Covid-19 : Restez à la maison / Appliquez les gestes barrières / Sorbonne Université se mobilise pour ses étudiants : aides à la vie quotidienne, aides aux achats informatiques

Consultez les FAQ
Covid-19. Entretien avec Renaud Piarroux, spécialiste des maladies infectieuses
Covid-19. Entretien avec Renaud Piarroux, spécialiste des maladies infectieuses
  • Covid-19
  • Recherche

Covid-19. Entretien avec Renaud Piarroux, spécialiste des épidémies

Professeur à la faculté de Médecine et chef du service de parasitologie-mycologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Également chercheur à l’Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique (IPLESP), Renaud Piarroux nous aide à décrypter le Covid-19 et la crise sanitaire sans précédent que nous vivons actuellement.

Après le SARS-CoV, le MERS-CoV, zika, la dengue ou encore le choléra que vous connaissez particulièrement bien, les épidémies à notre époque sont nombreuses. Comment apparaît une épidémie ?

L’explication diffère selon le type de pathogène. Les maladies à transmission vectorielles telles que le zika, le chikungunya ou la dengue sont liées à la prolifération du moustique-tigre et notamment, sa capacité à envahir la planète en pondant des œufs dans des pneus qu’on transporte par bateau.

Renaud Parrioux

En Haïti, l’épidémie de choléra a été causée par une densité de population très importante associée un mauvais accès l’eau potable. L’eau souillée est le principal vecteur de la maladie.

Dans le cas des virus respiratoires, il y a eu relativement peu d’émergences et les causes demeurent encore assez floues. En 2012 au Moyen-Orient, le MERS-CoV a émergé mais n’a pas beaucoup diffusé, s’agissant d’un virus propre aux camélidés il s’est mal adapté à l’homme. En revanche, le SARS-CoV, apparu en Chine en 2003 et probablement transmis par la civette, a quant à lui bien franchi la barrière d’espèces. Les virus provenant d’animaux sauvages ont du mal à s’adapter à l’homme, mais certains coronavirus l’ont fait. Cependant, à la différence du Covid-19, le SARS a été stoppé à temps.

Dans le cas du Covid-19, comment est-on passé d’un stade épidémique à un stade pandémique si rapidement ?

La densité de population sur terre et nos modes de vie actuels, intégrant la culture du voyage sont deux facteurs clés dans la propagation du virus. Ces dernières années, les déplacements quotidiens dans les transports en commun ainsi que les nombreux voyages en avion, en train ou en bateau, désormais démocratisés, se sont multipliés. Ces pratiques et le partage d’un air confiné qu’elles impliquent ont ouvert un boulevard au virus, lui permettant de diffuser massivement une fois adapté à l’homme.

Lorsqu’on compte le nombre de cas par habitants, les pays les plus touchés au monde sont, dans l’ordre, le Vatican, Saint-Marin, Andorre, l’Islande, le Luxembourg, les îles Féroé et Gibraltar. Arrivent ensuite seulement les pays d’Europe comme l’Espagne, la Suisse et le Liechtenstein. Le fait que de nombreuses enclaves liées à la finance soient parmi les zones comptant le plus de cas de Covid-19 au monde, suggère que la diffusion de ce virus est très liée aux grands voyageurs.  C’est d’ailleurs pour cela que des pays tels que les États-Unis, la France, l’Italie ou l’Espagne sont beaucoup plus touchés que le continent africain par exemple. Cela nous amène clairement à repenser le mode de vie que nous avions jusqu’alors et qui se trouve incompatible avec les risques d’émergence d’un virus accompagnant les voyageurs.

Le virus H1N1, un virus grippal qui s’était propagé en 2009 était loin d’être aussi dangereux que le Covid-19. Ce dernier, extrêmement redoutable, tue 2 à 3% des malades. Les formes les plus graves, celles qui sont hospitalisées, se soldent par un décès dans plus de 30 % des cas. A l’échelle de la France, le Covid-19 pourrait potentiellement tuer 700 000 personnes si on le laissait se propager à sa guise.

Vous faites partie de l’équipe « Maladies transmissibles : surveillance et modélisation » de l’institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique (IPLESP - Sorbonne Université /Inserm) qui a récemment modélisé l’impact de la fermeture des établissements scolaires et du recours au télétravail sur la chute du pic épidémique. Trois semaines plus tard, où en est-on ?

Depuis le 14 mars (date de parution de l’étude), les modèles ont montré que la fermeture des établissements scolaires avait un impact limité sur la transmission du virus. Heureusement, les conditions de confinement ont finalement été nettement durcies. L’IPLESP continue de produire quotidiennement des données destinées à la direction de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Après quinze jours extrêmement pénibles de montée de l’épidémie, le confinement paraît avoir eu un impact sur l’épidémie qui, pour l’heure, a cessé de monter. Toutefois, cela ne suffit pas à se débarrasser du virus ou même à permettre de redescendre à un niveau qui ne mettrait pas les hôpitaux en surcharge. Actuellement, l’essentiel des activités hospitalières tourne autour du Covid-19 et cela a d’importantes répercussions sur le système de santé en général. Même les patients présentant d’autres maladies sont eux aussi fortement impactés. Nous devons encore ajouter d’autres moyens de lutte afin de faire baisser la transmission.

Selon votre expérience d’épidémiologiste et notamment de terrain en Haïti, quelles mesures efficaces permettraient d’endiguer l’épidémie ?

Continuer le confinement est la principale arme dont nous disposons à ce stade pour « limiter la casse ». Il faudrait cependant y ajouter des interventions plus ciblées. Précisément là où il y a de la transmission. Cela passerait, notamment, par la création d’un système de surveillance beaucoup plus rapprochée de l’épidémie et par une intervention immédiate dès que l’on constate des cas dans une zone géographique donnée. Concrètement, cela reviendrait à renforcer le confinement s’il s’avère mal respecté dans certains endroits, faire de la recherche active de cas en vérifiant, à l’aide de prélèvements, qu’un malade n’en compte pas d’autres dans son entourage et, si c’est le cas, isoler les porteurs du virus. Enfin, l’idéal serait d’avoir un traitement qui permettrait de traiter précocement les cas de Covid-19 voire même qui pourrait être donné préventivement autour des cas mais il est encore beaucoup trop tôt pour envisager des pistes thérapeutiques sérieuses et qui ne soient pas dangereuses. Finalement, réduire la transmission du virus au sein de la population est le combat de toute la société. Tant que nous n’aurons pas un système de surveillance performant permettant de guider des interventions ciblées efficaces, arrêter le confinement signifierait laisser l’épidémie reprendre son cours.

À lire aussi : 

L'interview de Renaud Parrioux dans Le Monde - 09.04.2020

Covid-19 : Restez à la maison / Appliquez les gestes barrières

En ce moment à la Faculté des Lettres

Tout voir

Tous les événements scientifiques, culturels et sportifs sont annulés jusqu’à nouvel ordre. Les fonctions essentielles de la Faculté (enseignement à distance, activités de recherche et activités administratives vitales) sont maintenues.

Formations

Découvrez notre offre de formation

Lettres

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université est l’une des plus complètes et des plus importantes, en France et dans le monde, dans le domaine des arts, des langues, des lettres, des sciences humaines et sociales.

 

 

Etudier à
la Faculté des Lettres

Les étudiantes et étudiants ont accès à 30 bibliothèques généralistes et spécialisées réparties sur les 12 sites et à un portail documentaire en ligne accessible 24 heures sur 24, regroupant plus de 1,5 million d’ouvrages. En outre la Faculté dispose d’espaces de coworking installés principalement dans plusieurs bibliothèques.

La vie associative

Découvrez nos 80 associations étudiantes !



Eloge du retard

Par Hélène L'Heuillet

Pourquoi les paysans vont sauver le monde

Par Sylvie Brunel

Graduate

25 000

Étudiants

1 200

Enseignants

720

Personnels

Covid-19 : Restez à la maison / Appliquez les gestes barrières

La faculté de médecine est fermée au public et fonctionne selon un plan de continuité d’activité (recherche, pédagogie, administratif) depuis le lundi 16 mars 2020. La fermeture de la faculté au public entraîne de fait l’annulation de tous les cours en présentiel. Les activités de recherche et les activités administratives vitales sont maintenues, selon les conditions précisées par l’administration de l’université dans le Plan de Continuité d’Activité. Au-delà de l’arrêt des cours en présentiel, les bibliothèques universitaires sont fermées. La situation est en constante évolution, personnels et étudiants sont invités à consulter leurs mails, l’intranet de l’université et la FAQ pour se tenir informés.

Tous les usagers (étudiants et personnels) ont accès à des informations plus précises sur une page dédiée :

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PACES (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés

Covid-19 : Restez à la maison / Appliquez les gestes barrières

Ça se passe à la Faculté des Sciences et Ingénierie

Tout voir

Les enseignements en présentiel sont suspendus depuis le 16 mars et sont relayés par des enseignements à distance. Les fonctions essentielles de l’établissement sont maintenues dans le cadre d’un plan de continuité d’activités (PCA).

Des formations riches et exigeantes

La faculté accompagne plus de 20 000 étudiants vers le monde professionnel grâce à une très large offre de formations adossées à la recherche, disciplinaires et interdisciplinaires, afin de répondre à tous les défis, scientifiques, technologiques et sociétaux. Son cycle d’intégration pluridisciplinaire et son dispositif majeure-mineure en licence, ses 80 parcours de masters, ses formations internationales, ses cursus en apprentissage et son offre de formation continue permettent de proposer des parcours riches et exigeants, adaptés aux projets de chacun, nourris par les recherches de ses enseignants-chercheurs et chercheurs.

Recherche

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la Faculté des Sciences et Ingénierie soutient la recherche au cœur des disciplines, la recherche aux interfaces, le développement de partenariat avec les entreprises, et favorise l'émergence de nouvelles thématiques pour répondre aux grands enjeux  du XXIe siècle.

La vie à
la Faculté des Sciences et Ingénierie

Que ce soit sur le campus Pierre et Marie Curie, ou dans ses trois stations biologiques, à Banyuls, Roscoff et Villefranche, la Faculté des Sciences et Ingénierie constitue à la fois un lieu d'enseignement, de recherche et d'épanouissement intellectuel, où cours, conférences, colloques, congrès, expositions et autres manifestations scientifiques rythment la vie de ses étudiants et de ses personnels.

La vie associative à la faculté des Sciences et Ingénierie

Vie associative

Découvrez la vie associative de la Faculté des Sciences et Ingénierie.