembouong

Ingénieure d'études Sorbonne Université - Caractérisation physico-chimique des polymères

La caractérisation physico-chimique est un domaine de la chimie qui m’a très vite intéressée car elle permet de sonder les produits chimiques et d’avoir accès à leurs diverses propriétés. Je me suis orientée vers la recherche dans ce domaine car les défis visant à comprendre et établir le lien entre les propriétés d’un produit et le structure du composé qui le constitue sont nombreux.

Carole Pilot

Assistante ingénieure Sorbonne Université - Responsable technique d’une plateforme  d’enseignement de chimie organique

Ma formation initiale me préparait à la fabrication de médicament. Je me suis naturellement orientée vers la Chimie Organique en intégrant un service d’enseignement dont je suis à présent la responsable technique. L’expérimentation en chimie à travers l’enseignement m’a permis de satisfaire mon goût aussi bien pour la pratique que pour la formation continue.

Anna Proust

Professeur Sorbonne Université - Chimie inorganique moléculaire

La chimie m’attire par son coté expérimental : l’excitation de créer de nouvelles molécules. La recherche c’est se lancer sans cesse de nouveaux défis, identifier et défendre des projets et avoir le bonheur (pas toujours) de les voir se réaliser. C’est aussi travailler en équipe et participer à la transmission d’un certain savoir / savoir-faire / savoir-être aux étudiants du laboratoire.

Jutta Rieger

Chargée de recherche CNRS

Après une première expérience professionnelle en industrie, j’ai eu la conviction de vouloir continuer ma carrière dans le milieu académique. Cette voie offre une grande liberté thématique et permet de mener à bien des travaux tant fondamentaux qu’appliqués. J’aime particulièrement l’aspect créatif de la recherche scientifique : la possibilité d’inventer de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies. Enfin, la possibilité de produire du savoir utile à tous est très stimulante.

Lydia Sosa Vargas

Chargée de recherche CNRS - Chimie des matériaux organiques pour l’électronique

Je suis très curieuse, je veux savoir comment les choses fonctionnent et j’aime bien cuisiner. Ma recherche me permet de tester et de « jouer » avec de nouvelles « recettes » pour développer de nouveaux matériaux … mais sans lécher la cuillère ! Mon travail de recherche me permet également de découvrir différentes cultures, pays et langues, qui m’enrichissent de manière professionnelle et personnelle.

Valérie Teisseyre

Responsable administrative de composante Sorbonne Université - Administration et pilotage

Après une formation initiale dans le domaine administratif, je suis entrée à l’Université. Mon intégration au sein de l’UFR de Chimie est un pur hasard du recrutement et je l’assume, maintenant, depuis trente ans.

Claire Troufflard

Ingénieure d'études Sorbonne Université - Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) appliquée à la chimie organique

Très tôt, j'ai su que je travaillerai dans le domaine des sciences. J'aime expérimenter, observer, analyser, résoudre des problèmes, travailler en équipe. Au cours de mon parcours universitaire (DUT puis Licence professionnelle Chimie analytique), ma préférence est allée vers la chimie analytique plutôt que la chimie organique : la cuisine moléculaire n'étant pas pour moi.

Li Yanling

Ingénieure de recherche - Caractérisation des matériaux moléculaires magnétiques

L’activité de recherche donne un sens à mes tâches techniques. La combinaison de ces deux aspects fait que mon travail est intellectuellement stimulant et me permet d’apprendre toujours de nouvelles compétences. L’activité de recherche est aussi l’occasion de tisser des liens de solidarité avec les membres d’autres équipes.